voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Gisela Hemau

Gisela Hemau – préparatifs


https://www.elandarts.com/img/2016/04/DLM-142-Couverture.jpg

estampe: Raoul Ubac

Nous prendrons soin de tout ce qui nous manque, l’ébrieté de l’eau,
l’ensevelissement des ombres sous nos corps,
les actes de naissance et de mort piles en fond de coquillage.

Puis nous repartirons ensemble,
Ulysse en houle de premier sillage, haletant
pour que la gorge, trop longtemps coincée, redevienne sauvage.

 


Gisela Hemau – Représentation


image: Terry LongAfficher l'image d'origine

 
REPRESENTATION

L’acrobate monte dans un coffret
Tout d’abord il faut être si petit
Qu’on y trouve de la place dit-elle et nous offre sa fourrure
Puis entre les bestioles du corps de la mort et des adieux
elle montre l’ascension de son propre bras
Nous sommes là pour la vue
Mais nous n’atteignons pas la montagne

Comme nous rétrécissons constamment la fourrure
où nous nous égarons est à la fin
une forêt impénétrable .

 

 

 

-Gisela Hemau traduction Rüdiger Fische

VORSTELLUNG

Die Akrobatin begibt sich
in ein schwarzes Kâstchen
Erst einmal muss man so klein sein
dass man hineinpasst
sagt sie und offeriert uns ihren Pelz
Dann zwischen Leib-
Tod- und Abschiedstierchen
zeigt sie
die Bergbesteigung
des eigenen Arms
Wir sind da weeen der Aussicht
Aber wir erreicnen den Berg nicht
Weil wir immerfort schrumpfen
ist der Pelz in dem wir verirrt sind
bis zum Ende
ein unpassierbarer Wald

 
Gisela Hemau Aufter Rufweite,
Kônigshausen & Neumann, Würzburg 2oo3


Gisela Hemau – Représentation


 

Acrobate: Chapiteau roman de l’église d’Anzy-le-Duc ( Bourgogne)

 

 

 

 

L’acrobate monte dans un coffret

Tout d’abord il faut être si petit

Qu’on y trouve de la place

dit-elle et nous offre sa fourrure

Puis entre les bestioles du corps

de la mort et des adieux

 

elle montre

l’ascension

de son propre bras

Nous sommes là pour la vue

Mais nous n’atteignons pas la montagne

Comme nous rétrécissons constamment

la fourrure où nous nous égarons

est à la fin

une forêt impénétrable.

 

Gisela Hemau    traduction Rüdiger Fischer

VORSTELLUNG

Die Akrobatin begibt sich

in ein schwarzes Kâstchen

Erst einmal muss man so klein sein

dass man hineinpasst

sagt sie und offeriert uns ihren Pelz

Dann zwischen Leib-

Tod- und Abschiedstierchen

zeigt sie

die Bergbesteigung

des eigenen Arms

Wir sind da weeen der Aussicht

Aber wir erreicnen den Berg nicht

Weil wir immerfort schrumpfen

ist der Pelz in dem wir verirrt sind

bis zum Ende

ein unpassierbarer Wald.

 

aquarelle perso :Chapiteau roman de l'église  d'Anzy-le-Duc

aquarelle perso :   Chapiteau roman   de l’église d’Anzy-le-Duc  2001