voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “malheur

Pentthi Holappa – les navires naufragés


Résultat de recherche d'images pour "nsinking painting art"

peinture: Katheryn Holt   naufrage

 

LES NAVIRES NAUFRAGÉS

 

 

Il n’y a pas d’abri contre la douleur, ni sous une cuirasse
ni dans le ventre de la mère. Y en aurait-il dans une
urne funéraire?

Prends garde aux nuits de pleine lune, quand la mer
reflète
les lumières de la ville !
Le ciel pourrait s’effondrer sur tes épaules.

 

Ta foi fragile dans les anges du ciel pourrait
se briser, si tu les voyais cueillir sur les récifs
les brassées d’or
des navires naufragés.

Tu te mettrais à pleurer, après l’esquisse d’un sourire.

 

L’homme est un enfant, qui même sous les coups n’apprend pas
que les miracles s’effacent dès qu’on les
contemple.
Ceci
n’est pas le pire malheur, mais plutôt de rester
au port
quand les anges déroutent les bateaux vers les hauts-
fonds.

 


le marbre blanc, d’où s’est retiré mon sang – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "Mimmo Jodice"

Photo:  Mimmo Judice

 

 

C’est un incident malencontreux
qui fendit ma joie
de tout mon poids :
en quelque sorte ,   un désaveu.
          Je suis tombé de ma hauteur
mon socle a vacillé, par malheur:

             L’avenir est bien étroit :
il suffit d’être maladroit,
         et me voila par terre :
mon sourire en éclats,    comme du verre
qu’il faudrait qu’on recolle :

Ils sont sur le sol :
avec mes émois
        – quelque chose de froid
dans le marbre blanc
d’où s’est retiré mon sang:
                  comme par erreur…
Il faudrait retrouver le sculpteur …


RC – nov 2017


Susanne Dereve – Offrande


Les-tombes-rupestres--640x480-.JPG

nécropole rupestre – Abbaye de St Roman – Gard

 

De charogne ou de cendre le jour où Elle viendra

choisissez un bon bois de chêne, lisse au toucher, robuste et clair, 

gardez-moi des vaines offrandes,

ces urnes que les us épandent en sombres paraboles abandonnées au vent,

aux rumeurs infécondes et sourdes du levant

et qu’un bras malhabile se devrait de répandre au-delà du silence

comme on boit le calice âcre de la souffrance     

 

De charogne ou de cendre le jour où Elle viendra

choisissez un carré de terre,

de ce terreau qu’égrainera la pelle d’un ton clair  

il faut du temps il faut des fleurs pour oublier

il faut ce marbre uni où poser des œillets     

l’herme aux lueurs du soir est plus doux au malheur que ces brumes d’errance le vent a-t-il jamais  séché les larmes de douleur

 

De cendre ou de poussière lorsque le temps viendra

choisissez un bon bois de chêne lisse au toucher, robuste et clair

et dans ce vieux pays de Rance enterrez-moi près de mon père.

 

 

suivi de ma  « réponse »

 

Quel que soit le carré de terre,
que des pelles viendront blesser
la pierre ou le marbre,
l’ombre des cyprès,
les noeuds de leurs racines,
auprès de toi,

Quel que soit le vent,
qui répandra les cendres,
comme autant de paroles vaines,
et aussi les fleurs
qui meurent, de même,
dans leur vase,

Il y aura un temps pour oublier,
lorsque les mousses
auront reconquis la pierre gravée,
les pluies effacé les lettres :
              – même la douleur 
ne peut prétendre à l’éternité .

Que l’on enterre une princesse
avec ses bijoux,
et toutes ses parures,
ne la fait pas voyager plus vite
sur le bateau
de l’au-delà…

Ce qu’il en reste
après quelques siècles :
>          quelques offrandes,
et des os blanchis
ne nous rendent pas sa parole
et le ton de sa voix.

A se dissoudre complètement
dans l’infini,
                         c’est encore modestie :
– On pourra dire « elle a été » -,
mais le temps du souvenir,
se porte seulement dans le coeur des vivants .


RC

 

:

 


Catherine Pozzi – Le don du figuier


photo Annabella

 

 

Si tu veux
Nous irons ensemble
Tous les deux
Vers le vieux figuier.
Il aura
Des fruits noirs qui tremblent
Sous le vent
Qui vient d’Orvillers.

