voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “inaccessible

René Char – nous n’appartenons à personne


unordinary sunset.jpg

 

Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette langue inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence.

 

René CHAR,           Feuillets d’Hypnos – Fragment III


Les veilles, les poings serrés – ( RC )


peinture: István Sándorfi - sweet home

peinture:             István Sándorfi          –            sweet home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu tournes la tête,  vers  des espaces  si éloignés, encore  ,
Qu’on ne peut les  sentir, les toucher.

Ce sont des veilles  de pensées, comme on veillerait le  défunt.
Tout s’est tu, et              même les coups de fouet des éclairs,

Dans le ciel chaviré,              n’atteignent plus ce théâtre.
…       Les lumières  se sont  éteintes.

Un courant d’air sournois est arrivé .
Un éteignoir, où les chandelles  n’ont plus pu respirer  .

La parole  est emportée.
–         Elle ne peut plus t’atteindre .

Même l’espace  des rêves  semble inaccessible .
Pour que tu entendes,   il faudrait que nous retournions,

jusqu’aux marges  de l’enfance…      desserrions les poings,
Pour que l’ombre,      peu à peu,              s’en échappe    …

RC –  nov  2014

 

( texte  créé à partir  d’une lecture  de Ile Eniger )

 


Semé aux quatre vents – ( RC )


installation - Van Breedam :   Five past seven 1989  ( fer  )Ostende

installation – Van Breedam : Five past seven 1989 ( fer )-   Ostende

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Semé aux quatre vents,

descendre sur les toits,

dilapidée la joie,

perdu les esprits, renoncé à sa foi,

perdu pour toujours, et faire avec ce qu’il reste,

un chemin incertain,

 

une mémoire de l’oubli,

la tête dans un mouchoir,

suivre son étoile, de celle qui scintille,

à celle qui s’affole,

guidé vers l’inaccessible,

ou précipité dans les abysses,

 

je ne sais plus ce que je dois,

et dessiner le moi, –    enfin celui qui m ‘habite,

ou me précède,                      et me dicte sa loi.

RC   – 4 juillet  2013


Miquel Marti I Pol – Les mots nous accablent


photo elainev

Miquel Marti I Pol, traduit par lignelila,           voir son post, qui par ailleurs, sur son blog  a plein de choses intéressantes

Finalement, les mots nous accablent,

Nous courbent les épaules et nous soumettent

à la beauté incertaine des concepts.

Regarde, ce n’est pas difficile.

Tu peux reprendre l’après-midi

Mot après mot et y ajouter

Des formules qui t’éloignent des choses

Et te rendent, lentement, inaccessible.

Tu peux dire : « l’ombre bénigne

des arbres », « la quiétude solennelle des pierres », « la profonde

présence de la rivière » et, ainsi, te croire

libéré de la gêne

Des gens et du temps.

Et toi, pendant ce temps, où es-tu ?

Aucun de ces mots

Ne te contient et c’est en vain que tu t’efforces :

Le rythme n’a pas changé

Et les gens naissent, grandissent, aiment et meurent,

Les après-midi sont les choses

Et le battement du sang et les mots

Concrets : arbre, terre

Et, surtout, les gens qui les habitent.

À quoi bon sauver l’esprit

Si tu perds le corps dans d’inutiles mirages.

(Traduction  du catalan du poème « Al capdavall els mots ens afeixuguen », Miquel Martí i Pol, He heretar l’esperança (1963-1967))


furtif caressé par les roses (RC)


 

photo  Brookenshaden

 

 

 

 

 

Au bonjour furtif caressé par les roses
Courbant les flammes des chandelles
Peut-être diras-tu fantôme ou esprit

Celui-ci est le reflet d’une attente
Tant prolongée et désirée
Que les ailes de l’oiseau de nuit

Se heurtent aux vitres des fenêtres closes
Attiré par le courbe de ton profil
Dessiné de profil en contre-jour .

Cet hématome de désir, brisant le silence
S’éclatant sur le verre, à te savoir si proche
D’une épaisseur d’air, et pourtant inaccessible

Ce n’est pas un ciel de combat
Que la vie distante où chacun ressent
L’absence , et de la vie, le manque !

 

 

14 mai 2012

 


l’année dernière à Marienbad (RC)


« l’année dernière à Marienbad »   ( souvenir du film d’A Resnais )

Résultat de recherche d'images pour "année dernière marienbad"

 

image du film

Quand je repasse le film sur l’écran
C’est le retour, pas pour longtemps
Des acteurs et parcours typiques
Reproduisant une danse à l’identique

De l’année dernière                 à Marienbad
Compassée, solennelle , mais un peu fade
Au jardin à la française aux allées symétriques
Qui n’a rien , des Alyscamps de l’Arles antique

L’homme aime une femme inaccessible
C’est en rêve , mais aussi cauchemar indicible
Et ne permet pas de bousculer un temps scellé
Comme revient l’oubli, sur la pellicule, gelé.

RC