voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Jean-Claude Goiri

Jean-Claude Goiri – la forme qu’il faut


montage et photo RC

Prends la forme qu’il faut pour aller partout, juste partout, à chaque
endroit qui grince, qui frotte comme il ne faut pas, juste dans la non
zone, dans le palais du naître, juste où ta langue va claquer pour dire le
mot juste, juste où il ne faut pas mettre un pied devant l’autre, où les
vers ne sont libres que de se taire, à l’endroit exact d’où le giclé se
reforme, d’où le fusé repart pour de nouvelles aventures, juste là où ça
craque quand ta chaise s’alourdit, prends juste la forme qu’il faut pour
aller partout, juste cet endroit où les couleurs remplacent toute autre
forme de vie, cette vie dont tu rassembles les éclats, juste un moment
pour voir ce que ça donne dans le blanc, et pour voir aussi comment
ça marche le blanc, et pour ça tu prends juste la forme et le temps qu’il
faut pour aller nulle part, et ton œil qui cherche à poser son regard, ce
regard qui devient multiple, comme ces herbes folles qui poussent
parmi celles qui ne le sont pas, prends juste le temps d’aller beaucoup
partout

Jean-Claude Goiri est actif au sein de FPM ( le festival permanent des mots ).: éditions Tarmac

Ce texte est issu d’un pdf disponible sur le site « les cosaques des frontières »


Jean-Claude Goiri – Je TE restitue


photo & montage RC

Il n’y a plus de noir, il n’y a que la lumière pour assouvir ma soif, il n’y a plus de droites, il n’y a que des courbes pour conduire mes mains, il n’y a plus de paupières, il n’y a que persiennes pour assouvir mon noir,
je les tire quand je veux, personne ne me dira plus quand je dois les
tomber pour assouvir ses peines mais je serai ouvert comme un
rafraichissant éventail, il n’y a que le clair pour me servir de chemin, il n’y a plus rien à faire pour me sombrer dans le sombre, car si je te
vois, c’est que la lumière t’enrobe, et la poésie c’est assembler,
assembler tes ramures éclairées, la poésie c’est TE reconstituer, et puis
la poésie c’est surtout… surtout… la restitution, l’essence de l’acte
poétique est là:
Je TE restitue.
Nous ne sommes que lumière.

ph RC