voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “givre

Presque un regret d’hiver – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "primeveres mauves"
Il y a ce retour,
presque un regret de l’hiver.
Le ciel a la couleur pâle
de la mémoire effacée.
Te souviens-tu du chant des oiseaux,
qui hier encore , habitaient le chêne ?

Il reste,   ce matin,
le friselis de givre,
et tu gardes en toi ,
le chant qui gonflait ta poitrine.
Je vois virevolter
de fines particules blanches .

A peine ont-elles touché le sol,
qu’elles s’effacent d’elles-même :
il n’y aura pas aujourd’hui
de couverture blanche ,
ni retour d’hibernation :
ce n’est qu’un passage  ;

La tiédeur du sol
est prête à donner de l’élan
à la symphonie végétale :
déjà les premières fleurs
sèment leurs points de couleur
– premiers signes perçant la grisaille .


Bernat Manciet – L’écorce du cours d’eau


Résultat de recherche d'images pour "branch in water"

 

La soie
efface
l’écorce
du cours d’eau

petit jour
goutte noire
la branche
bronche

aérienne
mais œuvre
de givre

la neige
prononce
les lèvres


Patrizia Valduga – Cette neige


photo Luis Fernandez – Toronto

 

XVI.

Sur le blanc du givre en lents flocons

se perd un peu de neige silencieuse,

tu avais une ombre noire au front,    

chaque jour t’enlevait quelque chose…

Il fait si froid, je couvre tes jambes

tu suis ton ombre mystérieuse,

ce papillon noir vif t’afflige

tu ne l’as même pas vue, cette neige.

 

 

Cet écrit est issu  du beau site   » une  autre poésie  Italienne »


Un jupon d’un buisson de ronces – ( RC )


Pripiat – Ukraine – provenance photo: http://machbio.blogspot.fr


J’ai fait un jupon  d’un buisson de ronces,
Pour aller  avec la robe  de plomb,
Habillant si bien les  bois morts,
Et la langue  affligée          ( celle  qu’on ne peut  plus traduire ).

Une cérémonie où les statues sont de sortie,
Alignées, immobiles,
Conformément  au protocole ,
Attendant un signe qui ne viendra pas.

Un premier plan de givre,            un alphabet en désordre,
Et les arbres,  libérés des contraintes ordinaires
ont commencé       à crever le ciment   de la place du Champ de Mars .

Tous les habitants  ont fui une menace      qui ne dit pas son nom .

RC- juin 2015

En rapport  avec la ville  Pripiat  ( à 3km de la centrale  de Tchernobyl ).

A  voir  au  sujet des conséquences  de l’explosion
de la centrale nucléaire, sur la ville  de Pripiat,

le film  » la terre outragée »

photo perso: citadelle de Daugavpils   2004

photo perso:                citadelle de Daugavpils             2004

Petit  commentaire  perso: Daugavpils, est une  ville de Lettonie, proche  de la frontière de la Russie . Elle  comporte une  citadelle militaire qui a été  laissée complètement  à l’abandon, et dont l’enceinte abritait en 2004 également une  série  de hlm vétustes.

L’abandon n’a pas ici  de cause consécutive  à un accident  nucléaire,  mais on observe le même phénomène,  à savoir  que  les places  d’armes ( où trônent encore des canons) sont envahies progressivement par la végétation: par exemple  des arbres  qui masquent  presque  totalement  de hauts lampadaires destinés à éclairer la place.

A noter  qu’au  côté  sinistre  de l’abandon, se joint le  côté historique, puisque  cette ville a servi de ghetto concentrationnaire pour les juifs… lire cet article corrrespondant…..


Parcours nocturne sans lune ( RC )


 

Si, d’une nuit  sans lune,

Tu descends à pas de loup,

L’escalier de bois,

Dont tu sais chaque marche,

Comme autant de pièges,

Celles qui gémissent,

Ou dont les têtes de clous se rebellent,

D’autres qui jointoient mal…

 

Cette étape franchie, c’est le couloir  qu’encombre,

La découpe dans le sombre,

De la vieille armoire,

Encore un peu plus noire,

Et, suspendus à côté,

L’amas des habits d’hiver,

Comme autant de dépouilles,

Sur leur crochet de fer,

.. Présences enveloppées du passé,

Echarpes et manteaux entassés.

