voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “lueur

Jacques Borel – la trace


Résultat de recherche d'images pour "trace mur"

 

LA TRACE

 

À qui veux-tu parler ?

Les trottoirs sont déserts,

Un petit soleil mort

Ou le crachat d’hier

Se sèche sur le mur.

O veine de mica,

Tesson, mucus, paupière,

Trace d’une lueur

Absorbée par la pierre,

Ne t’éteins pas encore,

Reste d’un geste humain

Ou souvenir du jour,

Illumine ce peu

D’espace consolable

Où ma vie comme un poing

Serre ses derniers rêves  .

 

extrait de  « sur les murs du temps »


Décapiter les fleurs du jardin – ( RC )


141.jpg

Tu as tenu dans tes bras le bouquet de l’été,
Que le vent tiède a fleuri ,
et lentement ,     coupées de leurs racines,
         les têtes ont fléchi.

Tu as tenu dans tes bras ton ventre arrondi,
que l’amour a fleuri ,
mais éloigné de ses racines ,
        ton corps s’est flétri .

Il n’y a eu que sécheresse
et le froid, l’hiver
et la détresse
et la bouche amère.

Il y a un mot pour décrire
celui qui n’a plus de parents
mais il n’y en a pas pour dire
une mère perdant son enfant.

Comment interroger le destin,
quand , fleur après fleur
se perd dans le lointain
       la plus petite lueur ?

La mort était-elle dans ton sein
pour qu’ainsi, elle vienne
décapiter les fleurs du jardin
et les priver d’oxygène … ?


RC – août 2016


en liaison avec « poème à l’orphelin » de M Tsvetaieva


François Corvol – Quelque chose – Visions of L.A.


 

photographe non identifié

photographe non identifié

 

VISIONS OF LA

Il est l’heure maintenant de dormir
ne disparais pas trop vite où je ne peux plus marcher
ne vas pas trop vite où mes pas ne vont plus
ma vie elle n’est rien qu’un peu de ces chansons infirmes
de la cendre soulevée sur nos chemins intérieurs
j’ai dressé mon amour dans cette déchirure
j’ai exhumé le diamant de ces rêves offensés
je suis comme les autres hommes les autres éphémères
qui vont partout se cogner chercher de la lumière
j’habite la nuit je n’ai que la nuit
pour me raconter ce que c’est que de rester en vie
aveugle incertain ignorant
je ne fais qu’errer de lueur en lueur
et lorsque je l’atteins je brûle comme chacun

08.02.13


Pierre Silvain – les chiens du vent


peinture:       Paul Klee        – pleine lune

 

Sous la poussière il retrouve

L’ardoise d’enfance fêlée

Avec les griffures intactes

Proclamant sa détresse d’être

Celui qui toujours demeure

Au seuil du monde déchiffrable

Dans l’attente d’une aveuglante

Révélation ou d’un anéantissement

Rien n’a changé

Tout continue de se refuser

Là derrière

Lueur tremblante et louche

Au fond de la nuit d’encre

C’est la fenêtre du logis

De l’ogre perdu dans les bois

Vers quoi conduisant la fratrie

Résolu même sans

Les cailloux en poche

Poucet avance

Pierre Silvain est un auteur  que j’apprécie  beaucoup  notamment  dans  ses livres – contes philosophiques – publiés  chez Mercure  de France:

Zacharie Blue,

Le Grand Théâtre,

La promenade en barque

– Les  Eoliennes,

– La  Dame  d’Elché… ( célèbre  sculpture,  qui a fait l’objet d’une  reprise – dans l’imaginaire ibérique, par l’artiste Manolo Valdès, cité dans cet article )

il a été  ensuite été publié  par de nombreux  éditeurs,  et notamment  les  éditions Verdier

j’avais  été en contact personnel avec lui,  et il appréciait beaucoup ma façon de peindre…,  c’est l’occasion ici  de lui rendre un autre hommage.

ce poème, que je viens  de découvrir  offre  d’étranges  similitudes  à celui que j’ai écrit et publié  il y a fort peu de temps: « le monde des possibles »