voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “glaces

Le temple qui fut – ( RC )


peinture Yan Wang–  

Ruin of England

 

 

Du temple  qui fut

Il y a l’ombre des colonnes

( ce qu’il en reste )

qui s’étend  sur le sol

et se déplace petit à petit

avec la trajectoire  du soleil;

 

Un astre qui revient avec obstination

caresser chaque jour la planète.

 

Bien entendu, il y a

tout ce qui se dresse:

des montagnes  sévères

au plus petit  végétal

qui profite  de la chaleur

et se révèle à sa lumière.

 

Les grands immeubles  des villes

en semblent saturés,

au point  qu’ils renvoient,

étincelants de leurs glaces

les rayons,     et l’image  déformée

de ce qui les entoure.

 

Leur  présence hautaine se rapproche

pourtant du temple  qui fut.

 

Avec de futures civilisations,

on peut imaginer ce qu’il en restera .

 

Les ombres sur le sol à leur  tour

s’étendront sous l’orbite

de l’étoile la plus proche;

Le futur gardant,

en une  sorte de persistance  rétinienne,

Le support des ruines  des jours , qui ont  précédé.

 

RC –  fev  2015


L’intérieur du galet – ( RC )


 

Lorsque le flot  s’épuise,
Et qu’on peut franchir de la rivière,
Son lit clair,            sans crainte d’être emporté,
Je pensais qu’il était possible, en brisant un de ces galets,

Que leur peau recouvre des entrailles,  un gemme
où se cachent cavités  et cristaux,
à la façon d’un oeuf , ou de ces  améthystes,
refermées sur leur carapace.

Une circulation mystérieuse,
un secret,         un « être abstrait ».
Doué  d’autonomie,       clos sur lui-même,
comme de ces cloportes,  et leur armure.

Mais le galet,       ne livre que le semblable.
Habité par l’inertie.
Sa nudité lisse  et ronde,   portée  sur l’extérieur,
N’est  qu’un  intérieur qui s’expose.

Un pur contenu, sans  contenant,
sinon la forme,
Celle, modelée des usures,
de sables, de glaces et  de pierres

Enfanté d’autres  roches, dévalées de l’amont,
vers de  liquides couloirs .
Des nuits épaisses,              habitées de truites
ablettes et gardons,           aux furtifs passages.

Les herbes       ne fissurent pas le jour.
Le galet prend l’apparence            de ton sein.
Il lui manque quelque part le battement du pouls.
C’est ce que trahit           son poids de matière .

J’ai cherché                au-delà du lit,
Et du brancard de boue,
Sous les joncs pensifs
De quoi  reconstituer une paire.

Mais nulle part,
Je n’ai trouvé le semblable,
Les mêmes  cristaux,          et encore moins,
–                         Le grain de ta peau.


RC  – nov 2014


Philippe Delaveau – Bistrots de Paris


 

 

 

 

 

BISTROTS DE PARIS

 

 

 

 

On est debout devant le zinc et sous l’œil simple

et bleu du patron qui s’active il arbore

une moustache artistique en balai-brosse

tandis que l’ivresse égare un monde incertain

qu’alimente la truelle d’un monologue à son propre rythme

lent parfois pâteux de bâtisseur de mondes ce sont les vignes

venues à Paris déverser leurs vendanges vers le métal

des tubes et des sièges les glaces réfléchissent les visages blancs

la sueur au front qui perle chez ceux qui reconstruisent

patiemment mais le poème est mort et les murs s’écroulent

éclairant par gouttes les fronts rien ne visite les solitudes

ni la bière barbue ni le petit rouge qui danse sur son ballon

ni le blanc sec en renversant la tête ou le café dans son corset d’ébène