voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “herbes

Chantier fossile ( RC)


Dans la lumière ruisselante,
Le vent d’un royaume de lumière
Filtre au creux du vallon

Et des pépites de joie scintillent
Entre les barques, et la chevelure des saules
Caressant le printemps du courant

Lilas et espèces légères, s’entrecroisent
De joyeuse croissance, sans peine, sont parvenus
A masquer les panneaux du chantier, laissé au silence

Les engins immobiles, leurs griffes de fer déposées au sol
Voient leurs chenilles empêtrées de ronces,
L’ œil mort d’un phare, les pistons interdits d’action

Le peint qui s’écaille, en plaques jaunes ternes
Où serpente en ponts de rouille,
Une colonie de fourmis qui en fait son domaine.

Les herbes hautes, sont une reconquête,
Le couvert des arbres a bientôt achevé
D’effacer la trace du sentier, …et celle des hommes.

RC   10 mai 2012


Henri Michaux – La jeune fille de Budapest


dessin - Museum of Modern Art N Y C - Cai Guo-Qiang

La jeune fille de Budapest

Dans la brume tiède d’une haleine de jeune fille, j’ai pris place
Je me suis retiré, je n’ai pas quitté ma place.
Ses bras ne pèsent rien. On les rencontre comme l’eau.
Ce qui est fané disparaît devant elle. Il ne reste que ses yeux.
Longues belles herbes, longues belles fleurs croissaient dans notre champ.
Obstacle si léger sur ma poitrine, comme tu t’appuies maintenant.
Tu t’appuies tellement, maintenant que tu n’es plus.

The girl from Budapest

In the mist of a warm breath of a young girl, I sat
I retreated, I have not left my place.
Her arms weigh nothing. One meets them as water.
What is faded disappears before her . There only her eyes remains .
Beautiful long grass, long beautiful flowers were growing in our field.
On my chest , so light tread obstacle ,  as you lean now.
You lean so , now , that you are no longer.

 

HM

 

 


Hommage à Claude Monet ( RC)


peinture: Claude Monet

Harpe d’herbe,

ainsi chatoient les doigts du vent  dans le blé

 

Harpe  de couleurs

ainsi  se posent les reflets en pâte

 

Harpe  d’émotions

ainsi se lisent les doigts du peintre.

 

Qui montre  avec le simple ce qu’on ne voit

que par ses yeux.

RC      29 fev 2012

 


Danièle Corre – Voix venues de la terre B


Des lianes-pieuvres enracinaient la pierre, la dague d’obsidienne haussée dans le soleil a fait jaillir le cri de la pyramide maya
à la voûte en plein cintre où la respiration assiégée chercha refuge, à travers les siècles.
En haut des marches s’effondrèrent les pas téméraires vers une cité de silence dont je ne suis.
Nous étions si loin alors du carré des herbes à sculpter d’autres matières que celle donnée sous les frondaisons de châtaignes, à forer mine de fer et parois de jour gris.
Proches pourtant étaient les Coeurs de Marte
sur les nappes d’autel
où nul ne demandait sacrifice
de mains douées et de regards confiants.
Il n’est plus de danger, plus de simulacre,
toutes les peurs sont venues goûter à notre sang,
nous avançons encore, guetteurs d’offrandes,
négligeant la faillite des voix
qui, au plus noir de l’effroi, nous laissèrent
maigre pitance d’amour.
Le chemin s’est ouvert aux rondeurs potagères,
l’enfant prodigue redresse les tiges, attache tuteurs de maîtres
à ses bonheurs de raphia,
reconnaît sans larmes le ver dans le fruit,
s’émeut de la beauté intacte, de la question sans pièges.


Vesna Parun – L’accord final de l’hiver


L’accord final de l’hiver
11/06/09

Et voilà je sens

à chaque instant

comment s’éveille

la pensée de la pierre.

A midi elle respire

saturée de la germination des herbes,

aussi loin

du soleil

que mon obscurité…

 

 

—– voir  la suite  sur Poezibao..  ainsi que  des liens pour d’autres textes:

 

peinture J Bosch, Christ Child with Walking Frame 1480