voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Jean Pérol

Jean Pérol – À mes côtés


 

Ne donnez plus rien
aux courages lâches
tenez écartées
les fêtes pourries

j’attends que la nuit
tire sur tout sa bâche
et d’autres caresses
que de ses furies

j’attends le dirais-je
les cieux plus légers
sur tous les vergers
la musique en plis

j’attends la lumière
des blancs d’avalanche
les masques tombés
les pardons en pluie

la douceur des mains
des lèvres fidèles
un cœur sans calculs
la farce effacée

un Japon des mers
des chants d’îles mauves
un matin charnel
entrer dans les villes

quand plus rien n’importe
franchir le portique
le démon aux portes
l’ange à mes côtés

 

 

extrait du recueil:

Libre livre

– See more at: http://www.recoursaupoeme.fr/critiques/libre-livre/antoine-de-molesmes#sthash.zOCDeJZ1.dpuf


Jean Pérol – cimetières


https://ecritscrisdotcom.files.wordpress.com/2015/12/b7d37-6a00d8341bfae553ef01b7c7ca6aa0970b-pi.jpg

De l’autre moitié du siècle je viens
dont le temps gris oublie déjà
tout ce qu’en fut l’âpre misère

et de nouveau le monde fait
devant tes pas fermer tes mots
retour à ceux un jour vaincus

oh très subtils les dédales
du grand jeu froid des capitales
retour à ceux qui sont jugés

sort sans pardon des bouches closes
tout juste dignes de se taire
qui pour toujours n’auront plus droit

qu’au grand oubli des cimetières.


Jean Pérol – Soleil cigales..


photo: cigale de mer Scyllarus arctus

 

 

 

Soleil    cigales..

Soleil    cigales
le lézard du souvenir bondit
et c’est furtif entre tes ombres
le passé perdu des provences pauvres

tu écrivais sous le figuier
sur la table usée de rotin bancal
dans la campagne abandonnée
et l’importance de parler
dans le bleu hébété tentait de t’emporter
à brides lâchées   à encrier ouvert

où une mouche
finissait toujours par tomber
et noire sur noir vibrionnait
comme confus tes jeunes mots
dans l’ouverture d’un monde plein
mais maintenant que la table
et le jardin sont un peu mieux
mais maintenant que tu peux
en lui   en toi   ailleurs
presque tout lire à livre ouvert

seule t’affronte amère et sûre
jour après jour en son contraire
et jusqu’au noir plus noir que l’encre
l’autre importance de se taire.

Se taire.

Jean Pérol. ( dans Autre Sud n° 28)