voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “intérieur

une forme douce et un sourire – ( RC )


peinture: Jeremy Annear

 

 

J’ai commencé
par une forme douce et indéfinie,
un peu ovale, mais sans bords,
que j’ai remplie d’un sourire
que je ne peux décrire.

Un sourire,
dont tu es l’ombre portée ,
qui s’étend lentement,
sans avoir de centre.

La couleur est apparue,
lente et dense
mais semblant sourdre de l’intérieur.

Il est difficile de l’expliquer
et encore d’en transmettre une image,
que l’oeil pourrait saisir.

Il suffit de se laisser envahir par sa présence,
s’en laisser traverser,
( enfin s’éprendre de ce désir,
qu’on ne peut même pas qualifier ) .


Haruki Murakami – les souvenirs


Memories

are what warm you up from the inside*

But they’re also

what tear you apart.

 

Murakami - memories

 

 

 

 

 

Les souvenirs sont ce qui vous réchauffent de l’intérieur

  • Mais ils sont aussi ce qui peuvent vous déchirer.

Le miroir des pages – ( RC )


 

 

Image associée

 

Je me suis regardé, à travers l’écho
de lignes écrites,      et d’autres mots :
cela fait bien longtemps.
C’était comme remonter les heures,
et se voir autrement,
comme dans un miroir déformant,
mais qui garde les saveurs,
de la terre humide,         et des vents .

Quelques uns m’étaient sortis de l’esprit.
Quand je les ai relus,
J’en ai été ému,
En étant un peu surpris,
comme si j’avais ouvert
une boîte,       ensevelie sous la poussière,
où la mémoire patiente,
qu’il pleuve ou qu’il vente .

Mais cette mémoire m’a échappé,
elle rassemble des lignes,
pattes de mouches et signes,
restés couchés sur le papier.
Ce coffret ouvert,       par distraction,
offerte à mes regards indiscrets,
cachait donc des secrets.
Je les ai ouverts,    comme par effraction.

Les phrases se sont envolées ,
comme de la boîte de Pandore :
elles voulaient me dire quelque chose : je l’ignore,
mais sont restées sagement alignées.

Il est donc étrange , de parler à soi-même :
ainsi l’on se penche
avec des décennies de distance,
à relire des poèmes,
à retrouver des émois
des émotions et des pleurs,
et presque les odeurs
des sous-bois .

A propos, c’est comme la blessure,
qu’en son tronc,       l’arbre supporte.
Même si ce sont des amours mortes,
le dessin du cœur perdure,
et est toujours en devenir :
quoi de plus banal,
de retrouver les initiales
mais qui ne cessent de grandir.

Ces empreintes volontaires,
ce sont des essais
qui ne partent jamais,
et ne peuvent se taire.
Il y a quelque chose de moi
Je ne saurai dire exactement quoi,
malgré le temps qui passe,
qui revient à la surface.

C’est le miroir des pages
d’où l’on se regarde
si on s’y hasarde …
          on y voit son visage
Ou bien ce sont les écritures
qui nous guettent malgré l’oubli
Si on les relit,
         on reconnaît notre figure .

Pourtant je racontais des histoires,
peut-être par défi,
qui n’étaient nullement autobiographie :
alors il faut croire,
que, même caché        dans le noir,
au plus profond des secrets,
on dessine toujours son auto-portrait.
Cela remplace la mémoire qui s’égare.

L’espace s’est élargi
Je n’en connais plus bien        les limites,
Cette écriture manuscrite,
est sortie de sa léthargie :
Au fil je vais me suspendre
à l’intérieur de moi et dérouler
les années accumulées,
et ainsi apprendre

à lire d’une autre façon :
        Construire une stratégie
faire de l’archéologie
        Explorer la maison,
retrouver d’anciennes graines,
qui n’ont pas éclos
      Arroser l’arbrisseau ,
—- en faire tout un poème…

 
RC – juin 2016


A pertes de vues – ( RC )


