voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “idées

Dilution – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "helen frankenthaler"

peinture: Helen Frankenthaler

 

Ici l’ailleurs peut se diluer  .
Les couleurs sont pâles   :
Les idées ont pris de l’embonpoint .
On les cherche,
comme on le ferait pour la direction du vent ;

Il faut mouiller son doigt pour le savoir.
Ceux qui écrivent préfèreront l’encre :
mais le plongeant dans l’encrier ,
ils le sortiront sec .
La pâleur atteint même l’écriture .


RC – juill 2017


Au delà du fluide murmure de l’eau – ( RC )


peinture: aquarelle d’ Emile Nolde: demi-lune au- dessus de l’eau-

C’est penché par-dessus la barque,
Que je lance la nasse des idées.
Peut-être qu’un poisson me regarde,
Et souhaiterait lire,
Dans mon image,
Dressée,
De l’autre ôté de la surface.

Quelles seraient mes intentions… ?
De la soif et des rêves,
De faire que la pêche soit abondante
Certains diraient, miraculeuse …
Quantité de mots s’ordonneraient,
Certains mats, d’autres brillants,
Et porteurs des sons,

Ceux que l’on n’entend pas,
Si on ne franchit pas la surface,
Pour aller les chercher,
Au delà du fluide murmure de l’eau
Et de son propre reflet…
Un rideau mouvant, déformé
Par le soupir des vagues.

Elles ont leur propre langage,
Il me faut parmi elles,
L’interpréter, pour aller
Chercher mon propre récit,
Remonter le filet,
Me rapprocher de la côte …
Je m’en étais éloigné.

Maintenant, je l’écris.


RC- août 2014


S’il manque quelques mots – ( RC )


 

illustration  A Lacaze

illustration A Lacaze

 

 

S’il manque quelques mots,

Aux idées qui s’enfuient,

J’irai les repêcher plus loin…

Elle auront suivi leurs cours,

Arrêtées en chemin,

Par des branches qui dépassent,

 

Et, au contour des pierres,

Où ma parole s’est ralentie,

Malgré le courant,

Cette phrase est intacte,

Maintenue au frais.

 

Elle est juste un peu plus loin,

En aval.

 

Je la reprendrai telle quelle,

Et si tu n’es plus là,

Je te la garderai ,

… pour une  prochaine fois….

 

 

RC – avril 2014


Prisonnier de la petite condition ( RC )


 

 

 

peinture perso.  Détail

peinture perso   1998. Détail

Prisonnier  de la petite condition,
De ma fatigue, l’essence de la vie
Je rayonne moins  qu’un cheval au galop,
Et moins encore qu’un train,
Un assemblage de mécaniques,
qui ne pose aucune question,
Ainsi se délimite
Le contour des choses,
Le rayon d’action,
Ce qui est à portée  de mains,
Ou de geste.

Je me rappelle, comment la base des arbustes
Est taillée régulièrement
Dès lors que les chèvres  s’en chargent
Pas plus loin que ce que permet
L’extension maximale  de leur corps,
Et de même
Ayant rassemblé mes esprits
Mes idées  éparpillées,
Utilisant le jour,
Comme le permettent mes forces,
Je  délimite un espace

En empiétant sur la nuit,
Qui fuit de temps à autres,
Mais si peu,
La cellule mobile
Que je tapisse
De couleurs
Et de songes
Matériellement , peu définie,
Mais qui reste
Comme un costume
A ma mesure.

RC-  23 mars 2013

 


Que faire des idées qui encombrent ? ( RC )


peinture :       Paul Klee – maisons  rouges  et amaryllis    – Tunis  1914

Que faire des idées qui encombrent  ?

Et venir en tableau blanc…

Où tout est à inventer.

A construire  le réel au souffle  de la couleur,

Ce qui n’est pas  tout à fait la réalité,

Puisque je l’ai inventée…

L’innomable a suivi  :

On peut saisir et toucher de la main

Ce qui n’existait pas , un instant avant

Des calligraphies jetées sur le papier

A la douceur des peaux de marbre,

Creusées dans le bloc brut de carrière

Que faire des images qui encombrent ?

Avec le tableau vierge ?

C’est ré-inventer le langage  d’origine

Et le chercher là où personne ne l’a entendu

La réalité inventée

Celle des tableaux  de Klee

Celle d’un intérieur enfoui quelque part

Et soudain se donne à voir

———– sans jouer au miroir…

 

Tout est fiction peut-être

Et, qui ouvre la fenêtre

Met au jour l’esprit de l’enfance,

S’aventure sans méfiance .

.. Si c’est musique ,      – des accords inouïs…

Pour les artistes , aucun mot ne traduit

L’invisible devenu visible,  et si oui,

Résumer que le peintre  a jouï,

Rejetant dans les  étoiles

Et la culture et les idées bancales.

C’est une  fiction, peut-être,

En nous portant, pourtant, elle nous fait renaître..

Et s’il est question d’écrire,

Je laisse les mots advenir

Avancer, reculer,  avancer,

—–  et enfin nous bousculer..

RC  –   St Louis  –     25 février  2013 —

 


tes mots à survivre (RC)


dessin: planche  de botanique  ancienne

dessin: planche de botanique ancienne

 

 

Peut-être que tu ne survivras pas à tes mots
Si ceux ci portent une charge toxique
Et qu’ils procurent à leur auteur mille maux
En se reproduisant de famille, prolifiques

Mais on peut imaginer que l’inverse le soit
Et qu’en vin des marges, ils remplissent
Les recueils, et d’indépendance, soient
Au point qu’ils te survivent avec délices

Ces signes qui nous inventent
Vont aussi nous guider
A traverser la mort lente
Mourir pour des idées

C’est bien Georges qui le chante
Et toujours, on le fredonne
Brassens nous enchante plus que hante
Et ses paroles résonnent

A la série des pages ouvertes
On peut voir le temps qui tasse
Du jardin, à la grande fenêtre
Les écrits ne s’envolent ni s’effacent

La parole se donne, orale
Les poètes anciens ,heureux élus
Hugo, Rabelais, de Nerval
La parole écrite est encore lue.

L’étonnant cristal d’immatériel
De la parole qui touche l’âme
Traverse encore tous les ciels
Et nous joue encore ses gammes

Shakespeare, Othello et Ophélie
Au théâtre des hommes, éternel
Et la voix cassée de Billie
Si vivante, belle, très actuelle…

Se nourrissent de mots précieux
Distribués à travers l’espace
Comètes et météores audacieux
Mais nous en avons toujours la trace

 

——–

 

Réponse  à JJ Dorio  pour  son  « vin des marges »