voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “indigo

La mer a ses empâtements – ( RC )


Images intégrées 1

 

peinture:  August Strindberg –          musée d’Orsay

 

Les peintres délivrent leur âme,
en étalant le safran,
le rouge garance et l’indigo,
et ils dansent avec leurs pinceaux,
parfois avec les doigts .

Ils s’enveloppent dans le paysage
qui nait sous leur patience ,
s’enfoncent dans les infinis d’horizon,
combattent les nuées d’orage,
et le soleil         dans l’éblouissement .

Je ne me souviens plus
des couleurs de l’espoir :
>         il y avait cette peinture
           envahissant le ciel ,
où les crépuscules se bousculent .

Les reflets semblent engloutis
dans les profondeurs,
et on pense à ces créatures fantastiques
qui surgissent chez les artistes,
venues des abysses ..

Les vagues aux mille dents,
le radeau de la Méduse,
les lambeaux de voiles,
ne cueillant pas
que des lavis de roses .

La mer comme une plaque d’étain,
vue de près , a ses empâtements,
ses montagnes grises
des craquelures,        et des creux d’ombre
où on se perd,           mélangés aux nuages .

Il est difficile de dire si , quelque part,
la tempête s’apaise ;
           on repère sur un coin de la toile
une frêle embarcation,
que le peintre a sauvée du naufrage

– provisoirement .

RC – fev 2018

 

( avec la participation de Susanne Derève pour ses « lavis de rose  » )


Nuit rouge – ( RC )


Afficher l'image d'origine

Image: Jakez Daniel

 

Quand j’appuie sur mes paupières,
je te vois dans une nuit rouge,
floue,          comme un souvenir
prêt à se dissoudre ….

mais c’est bien ta cambrure,
une posture familière,
qui danse
dans un désert brûlant

Ce désert       est en moi :
>       une incandescence,
qui surgit de l’intérieur,
occupe toute la place …

Et ton regard,
a la phosphorescence
la pose altière,
d’un oiseau de proie….  

Il y a      comme un vent de sable
qui se lève, en moi      et envahit tout       – soudain
et tu disparais, comme tu es venue…
dans la nuit rouge,       virant à l’indigo…

RC – mars 2016

 

(  en écho  avec un texte  de Laetitia  Lisa )


Roberta Hill Whiteman – Les étoiles du coeur de l’hiver.


photographe non identifié

photographe non identifié

Les arbres d’en face dans la rue m’ont aimée
pendant ton absence.
L’étoile polaire prise dans les branches
de l’orme de la cour se brouille
quand je la regarde directement et traverse
le coeur de l’hiver plus lentement que les autres étoiles.
Chaque fois que tu passais par ici, la forêt

s’emplissait de signes. Un creux dans l’herbe tendre
signifiait qu’un cerf avait dormi.
Des traces de sabot dans le sable
conduisent à travers les buissons et les feuilles mortes
jusqu’aux pistes effacées. je regardais les ombres
indigo devenir grises.
Comme d’autre obsessions, cela changera,

mon bras était encore heureux, engourdi
par ton poids. J’apprenais les signes faciles :
connaître les nuages, pister dans la neige.
Je tombais avec chaque flocon et voulais recouvrir
les arbres, les immeubles,
les coins où tu achetais de la bière,
les voitures et les ponts

ces lieux synonymes de désespoir.
Il y a des endroits où je ne me suis jamais sentie à l’aise,
où quelque chose tapote contre la vitre,
le nerf de boeuf d’un flic ou l’amertume de la vie.
Qui est le chasseur ? qui est chassé ? qui survit ?
Ce cercle froid vacille sans cesse.

Je ne pourrais jamais accepter ni le début ni la fin.
Tu trouveras de l’autre côté de l’hiver
des crocus tremblant dans une aube bienfaisante.
Je projette de rejoindre le cerf
car dans l’obscurité, les arbres barrent ma fenêtre
et pas une seule ombre ne bouge.

