voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “instable

Mars incertain, de Tikopia


les variations nombreuses, de tikopia,lequel part souvent d’images photographiques ou pas, qui donnent l’impulsion à ses textes

photo- sépia – Italie

 

Dommage,  je n’ai pas  trouvé  comment  lui rendre un petit  hommage  de lecture…

Mars incertain

Un ciel lumineux léger en nuage
Sous le soleil des fleurs blanches
j’aimerais croire au retour d’une vie trépidante
mais les contours de mon corps restent flous
impalpable mer de nuage
qui aveugle mon monde sépia et instable
plus vide qu’une bulle d’air

d’après les photos de Claire Sloan, inspiré du la série Diary – march 09

Avec une photo de Claire  Sloan, justement

Tikopia, l'île aux images

Un ciel lumineux léger en nuage
Sous le soleil des fleurs blanches
j’aimerais croire au retour d’une vie trépidante
mais les contours de mon corps restent flous
impalpable mer de nuage
qui aveugle mon monde sépia et instable
plus vide qu’une bulle d’air

d’après les photos de Claire Sloan, inspiré du la série Diary – march 09

Voir l’article original


Chercheurs d’or à la sauvette – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "burkina faso chercheurs d'or"

 

 

Chercheurs  d’or à la sauvette

 

 

En parcourant les chemins,
C’était dans un autre monde
Celui des hommes intègres
Ceux d’ici peut-être

Mais il y a ceux d’ailleurs
Qui viennent creuser – pour l’or
Dont il y a quelque part
Au milieu de la roche brune

Quelques grammes, quelques paillettes
Qui peut-être, sueur, labeur
Transport, lenteur,                 avidité
Permettront à quelques uns de vivre

De vivre mieux, c’est dire
Difficile,           mais l’espoir
Justement, fait vivre
Même s’ il faut n’en pas vivre,           mais gratter

Au sein même  d’obscurs tunnels instables
Quelques roches, et remonter           d’escalade
> Même si certains en restent ensevelis
                                           Ils ont cru pouvoir vivre

En  prenant aux entrailles de la terre
Un peu de précieux qui pourrait
De quelques carats               orner une main
D’une bague                      aux souvenirs de peine

Qui se  souviendra  de la poussière brune
Des transports éreintants
Afin de convertir le risque encouru
En quelques kilos de riz

je viens  de trouver  aussi un poème  de André Velter,

qui nous dit une impression parallèle

( je ne cite  que la fin du poème)

Mais perdre perdre surtout
La moindre révérence
Le plus frêle désir
De collier de gourmette
De broche de clip de boucle
De tocante et d’alliance,
Laisser l’or aux gogos
Laisser l’or au décor
Aux fesses des angelots
Au dôme des Invalides
Aux dos des doryphores,
Laisser l’or aux émois
Des honnêtes esclaves
Qui se carrent les carats
D’une aura toute en frime,
Laisser l’or à l’ordure
Motus et monétaire
Qui fait de l’or avec
De la sueur de sang –

extrait  de « La vie en dansant » Gallimard

 

 

et  nouvel article  (  avril 2012), sur les  chercheurs  d’or