voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “James joyce

James Joyce – musique de chambre – IV


photo  Chris  Wage

 

IV
L’améthyste du crépuscule mue
Et vire en un bleu toujours plus profond,
Sous la lampe les arbres de la rue

S’emplissent d’un vert et pâle rayon.
Le vieux piano compose un air,
Mélodie gaie, lente et légère ;
Courbée vers les touches jaunies,
Sa tête penche par ici.
Chastes pensées, grands yeux inquiets,
Et mains qui errent à leur gré –
Avec le sombre bleu persistent

Quelques lumières améthystes

 

 

NB  ce texte de James Joyce extrait de  « musique  de chambre »  a été publié aux  éditions « le Bousquet- la Barthe »


James Joyce – musique de chambre V


 

Résultat de recherche d'images pour "cassiopea joseph cornell"

assemblage: Joseph Cornell   » Cassiopea »

 

 

V
Quand l’étoile s’élance au paradis,
Timide et inconsolée, chastement ;
Daigne entendre dans le soir assoupi
Celui qui à ta porte vient chantant.
Son chant est plus tendre que la rosée
Et lui est venu pour te visiter.

Ô ne te penche dans la rêverie
Quand il t’appelle à l’orée de la nuit.
Ni ne songe   «Qui est donc le chanteur
Dont tombe ce chant qui parle à mon cœur ?»
Reconnais l’amoureuse mélopée :
C’est moi qui suis venu te visiter.

 

 

V
When the shy star goes forth in heaven
All maidenly, disconsolate,
Hear you amid the drowsy even
One who is singing by your gate.
His song is softer than the dew
And he is come to visit you.

O bend no more in revery
When he at eventide is calling.
Nor muse : Who may this singer be
Whose song about my heart is falling ?
Know you by this, the lover’s chant,
’Tis I that am your visitant.


James Joyce – Les jours ( Ulysse )


Afficher l'image d'origine
« Toute vie est composée de beaucoup de jours, jour après jour. Nous marchons à travers nous, rencontrons des voleurs, des fantômes, des géants, des vieillards, des jeunes hommes, des épouses, des veuves, des beaux-frères. Mais toujours nous nous rencontrons nous-mêmes . »


“Every life is many days, day after day. We walk through ourselves, meeting robbers, ghosts, giants, old men, young men, wives, widows, brothers-in-love. But always meeting ourselves.”

— James Joyce, Ulysses (1922)


James Joyce – Transfiguration


photographe non identifié

photographe non identifié

Il voulait rencontrer dans le monde réel l’image inconsistante que ne cessait de contempler son âme. Il ignorait où et comment la chercher, mais la prémonition qui le guidait lui disait que cette image viendrait à sa rencontre sans qu’il eût besoin d’agir en secret.

Ils se rencontreraient simplement comme s’ils se connaissaient et s’étaient donné rendez-vous, sans doute devant quelque portail ou en un lieu plus secret. Ils seraient seuls, dans l’obscurité et le silence, et en ce moment de tendresse absolue il serait transfiguré. Il se fondrait sous ses yeux en quelque chose d’impalpable, pour reparaître transfiguré l’instant d’après. Faiblesse, timidité et inexpérience le quitteraient en cet instant magique.

James Joyce, Portrait de l’artiste en jeune homme

 

He wanted to meet in the real world the unsubstantial image which his soul so constantly beheld. He did not know where to seek it or how, but a premonition which led him told him that this image would, without any overt act of his, encounter him.

They would meet quietly as if they had known each other and had made their tryst, perhaps at one of the gates or in some more secret place. They would be alone, surrounded by darkness and silence : and in that moment of supreme tenderness he would be transfigured. He would fade into something impalpable under her eyes and then in a moment he would be transfigured. Weakness and timidity and inexperience would fall from him in that magic moment.

 James Joyce, A Portrait of The Artist As a Young Man.

James Joyce – ma colombe


 

 

 

 

 

 

Ma colombe (titre proposé)

 

 

Ma colombe, ma belle,
Prend ton envol !

La rosée de la nuit repose
Sur mes lèvres et mes yeux.
Brodent les vents parfumés
Une musique de soupirs :

Prend ton envol,
Ma colombe, ma belle !

J’attends auprès du cèdre,
Ma sœur, mon amour.
Cœur blanc de la colombe,
Ma poitrine sera ton lit.

La rosée pale repose
Comme un voile sur ma tête.

Ma belle, ma jolie colombe,
Prend ton envol !

(traduction de  Gilles de Seze : http://gdeseze.free.fr/)

Texte original :

My dove, my beautiful one,
Arise, arise!

The night-dew lies
Upon my lips and eyes.
The odorous winds are weaving
A music of sighs :

Arise, arise,
My dove, my beautiful one!

I wait by the cedar tree,
My  sister, my love.
White breast of the dove,
My breast shall be your bed.

The pale dew lies
Like a veil on my head.

My fair one, my fair dove,
Arise, arise !

James Joyce (« Chamber Music« , 1907)