Roberta Hill Whiteman


Nathalie Bardou – L’empreinte jaune


peinture: Mark Rothko

peinture: Mark Rothko

Une tentative de lumière   (jaune), (chez Bleu- pourpre)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 » Il y a eu cette naissance

Verticale

Patine bleuie en atour

Et le germe du vent dans la demeure de papier.

Et

Chaque matin,

J’étais ainsi

A lire le monde

-que le bleu me délave

Ou que l’ocre m’engourdisse

De langues chaudes.-

Je pénètrais ce monde

Et ses éphèmères dentelles

– comme si la mémoire avait trop bu-

Et qu’il me restait

Aux chevilles, des rosées

De siècles fanés.

Les rêves nonchalants

Enroulés

Aux reflets des fenêtres absentes,

Les bras brassant

Des champs d’histoires,

J’étais au centre

Des murs brûlés

Par l’été désertique.

Si vous saviez

Comme j’ai entendu l’indigo pastel

Résister à la fissure,

S’enfoncer dans le parchemin,

Ce rouleau des nuits

Qui soupèse le soir

Ou même l’espoir.

L’empreinte pigmentée,

Les bras en croix,

Il suffisait

D’attendre

La dilution des racines

Sous la voute .

La brume,

L’artisanat de l’heure,

Le remue-ménage bruissant

Des moignons d’ailes.

Il suffisait

D’attendre

Le fouet du vent

Et les poings poussant les pieds.

Puis

Il y eut ce silence

Vous vous souvenez ?

Cette bouche de silence…

Et ne restât que mon empreinte

Contre la chaleur du jaune.

N.B.  Aout 2012

Nathalie Bardou qui nous dit: Très librement inspiré de la fabuleuse série  » POINTUS » de Luc BERSAUTER :http://www.facebook.com/media/set/?set=a.337148326370847.78493.139166146169067&type=3


Aran ( RC )


photo perso:                Aran, Inishmore

 

 

Trois petits galets dans l’Atlantique,

Trois vaisseaux  de pierre,

Striés dans leur chair,

Au sol de calcaire

 

Dressent un parcours de murs,

Autour d’une terre maigre,

Et d’herbes arrosées d’eau salée

Lorsque fond un ciel liquide

 

Où le gris, dispute de l’océan, l’indigo

Trois petites îles se suivent

D’un voyage immobile,

Au Connemara,         voisines.

 

Les soeurs sont sentinelles,

Don Aengus est toujours là

A surveiller l’horizon

Depuis les falaises noires,

 

Au choc profond des vagues.

Les maisons blanches adossées aux rocs,

Se font lumière, aux ciels de plomb,

Résistent et s’entêtent

 

Au courroux des tempêtes,

Et aux vents qui les fouettent.

Les îles, échouées sur un socle qui tangue,

Subissent les éléments qui les poussent,

 

Et où bien peu d’arbres, moussent.

Les hommes          qui vivent là,

Aux longues histoires de pêche,

La cicatrice de générations de noyés,

 

Ont le regard      dilué  d’eau fraîche.

Vêtus              en laine de leurs troupeaux,

Laissés pour compte de leurs terres  pauvres,

Ils ont vécu longtemps coupés du monde

 

L »oral        d’un gaëlique  d’antan

………………..Sur les îles  d’Aran.

 

RC – 18 septembre 2012

photo perso:        îles d’Aran


Effeuiller l’artichaud – (RC)


peinture: Marsden Hartley

peinture: Marsden Hartley

Effeuiller l’artichaud
C’est y pas bô ?
Et commenter
Tel un entêté
Tes vieilles pages
Ce n’est pas l’outrage
De soulever de vieux jupons
Avec dentelles et pompons

Effeuillons l’artichaud
Donnons lui de l’indigo
D’autres couleurs encore
Avant d’arriver au coeur
C’est ainsi renaître
A mieux se faire connaître
En patiente relecture
De vivante écriture.