voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “marée basse

Frédéric Jacques TEMPLE – Mont Saint-Michel –


Pierre BRETTE -Pêcheurs dans la baie du Mont Saint-Michel

                                                                                     

                                                                                                           à Jacques Bioulès

     Le soleil sombre
     dans les tangues
     le soir tombe

     silence

     voici l’heure
     des sansonnets
     dans les tourelles
     du mont Tombe

     ange de cendre
     un héron plane
     longue est la pluie
     sur Tombelaine

     ne dites rien

     les lampes
     restent sourdes
     jusqu’à l’aube.

 

 

 

MARÉE BASSE
                                                                                                à Armand Monjo


C’est l’heure nue : les sables,
le vent d’une aile grise
sur une ville de remparts.
Ardoise humide, étoiles,
fientes d’anges crieurs,
quand le soleil des vêpres
s’enlise aux confins des énigmes.

 

                                    Le Mont Saint-Michel

 

 

FJ Temple

Inventaire des Dunes 

Paysages privés 

FATA MORGANA 


Marée basse – (Susanne Derève) –


Plage Sainte Marguerite – Landéda-

 

Marche

loin sur la plage

C’est marée basse

 

La plage

appartient à celui qui éprouve sous son pas

le sable vierge   

raviné de mille ruisseaux de sel  

                                                              

La lumière

à qui boira les blondes fenaisons du ciel

le grand soleil d’hiver

chassant les brumes de Janvier

 

et demande à la vie :

Qu’es-tu ?

Aile furtive,

morsure du vent volage sur ma peau ,

ou vie languide des flaques froides

de l’estran,                                            

frêles  esquifs que ranimeront les courants 

des vives eaux ?  

 

 

 

 


Erwann Rougé – L’heure la plus étrange


4107395475_b7d332e63b_o.jpg


L’heure la plus étrange est cinq heures
et cette insupportable odeur de marée verte

Entre deux soulèvements de sable
une femme  chancelle   en riant

Elle a les yeux cendres  elle ment
C’est plus fort  les yeux   elle ment

Elle dit  regarder un ange
On dit cela au vent   à la cruauté du vent

Dans cette absurde odeur de marée basse
Il y a toujours une poussière

une légèreté de mort
qui vous pénètre l’oeil

 

in « Paul les oiseaux »

 

in  » Paul les oiseaux »