010309_0775_0028_nsls.jpg

– Qui connaît le milieu
d’une mer ? : elle se referme sur mes yeux,

>           Je n’en situe pas le centre,
ni ce qui les hante…
bien étanches à des sensations…
autres que celle du glissement de l’eau..
C’est peut-être que ceux-ci deviennent poissons,
et se cachent comme ils peuvent sous les flots,
en fuyant mon visage,
( comme si j’écrivais :  fuyant le rivage… )
La peau en serait la surface,
Elle se ramollit et s’efface,

On n’en saisit plus          les bords
Les yeux fuient bien plus au nord :
On voit bien qu’ils plongent
à mesure que les jours s’allongent,
et le regard se fait plus flou,
en échappant aux remous,
et aux mouvements de l’onde :
>         on dirait qu’ils fondent

ils se dissolvent dans le liquide
en délaissant les rides
accrochées aux paupières :
il y a de moins en moins de lumière
quand on s’écarte du soleil :
>       C’est la porte du sommeil :
Plus rien ne les anime,
au plus profond de l’abîme:

l’eau ruisselle et glisse,
mais sur une face,         désormais lisse :
il n’est pas sûr qu’ils émergent de l’océan :
désormais perdus dans le néant:
Il n’y a plus d’ailleurs
que pour le regard intérieur
comme s’il s’en était allé
dans une immensité d’eau salée…

C’est ainsi que du lointain se dilue
ce que l’on imagine  » à pertes de vues « .

RC – fev 2016


Nuit rouge – ( RC )


Afficher l'image d'origine

Image: Jakez Daniel

 

Quand j’appuie sur mes paupières,
je te vois dans une nuit rouge,
floue,          comme un souvenir
prêt à se dissoudre ….

mais c’est bien ta cambrure,
une posture familière,
qui danse
dans un désert brûlant

Ce désert       est en moi :
>       une incandescence,
qui surgit de l’intérieur,
occupe toute la place …

Et ton regard,
a la phosphorescence
la pose altière,
d’un oiseau de proie….  

Il y a      comme un vent de sable
qui se lève, en moi      et envahit tout       – soudain
et tu disparais, comme tu es venue…
dans la nuit rouge,       virant à l’indigo…

RC – mars 2016

 

(  en écho  avec un texte  de Laetitia  Lisa )


Vers des mots d’une autre langue – ( RC )


 

travail de Daniella Spinat

 

Vers des mots d’une autre langue, le silence résonne,
Des mots  lui donnent suite ,comme
Happés de l’intérieur, ils restent submergés,

Et en attendant qu’ils se retournent,
Et prennent leur envol, il y a toujours un temps,
Une distance.

Elle mesure leur poids, toujours considérable,
Ce qu’il faut de temps, pour prolonger leur sens,
Et peut-être les comprendre.

RC- décembre  2013

Issu d’une parole  d’Alain Veinstein:

 »
Après un silence, un mot ne donne suite à la phrase qu’une faible part de lui-même. »


Ariane n’a pas laissé de fil ici ( RC )


fil d’Ariane  – voir l’article très instructif  sur le mythe  d’Ariane…    (mythe et symboles)

Je tire sur les fils, tendus qui traversent les esprits.

Je parcours ainsi la trame des jours,.

Ils s’approprient toutes créatures,

Et les conduisent, dirigés par ces fils,

A leur propre intérieur,

Qu’ils dévident lentement,

A chacun sa pelote.

Cet intérieur se tapisse, ainsi,

D’épaisseurs croisées, un cocon…

Mais ne préparant à aucune métamorphose.

Et si d’accident, la trame s’accroche

Au passage à celle d’un autre.

( C’est une rencontre, un mariage, une union)…

–            cela crée bien sûr des attaches.

Mais, contre les « toujours », les liens se distendent,

Et le tissu, va,s’effilochant ,

Pâlit à la longueur des années.

Pour se reconstruire, d’autres filaments viennent panser les plaies.

L’araignée répare sa toile déchirée.

Elle persiste à occuper les mêmes endroits.

Ceux que peuvent emprunter ses proies.

Peut-être y a-t-il aussi dans nos têtes,

Ce genre de coin, que l’on calfeutre,

Pour éviter les courants d’air,

Et amortir les chocs….