 

C’est à droite la cuisine,

Son carrelage froid,

La coupe de mandarine,

Sur la table en bois,

Attendant sans bruit,

A côté de quelques livres,

La fin de la nuit.

 

Vois-tu les fleurs de givre,

Eclairées par derrière,

De la présence immobile,

Du seul réverbère ?

——-  Il est minuit pile..

photo         Lionel Feininger

RC –  27 juin 2013


Claude Ber – Lai de la Belle au bois revivant


 

miniature gothique

miniature gothique

 

 

Lai de la Belle au bois revivant  ——(inédit sur le thème Passeurs de mémoire)

Ne cherche plus la Magramüe
Au socle de l’hiver de gris
Noir de neige et blanc de buis
Tout redevient quand tout s’est tu

A pic de l’horizon les forêts qui dérivent
Sont des mots effacés le cercueil océan
Quand réchauffant leurs oiseaux morts
A fleur de peau contre ton corps
Pour qu’entre lèvres ils revivent
Tu les diras en outre temps

Dans les fleuves du ciel fendu
Sous les aisselles de la nuit
Se couche nue avec l’oubli
La mémoire redevenue

Au fil de nos saisons les journées qui déclinent
Dispersent nos chimères et noient nos talismans
Que la nuit treuille dans son palan
Mais les paroles qui s’inclinent
Vers la Belle au Bois revivant
Font du givre ce soleil blanc

 

CLAUDE BER


Paillettes de beauté ( RC )


photo: Joce V  ( voir son ensemble de photos  sur flickR)

Un peu de beauté, en grains
Paillettes  d’or  flottant un instant dans l’air
Et s’y dessine  ton sourire
En pointillés,
un lointain peut-être,
Mais un sourire,
Traversant les distances, les froidures;

Vois-tu cette beauté,
Celle  que le froid justement,
Dépose en dentelles
De givre    …  à la robe grise de l’hiver,
Et qu’un bref sourire ,
Le soleil que tu m’envoies
Font de ces paillettes d’eau, autant de diamants  ?

Un peu de beauté
Echappée au banal
Aux injures et insanités,
Et si précieuse,
Si fragile en ses cristaux
Qu’on ne peut la conserver,
Que dans son regard et son coeur…

RC          – 9 février  2013

( écrit à la suite  de la lecture  de extrait de il(e) 4, de            Agathe Elieva

 


Le temps d’un haïku – matin de givre


photo perso   Causse  de Sauveterre

photo perso Causse de Sauveterre

matin de givre –
l’ombre blanche
des peupliers

texte extrait de « Le temps d’un haïku »  de Damien GABRIELS

voir son site – blog          http://carnets-haijin.blogspot.com

—  écrit qui vient  rejoindre   mon texte précédent   « traces  du matin dans le givre »


Au matin – la trace du temps dans le givre – (RC)


                        pierre scandinave: – de väskinde-rosace-VIè s

 

 

 

–C’était au matin, l’horloge du temps
Déplaçait ses aiguilles dans le givre

C’étaient les ombres,                et elles  étaient  blanches
C’étaient des fantômes                    allongés sur le sol

La trace figée des arbres  debout,               en patience
Qui attendent la lumière                      au sortir de la nuit

Et je t’imagine ainsi, en présence
Car pour moi tu es l’ identique en image,     toujours

Je  t’imagine aussi                         en absence
A susciter mon écriture sur la page blanche

Comme              les aiguilles  du temps       que déroule
leur fuite,    ta fuite      ….et tout ce qu’il y (a) entre

—–

RC      1er dec 2011

J’ai aussi trouvé le poème  de Vesna Parun, qui nous conte des évènements parallèles

(voir aussi les deux publications  récentes  que j’ai fait des textes  de V Parun)…

———

Murmure des ailes et murmure de l’eau

Le monde qui vient à notre rencontre nous murmure les contours
des arbres qui bruissent à l’horizon
et grandissent des ombres courbées.

Assieds-toi sur le seuil
et attends
que le soir se déplace…

(Vesna Parun)