voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Gustave Courbet

Carènes – (Susanne Derève )


Gustave COURBET – Plage d’Etretat par temps de neige

Sous les bâches tendues

la  lumière prend des reflets d’aurore.

Voiles blancs que portent  les flancs

des navires à quai   

carènes sèches  dont la peinture s’écaille. 

  

Œuvres vives     œuvres mortes 

aux relents d’huile et de goudron.

Sans roue ni  gouvernail, nulle route à tracer .  

Pour  tout sillage,  celui qu’impriment  à la boue

leurs étraves.

Ainsi   s’achève le voyage.


Les grèves bleues du soir – Susanne Derève


1200px-'Marine'_by_Gustave_Courbet,_Norton_Simon_Museum

   Gustave Courbet – Marine

 

 

 

Retrouvé les mouettes rieuses

l’aigrette blanche

et sur les grèves bleues du soir

un très léger nuage  d’un rose tendre

d’aquarelle

 

Mouettes languides au vol nonchalant

qu’aucun orage ne menace

léguez-moi un brin d’insouciance

une plume  d’allégresse

 

Je plongerai les mains au cœur

des vagues pour y cueillir  les algues dorées

du jusant

et les pierres brûlantes de l’été je les choisirai

fines et plates

pour les faire ricocher  loin sur l’eau

jusqu’à former un vol éblouissant de pierres

un ballet aérien gansé de fines éclaboussures

d’argent

 

avant que la gravité ne les entraîne

vers les profondeurs sous-marines

les fonds de vase brune

 

Moi qui les voyais déjà rejoindre  dans le ciel

mon doux nuage d’aquarelle

 

 


Gustave Courbet – Celui-là n’a jamais appartenu


celui-là n’a jamais appartenu

Par cgat

courbet_le_desespere2.jpg

Quand je serai mort, il faudra qu’on dise de moi : celui-là n’a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime si ce n’est le régime de la liberté.

« Lettre ouverte de Gustave Courbet refusant la Légion d’honneur » (Le Siècle, 1870)