Mais si on gagne en confort,

A tout occulter,

C’est aussi mieux s’isoler, du reste du monde .

On n’y voit plus assez,

Pour se diriger,

Et aller de l’avant

On ne sent plus les vents,

Et le passage du temps…

D’ailleurs qu’importe,

S’il avale la pelote…

Ariane n’a pas laissé de fil ici,

Pour retrouver la sortie….

RC-  17 octobre 2013


Sabine Vadeleux – Etre le miroir de l’autre


Säb –

photo: Bruce Davidson. Chicago – 1963

Regarde encore et encore

Est-ce ton reflet sous cette lune ?

Ma main se lève lentement, doucement

Chaque mouvement reproduit à l’identique

Comme Une.

 

Ce que j’aimerais c’est connaître ton intérieur

Ton être vrai et véridique

Miroir de mon âme, je lâche les armes

Comme une hérétique.

 

Les grains de sable s’envolent emportés

Par le vent…

Les temps s’échappe toujours

Tu sais… difficile d’arrêter à temps

 

Rien ne peut enrayer sa course

Effrénée soufflée à la craie de nos incertitudes

Et de nos désirs secrets.

 

Pourtant une plongée dans ton iris

Me réveille

En sursaut, tel un serpent surpris par l’eau

Nagé par mont et par vaux … être le miroir

De l’autre…

 

Une essence une intensité intimement nouée,

Une confusion des sens dans un souffle inné.

Une intension où les corps et feux se dilue peu à peu

Et se répand poète.

 

Les grains continuent et glissent toujours

Escalades d’émotions qui ne s’attardent

Et surgissent.

 

Mais quelle hypocrisie de l’histoire

Que ces espèces de lignes qui nous tissent

Le visage.

 

Regarde encore et encore dis-moi tout… parle-moi de cette statue

Est-ce toi ? est-ce moi ?

Est-ce mon émoi ?

 

Que d’être le miroir de l’autre

Ou les deux confondus.

dessin:            MC Escher

et beaucoup  d’autres  textes  d’auteurs,  visibles  sur les Carnets de Poésie  de GuessWho


Que faire des idées qui encombrent ? ( RC )


peinture :       Paul Klee – maisons  rouges  et amaryllis    – Tunis  1914

Que faire des idées qui encombrent  ?

Et venir en tableau blanc…

Où tout est à inventer.

A construire  le réel au souffle  de la couleur,

Ce qui n’est pas  tout à fait la réalité,

Puisque je l’ai inventée…

L’innomable a suivi  :

On peut saisir et toucher de la main

Ce qui n’existait pas , un instant avant

Des calligraphies jetées sur le papier

A la douceur des peaux de marbre,

Creusées dans le bloc brut de carrière

Que faire des images qui encombrent ?

Avec le tableau vierge ?

C’est ré-inventer le langage  d’origine

Et le chercher là où personne ne l’a entendu

La réalité inventée

Celle des tableaux  de Klee

Celle d’un intérieur enfoui quelque part

Et soudain se donne à voir

———– sans jouer au miroir…

 

Tout est fiction peut-être

Et, qui ouvre la fenêtre

Met au jour l’esprit de l’enfance,

S’aventure sans méfiance .

.. Si c’est musique ,      – des accords inouïs…

Pour les artistes , aucun mot ne traduit

L’invisible devenu visible,  et si oui,

Résumer que le peintre  a jouï,

Rejetant dans les  étoiles

Et la culture et les idées bancales.

C’est une  fiction, peut-être,

En nous portant, pourtant, elle nous fait renaître..

Et s’il est question d’écrire,

Je laisse les mots advenir

Avancer, reculer,  avancer,

—–  et enfin nous bousculer..

RC  –   St Louis  –     25 février  2013 —

 


Cribas – Brûlure indigeste


peinture : Antoni Tapiès – sans titre

Brûlure indigeste ou Impitoyable farniente

Cribas 2010Lien permanent

Il y a le temps qui s’arrête

La télévision

Les Monk et autres merveilles

Les histoires secrètes

Un peu de musique

Parfois un livre

Pas trop près des yeux.