Tu iras
L’âme renversée
Sur ta vie
Et je te suivrai.
Le ciel bas
Tiendra nos pensées
Par la lie
D’un malheur secret.

Tu prendras
L’un des fruits de l’arbre
Et soudain
Le feras saigner
Et ta main
Morte comme marbre
Jettera
Le don du figuier.

Le vent vert
Plein du bruit des hêtres
Ouvrira
La geôle du ciel
Je crierai
Comme un chien sans maître
Tu fuiras
Dans le grand soleil.

 


Camille Loty Malebranche – Désenchantement


peinture: Franz Kline: De Medici 1956

peinture: Franz Kline:         De Medici 1956

Désenchantement

Je me suis réveillé
Au cœur d’un monde
Colosse de mirage, empoigné de déroutes
Exhalant l’odeur âcre, méphitique
De nos ordres chaotiques, imprégné de malheurs
Et l’entêtement des bonheurs artificiels

Je me suis réveillé
Et je n’ai vu que la lourdeur de nos gestes et l’interaction de nos maux
Jonglerie maniaque pour nos spartiates désabusés,
Nos fauves anthropomorphes, anthropophages

Je me suis réveillé
Au cœur d’une terre vacillante, entropie ténébreuse
Aux baraques sanguines des mers guerrières.

Et le sang qui gicle dans son tourbillon
Disque d’accrétion létale, patibulaire
Au sens contraire des rotations de la terre,
Dément les soleils faux de nos chartes balisées de noirceurs intestines

Et malgré l’évolutive odyssée temporelle de l’histoire aux avatars et du progrès,
Piétinent nos vœux, pataugent les pas sans marche, traîne-savates, démarche abjecte
De l’homme, phylum de nains, d’avortons
Hibernent les étoiles, soleils scalpés ;
Et les ères génitrices où la terre s’est faite mère,
Au firmament de nos œuvres, accouchent de tertres mortuaires, tremplin mortel
Aux dépouilles de l’homme, aux débris de l’humain

Ah ! Voûtes géantes, spectrales de nos actes ! Charnier homicide de l’action !

L’espace ne brille
Que des ténèbres humaines ;
Et la vie et le souffle – hymne christique
Profanés par nos fronts cogitants

Champs arides, xérophiles des balourds
Ignorent l’esprit, immanente semence
Poussent des mutants où l’ivraie des ivresses criminelles s’abreuvent d’Âme et de Sang !

Ô ! Malheureuses épines des noires mémoires !
Des moires !
Que de visages de parque
Au miroir atomisé des virages
A l’image brisée des ombres !
Ah ! Geignent les faces fragmentées
Du temps et de l’absence !


Miguel Veyrat – une peur blanche


image: spectacle de la compagnie Luc Amoros:             N’ayez pas peur de la page blanche

 
Une peur blanche

Je suis allé là où la beauté semble être toute nouvelle
pour toujours, et le dernier jour, j’ai trouvé
le premier. Celui qui tombe dans la lumière allumée fauve
nue et douce, avec le son de sa jeunesse
dans l’air.
Belle bien qu’elle cache le bas du visage
dans la première ombre répandue sur la page vierge.
Je me suis retiré vers nulle part
comme un corps  dans l’abîme,
à la recherche d’un  signe pour le copier sur la
première page disparue ce premier jour.
Ainsi l’aube nous ment dans son écriture cachée,
qui n’annule jamais les pas de la nuit en sa première ombre.
Au moment précis où  la beauté se brise en vain
contre le mur du désir qui a effrayé le léopard –
quand nos poitrines se révoltent
en face de la puissance de la Nature
qui règne seulement pour le malheur, et l’ infinie vanité de tout.

trad  RC –

-He ido donde la belleza pareció ser toda nueva
para siempre, y en el último día hallé
el primero. Aquel que cae al fulvo ardor de luz
desnudo y leve, con su juvenil sonido
por el aire. Hermoso aunque se emboce
en la primera sombra derramada sobre la página
en blanco. He retrocedido a ninguna parte
como el salto de un cuerpo en el abismo,
que busca su signo para copiarlo en la página
esfumada de aquel día inaugural. Así nos miente
el alba en la escritura oculta que jamás cancela
los pasos de la noche en su primera sombra.
Momento exacto en que la belleza se estrella
en vano contra el muro del deseo que espantó
a Leopardi —cuando nuestros pechos se amotinan
frente al poder de la Naturaleza que impera
solo para el mal, y la infinita vanidad del Todo.

