voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “giboulées

Francis Combes – Le cerisier du Japon


 

Le cerisier du Japon

J’ai fait la connaissance d’un cerisier du Japon,
(un sakura autrement nommé prunus serrulata),
planté sur la terrasse
au sommet de la Tour Périscope
avenue d’Italie
dans le treizième arrondissement.
Assis dans la salle de réception du dernier étage
nous sommes entourés de baies vitrées qui dominent Paris,
Paris qui se cache tout en bas
dans un brouillard gris et doré
comme si le monde entier
souffrait de cataracte.
A côté de nous, une piscine
à l’œil bleu et clair, dort,
transparente et tranquille,
sans une vague.
Nous sommes loin du tsunami,
loin du tremblement de terre
et de l’accident nucléaire…
Pendant la lecture de poésie,
je regarde le prunus à travers la vitre épaisse.
Ses branches lourdes de fleurs roses en grappes serrées,
que bousculent les bourrasques et les giboulées…
Le prunus tient bon
au milieu des courants d’air contraires, dans le vent des hauteurs.
Ambassadeur, malgré lui, d’un pays qu’il ne connaît pas.
Et je me dis, même si certains le nient,
que nous sommes bien sur le même bateau,
chahuté par la tempête.
La planète comme la barque de bois clair
que nous porte le serveur du restaurant de sushis
et nous,
qui nous serrons à bord.
.
.
.

.


Attente d’avril, et des oiseaux ( RC )


peinture:        John Constable     :         Rainstorm over the Sea

C’est comme l’attente,
Le silence,
Qui précède le souffle,
Le gris plombé,
Avant que les premières larmes
De l’orage – fouettent le sol.

Il y a du froid,
Sous le calme apparent,
Sous le gel qui retient les fontaines,
Et la sève des arbres
Qui s’est retirée,
Une tension, – l’attente

L’attente d’avril, les giboulées
Secouant le silence, fantasques
Même sous la voix du vent,
Et bientôt les chants croisés,
Des oiseaux, reprenant
Possession du pays.

RC –  7 mai 2013

inspiré de Nath:         voir ses  « tentatives  de lumière »


Le temps retrouvé (RC)


photo provenant de marc solari - (photos macro de nature,)

Point n’est besoin de mots,pour décrire
L’avril colportant ses échantillons…

Et se croisent au regard, maints papillons
Des giboulées caprices, sans les maudire

Au tic-tac du carillon sa mécanique glacée
L’été n’est pas encore là,il se laisse intimider

Réciter des poèmes, et s’en agacer
Il est , du silence, les fils à dévider

Les saisons hésitent et préparent en douce
Un souffle végétal reposé, qui repousse

Sous un ciel qui grimace et tousse,
Pierre qui roule n’amasse pas mousse

Du temps retrouvé de Proust, c’est toujours
En le lisant, » les plaisirs et les jours« .

There is no need of wordsn  to describe
April peddling his samples …

Many butterflies  crosses each over, in the look’s eye
Vagaries of showers,       without cursing them

At the ticking of its mechanical iced chimes
Summer is not here yet, he has been  intimidated

Recite poems, and be annoyed with
They are, from the silence, yarns to unwind

Seasons are reluctant ,  and prepare softly
A rested vegetal breath, that re-grows

Under a sky that grimaces,  and coughs,
A rolling stone gathers no moss

Proust’s Time Refounded, it is always
Reading it  , « the pleasures and the days ».