voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “manque

Dominique Sampiero – La claire audience


Réponses Photo N 186 - Septembre 2007.-- _17 - 4  .jpg

Sampiero    le pays a une odeur.jpg


Comptes d’Orient ( RC )


art –        manuscrit perse

Des mille et une nuits

Voila l’humeur voyageuse

D’objets, l’abondance et l’envie

C’est cette histoire merveilleuse;

L’escadrille  de tapis volants

Au souvenir des parfums d’orient

Celle des roses d’Ispahan

Qui berce l’esprit des  enfants …

Il est question de diamants

D’or et d’objets, de bandits

Dans l’obscurité les yeux  agrandis

Captent des éclairs d’objets brillants

Abondance à remplir  son cabas

 » C’est un hasard heureux

Qui m’a fait pénétrer ces lieux

Se dira, rêveur, Ali Baba

Je n’ai pas pu en faire le compte

De tous ces objets de valeur

Détenus par quarante voleurs  »

( enfin, c’est ce que suggère le conte)

Tant de richesses rendrait avide

Si on les savait quelque part

La misère est partout, chacun réclame sa part

Et réchauffe  les esprits cupides…

Ou bien  c’est un objet précieux

Qui permet d’exaucer les voeux,

D’avoir tout ce dont on manque

Et de faire  « sauter la banque »

La lampe  d’Aladin contenait un génie

Qui faisait de son mieux

Pour rendre les hommes heureux

Surtout pour les plus démunis…

Une demande pour l’avenir ?

Et ceci, à quel tarif ?

Devenir calife à la place du calife ?

La lampe à huile va tout vous dire…

Mais  attention, à ce qu’on croit

Faites bien votre choix

Les voeux se limitent à trois

Au delà vous pouvez faire une croix…

Et attendre des jours meilleurs

Assis dans la poussière

Vivant dans la misère …

A attendre le bienfaiteur…

Je conte sur lui…

RC  –  22 et 28 juin 2012


furtif caressé par les roses (RC)


 

photo  Brookenshaden

 

 

 

 

 

Au bonjour furtif caressé par les roses
Courbant les flammes des chandelles
Peut-être diras-tu fantôme ou esprit

Celui-ci est le reflet d’une attente
Tant prolongée et désirée
Que les ailes de l’oiseau de nuit

Se heurtent aux vitres des fenêtres closes
Attiré par le courbe de ton profil
Dessiné de profil en contre-jour .

Cet hématome de désir, brisant le silence
S’éclatant sur le verre, à te savoir si proche
D’une épaisseur d’air, et pourtant inaccessible

Ce n’est pas un ciel de combat
Que la vie distante où chacun ressent
L’absence , et de la vie, le manque !

 

 

14 mai 2012

 


Extérieur vertical (RC)


image: montage perso


En chaleur  d’été, le vent soulevant les bâches
des marchands  de la plage,
… – claquements sporadiques,
Petits tourbillons de sable

Son cri est celui de l’enfant résonnant
depuis l’autre monde
et ses  lèvres sont froides
portant  l’alliance.     du manque

Le manque est d’une étreinte étouffante, et elle ,
une magicienne d’un autre temps.
Quand  tout est vivant alentours,

Mais toujours seule, les bras vides dans le désordre.
Les racines – transparence de la folie –
se sont ancrées  dans un corps
qui n’est plus  sien…

Les nuits féroces, ne sont pas siennes,
Mais un trésor  d’ombres, d’un vertige
Que ne retient  aucun filet
Illuminées  d’un soleil sans écho

Noir de bras  sans appuis, d’un monde,
où ce que disent  ses lèvres, ne se retient pas.
Dans la couleur d’un extérieur vertical

RC          8 mai 2012,    et janvier 2013

que  je complète  avec  un poème  de Jacques  Reda, qui va  « dans le même sens »
L’HABITANTE ET LE LIEU

L’âme semble un couloir où des pas hésitants résonnent,
Mais personne jamais ne vient. Dehors, l’ombre qui tremble
Dans les encoignures de porte et sous les escaliers,
C’est l’âme encore, quand la nuit fige le long des murs
Les flots d’eau pâle et froide où l’on est heureux de descendre.
Et qui donc parlait de salut ou de perte pour l’âme,
Alors qu’elle est blottie en son frisson et cependant
Toujours plus dénudée au vent qui souffle en ce couloir ?
Qu’elle se cache ou rôde, écoute : elle s’égare, étant
L’habitante et le lieu d’une solitude sans nom.

Jacques Réda, Amen, Gallimard, 1968