 


Pierre La Paix Ndamè – il est des regrets debout ou assis…


il est des regrets debout ou assis…

par Pierre La Paix Ndamè, vendredi 18 novembre 2011, 21:15 ·

peinture: Aboudia: peinture de la guerre civile ivoirienne.

le vide est loin

de la vie en rut

quand on brise le néant

par le sacre du crime

quand on fuit le ciel

par la porte d’à côté…

voici que la peur s’absente

aux murs remplis de vies

russes… que les souris

complices du pécu nié

cliquent à souhait…

mais le cri amer de la nuit

qui jette sur les toîts troués

du malheur

les versets maudits de la foi

ne s’entendra plus sous la dune…

il est des regrets debout

ou assis… qui nous guettent au passage

en oubliant parfois le bonjour abject

sur les lèvres de poussière

que la faim assèche mal…

nous tremblerons sous les seismes

fictifs des égoïsmes libéraux

abandonnés au froid des jours

et des nuits…

à cause de notre… Barraque

infidèle à la cheminée qui l’incendie…

mais que faire?

tant qu’elle S’Arque Aux I..dées de l’autre…?

mauvaise Polie Tic…

 


Surprise de la chaîne de fredonne. ( RC )


photo et montage perso –          juin 2011

surprise de la chaîne de fredonne…

Il faut que je ressource, en lumière délectable… et, que léger, je chantonne
Une cascade de mots, qui font source, à l’aimable chaîne de fredonne…

Que je source, que je me ressource, que je prenne la queue des mots pour tremplin
Et que je rebondisse, pour que j’ajoute un maillon à cette chaîne sans fin…

Heure d’hiver,   heure d’été – passage en douceur , mais qui jamais ne s’arrête,
En ajoutant mon grain de sel à la grande cuisine, et ingrédients, en fête

Est-ce en chantant ( et j’en suis fort aise), à capter ainsi le moindre prétexte,
De plus, sans queue, ni tête – je les montre à ces messieurs – sortis du contexte

Qu’à jouer de la sorte , rend notre destin d’ écriture, au plus futile ?
Combien faut-il de fois, le répéter, et cette répétition inutile…

Car chaque fois, partant de rien, ( de rien  » y a pas d’quoi »), c’est un nouveau voyage,
Un dessein, d’images, qui nous pousse dans les étoiles, avec ou sans bagages…

Arrêtez-moi ( Ou je fais un malheur)… prêts pour cette expédition sans retour
Dont   ( inutile d’insister, je ne suis pas là),   personne ne connaît les détours…

De mon ptit vaisseau spatial, j’envoie une gerbe de signaux et de messages,
Agitant les bras, comme sémaphore, C’est l’ instant de mon passage.

Des espaces et de paragraphes , je les remplis d’encre du soir,
A cheval sur les comètes, bientôt traversant les trous noirs…

C’est le compte  rendu de l’opération       ( en toute  discrétion)…

Il ne reste  qu’à poster,    expédions ————->     (  expédition)

 

 

RC      14 juin 2012

 

 


Aspirateur de leurres – ( RC )


peinture; Ferdinand Hodler: le bon samaritain

 

 

De temps en temps – ce n’est pas dommage …
Nettoyage et  ménage, rime avec balayage
Dissection du futur, aide précieuse des oracles
Je sais,  –    de nos jours, on fait des miracles !

Car cela ne fait pas mystère
Même la tête à l’envers
Regardant notre terre
Et notre vie de poussière

On décompte –  heurts et malheurs
Et grâce à l’aspirateur de leurres
S’il ne reste qu’un point lumineux
Il sera pour toi – j’en suis heureux

C’est quand même , bien l’espoir
De ne plus broyer que du noir
( ç’aurait pu être pire ! )

Qui soutient l’acte  d’ écrire

 

—  RC  11 et 13 avril 2012

 

inspiré  du post de JoBougon…  et un peu modifié depuis.