voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Jean Daive

Jean Daive – La consolation, lorsqu’elle agrafe son collier


.
.

neige23

 « 




.
La consolation
.
Lorsqu’elle agrafe
son collier

le dimanche

de toutes les perles
qu’elle a portées
vient
la consolation.
.
(Jean Daive)


Jean Daive – Nommer ?


  Alexandre et son cheval Bucéphale  (Cosmographie de Gaïus Julius Solinus ) XIV è siècle

Alexandre et son cheval Bucéphale (Cosmographie de Gaïus Julius Solinus ) XIV è siècle

 

 

Nommer ?

Le nom ne se répétait plus.

Dans l’espace cinq rayons superposés

réduisaient les astres, les mers, les ciels à diverses égalités.

Un germe formulait les lois d’un univers magique,

lumineux par les cris poussés dans des souffles de morts

hors d’un monde habité.


Jean Daive

in  » 1, 2 de la série non aperçue


Jean Daive – Le monde est maintenant visible .


photo perso, Burkina Faso,  environs  de Bobo Dioulasso

photo perso, Burkina Faso, environs de Bobo Dioulasso

 

 
Le monde est maintenant visible
entre mers et montagnes.

Je marche entre les transparences
parmi les années
les fantômes
et le matricule de chacun.

Les pierres
les herbes sont enchantées.

Tout se couvre
jusqu’au néant
de pétroglyphes.

Je compte les mâts
penchés près du rivage.

À perte de vue, la prairie des cormorans
car chaque maison est un navire
qui se balance.

Plutôt le crime ou plutôt
la mort des amants ou
plutôt l’inceste du frère
et de la sœur ou ―

je prends le temps
de manger une orange.

Dans ces moitiés d’assiettes et
autres fragments trouvés
avec pierres taillées, dessinées ou peintes
masse de cailloux, graviers avec sable
mesurent un site
une ville que j’explore
avec l’énergie d’un oiseau.
.

Jean Daive, L’Énonciateur des extrêmes, Nous, 2012, pp. 39-40.

 


Jean Daive – ce que voient les yeux tout autour de l’ampoule


 

photo:              portrait de Francis Bacon

 

 

 

 

 

L’ampoule
………..au-dessous du plafond

si je suis l’enfant qui la regarde

plutôt qu’au-dessus de la table

comment
………….ne pas obliger la mémoire

à la remplacer par un horizon
plus inaugural ?

.

L’ampoule allumée
éclaire aussi faiblement qu’un pain
posé dans la pièce.

Le réel des yeux est là
dans une pénombre qui se dissout

pleine de gaz et pleine de perles
éblouies d’éclats très chauds.

les choses apparaissent
négligemment
comme de la respiration assistée.

Une chaise près de la table, une femme
avec un homme
et un homme très seul, une enfant
dans le lit
.

Parce que les lèvres bleuies, glacées sont une contagion

ce que voient les yeux
tout autour de l’ampoule

presque
contre le ciel éclairé
l’air inégalement occupe des volumes de peur
entre les meubles
les ombres et les étoiles

comment soudain
la même ampoule les remplit-elle de camphre

remplit-elle

………….une seringue

de son horizon
plus inaugural ?
.

Une survie est comptée
pulse
le dernier monde terrestre
dans les veines

jusqu’au cœur
.

Jean Daive, « Les Pavés inégaux », Onde Générale, Flammarion, 2011


Jean Daive – ombres


image:– montage perso

 

Franchis cheveux, nuques, regards. Franchis cerveau comme astre de l’esprit habité.

Le long d’une eau vertébrale, je glissai traversé d’ombres.

 

Jean Daive

in  » 1, 2 de la série non aperçue «


Jean Daive – Plusieurs fois.


Art Andy Goldsworthy

Dans la neige s’enfoncent des lieux habités : la chambre qui veilla le miroir où j’étais,

le plus grand arbre du jardin où je suis. Et les sols dépossédés flottent parmi les

branches, recouvrent, ouvrent tous les ciels, me perdent : Seul. Plusieurs fois.

La neige. La nuit. Quelque regard où je fus.


Jean Daive

in  » 1, 2 de la série non aperçue «