Deux mois sans vivre à l’extérieur

Et mon fort intérieur

Agrandit ses remparts :

Ces petits riens nulle part

Avides de bonheur.

Il y a la mélancolie

Cette sournoise silencieuse

Se prêtant au jeu, rieuse,

De l’âme tout contre sa folie.

Il y a enfin la vie

L’invisible

Celle qui est toujours en fuite

Celle qui gicle.

Il y a le temps à terre

En noir

Et blanc vers les cieux

Entre les deux

Ça fait plutôt pissotières.

La fatigue use

Et la terre tourne

Encore et toujours autour des fusées

Séjourne le soleil sans ruse.

Il faut se battre

Comme la lumière au travers des volets,

En frappant fort

Sur son corps déjà violet.

Un peu de vin

De la musique

Beaucoup de musique

Autant de vin

Je bats l’enfer lorsqu’il est froid

Je prévoirai demain.

Cribas   Par Cribas le samedi 17 juillet 2010.2010


Hasia – Quête aveugle


 

Figé

ton visage marqué

un instant se retire

au creux de la solitude

 

exilée

à l’obscur de ton corps

parmi traces et cicatrices

intenables
Défaite des étoiles

dans la nuit immobile

l’heure livre

ses béatitudes instantanées

 

tandis que le fleuve du temps

sculpte notre présent

sur le versant corrodé

des survivances
Au bord du monde

nos incertitudes

enfouies dans l’absence

occupent la noirceur de la vie

 

seul le silence intérieur

creuse cette brèche

qui nous retient

et nous sauve un peu

 

en cet abri

qu’est l’amour

en nous

 

–Hasia

( Hasia publie ses textes  dans  toutelapoesie…  voir ses écrits ici)


Christine Clairmont – le pays


peinture: Jacques Hemery: « Approche des lieux » Gouache  La Ciotat  1996

Le pays que je préfère
Est à l’intérieur de moi
La montagne des chimères
Plantée d’arbres à pourquoi.

Il faut tracer un chemin
Dans un bois impénétrable
Sous l’écorce du destin
Chercher le sens de la fable.

Trouver l’harmonie du Temps
Dans les branches du mélèze
Pour que la peine d’antan
Au vif du printemps se taise.

Découvrir sous la fougère
La pervenche aux yeux d’enfant
Qui dans le feu de la guerre
Gardait son contentement.

Aboutir dans la clairière
Où dort l’étang du futur
Tandis que la pensée mère
Monte sans frein vers l’Azur.

Christine Clairmont. « Sur un air d’éternité » 1986


G Titus-Carmel – Ici est le pays sans déception


dessin: Titus Carmel de la "suite Narva"

 

 

 

 

« Ici est le pays sans déception.

Car la nuit, toujours souveraine, se montre magnanime : elle se déverse généreusement en nous, sans mesure ni remords, et rafraîchit celui qu’une trop forte passion consume à l’intérieur.

Chaque soir, elle s’ouvre ainsi qu’une vaste et accueillante étendue d’eau noire, plus vastement encore que les plus larges fleuves connus, plus sombre que les grands lacs, avec des berges qui s’ourlent de lointain dès qu’on avance.

Et c’est de tout son mystère qu’elle nous introduit à sa lumière ― à son «obscure clarté» au sein de quoi se dilue notre ardent désir de paix et d’oubli.

 

On dit alors qu’on a la nuit au corps.


Eugenio de Andrade – le sourire


peinture: André Derain: la nièce du peintre, assise , musée de l'Orangerie

Eugénio de Andrade – Le Sourire

Je crois que ce fut le sourire,

le sourire, lui, qui ouvrit la porte.

C’était un sourire avec beaucoup de lumière

à l’intérieur, il me plaisait

d’y entrer, de me dévêtir, de rester

nu à l’intérieur de ce sourire.

Courir, naviguer, mourir dans ce sourire.

———

plus  d’informations  sur  E de Andrade , voir l’article des éditions  de la Différence.