voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “logis

Le logis de la cartomancienne – ( RC )


photo: Simonu

Tout en haut de l’escalier

d’une maison délabrée

à façade grise

c’est le logis

de la cartomancienne…

Un chat blanc

à la tête couleur de suie,

veille, avec indifférence

sur une boîte en osier

devant l’entrée

qui reste ouverte

en permanence:

jamais il ne sommeille;

C’est à cet animal

qu’on pose les questions

sur le palier

comme c’est l’usage:

-petit sphynx, petit lion-

Le consulter,

est comme regarder

dans une boule de cristal…

Dans son oeil

se reflètent d’étranges lueurs

où dansent les présages.

Si tu vas chez la cartomancienne,

tu n’y accèdes qu’à pied :

tu repéreras l’escalier:

il est peint de deux couleurs

en rouge et en bleu,

ce qui égaie un peu les lieux:

Quand le chat est à l’intérieur,

c’est elle qui t’accueille

en habits de deuil,

assise, comme toujours

dans le fauteuil de velours .

Il faut suivre le protocole :

elle a les phrases lentes

et peut s’endormir

après quelques paroles

décisives sur l’avenir,

car elle est un peu voyante.

En fin de journée

ses mains sont transparentes.

Tu devras la laisser

méditer sur ton cas

ou bien c’est avec le chat

qu’il faudra dialoguer.


.


Béatrice Douvre – Gravitation


Résultat de recherche d'images pour "gevaudan croix"

croix de chemin en Gévaudan  ( Besseyre )

 

Sous le grand âge du printemps
L’eau sourd en gouttes de regret
Des bouquets sonores exultent
Poudroyant
Mais la demeure saigne
Et sa fissure
Nous avions construit ici notre logis
Sur un escarpement de pierres heureuses
La campagne est mouillée de sevrage
La voix nuptiale empruntée aux pierres
Heure boisée qu’excède l’amour
Tu innocentes ta trouvaille d’enfant
Tu gis sur le chemin trempé
Et de pluie tu défailles
Maintenant brillent d’obscures larmes
Tu acceptes la peur immaculée de vivre
L’aube étincelle dans l’herbe des vigueurs
Souffle mûr mêlé du sang des hommes
Tu marchais réinventant le pas du sol comme une soif
Dans le vent neuf Je te regarde tu courais
Geste habité du vœu de naître
Auprès des croix
Qui font parfois les pierres profondes
Moment cendré de l’étendue
Chancelant
Et notre pauvreté nous vient d’un même exil
Dans le temps
Grandir a dissipé le seul voyage
Entre l’arbre et le seuil
Entre nos mains
Désormais c’est l’herbe qui nous dure
Sa cécité très douce à nos pas retranchés


Ivan Blatny – les lieux


 

 

 

 

Ivan Blatny   (  auteur  tchèque )

photo "trouvée", tranformée par mes soins

fait partie de mes  voyages-  découverte…

lorsque je feuillette  au hasard chez le libraire, l’univers de totaux inconnus…  qui par la suite le deviennent moins…  –  et c’est  souvent  une autre  approche  de l’écriture et du texte, poétique  ou moins,  qui capte mon attention.

c’est en tout cas un poète peu connu,  publié  aux  éditions  de la Différence, collection Orphée  1992

 

——————–

 

Les lieux que nous avons quittés continuent à vivre. Le cheval file, l’enfant crie, la mère ouvre la porte : « Ce n’est pas là, ce n’est pas là, alors je ne sais pas ce que c’est devenu. »

Ils cherchent. Ils cherchent quelque chose, s’agitent à travers le logis. Ils cherchent les lieux que nous avons quittés, les lieux où nous étions autrefois. Ils courent à la gare et pensent : la maison. La maison est restée. Où s’en vont-ils ?

A l’enterrement de la sœur. Pour toujours.

Chez le fils. La grand-mère reste. La grand-mère, ils ne l’emmènent pas. Ils laissent chez eux siffler Mélusine. L’horloge, ils ne l’emmènent pas. L’horloge sonne dans une pièce vide.