voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Ivan Blatny

Ivan Blatny – Quatrième


installation: Anselm Kiefer Grand Palais

 

 

 

 

Nouvelle  parution en hommage  à cet  auteur  tchèque,  dont  l’ambiance  est celle  de la fin de 2è guerre mondiale…

 

 

 

Quatrième

à Frantiek Halas

 

Un abandon sans borne, épaisse poussière,
Reposait sur les poutres et sur les pierres,
Un abandon sans borne, le jour baissait.
Un abandon sans borne, épaisse poussière,
Reposait sur les poutres et sur les pierres,
Un abandon sans borne, le jour baissait.
De rares flocons d’une neige maussade
Cinglaient les visages serrés dans les tramways,
En ville à nouveau grondait la canonnade.

 

Un abandon sans borne, poussière, friable,
Reposait sur les livres et sur la table,
Un abandon sans borne, le jour baissait.
Un abandon sans borne, poussière, friable,
Reposait sur les livres et sur la table,
Un abandon sans borne, le jour baissait.
La porte d’un immeuble, comme si souvent,
Livrait passage à un promeneur nocturne, lent,
– Et la neige lui cinglait le dos, en capilotade.

Page ouverte où écrivaient la fatigue, la peur et la
guerre,
Se tapissant dans les poutres et dans les pierres,
Un abandon sans borne, le jour baissait.

Page ouverte où écrivaient la fatigue, la peur et la
guerre,
Se tapissant dans les poutres et dans les pierres,
Un abandon sans borne, le jour baissait.
Et les visages serrés vie contre vie
N’y faisaient plus qu’un, point infime,
Tandis qu’en ville grondait la canonnade.

11 mars 1945

(traduction Erika Abrams, Éditions Orphée La Différence)

 

voir  mon article  sur  « les lieux »,

 

et celui de gazou

Anselm Kiefer - Grand Palais


Ivan Blatny – les lieux


 

 

 

 

Ivan Blatny   (  auteur  tchèque )

photo "trouvée", tranformée par mes soins

fait partie de mes  voyages-  découverte…

lorsque je feuillette  au hasard chez le libraire, l’univers de totaux inconnus…  qui par la suite le deviennent moins…  –  et c’est  souvent  une autre  approche  de l’écriture et du texte, poétique  ou moins,  qui capte mon attention.

c’est en tout cas un poète peu connu,  publié  aux  éditions  de la Différence, collection Orphée  1992

 

——————–

 

Les lieux que nous avons quittés continuent à vivre. Le cheval file, l’enfant crie, la mère ouvre la porte : « Ce n’est pas là, ce n’est pas là, alors je ne sais pas ce que c’est devenu. »

Ils cherchent. Ils cherchent quelque chose, s’agitent à travers le logis. Ils cherchent les lieux que nous avons quittés, les lieux où nous étions autrefois. Ils courent à la gare et pensent : la maison. La maison est restée. Où s’en vont-ils ?

A l’enterrement de la sœur. Pour toujours.

Chez le fils. La grand-mère reste. La grand-mère, ils ne l’emmènent pas. Ils laissent chez eux siffler Mélusine. L’horloge, ils ne l’emmènent pas. L’horloge sonne dans une pièce vide.