voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Marie Bauthias

Marie Bauthias – L’ombre des leurres (extraits)


photo: Wolf Suschitzky

photo:    Wolf Suschitzky  1935

 

 

de quoi vivre
ou s’enfuir
le vain soleil des mains
en haleine du corps
de quoi dire
l’ombre qu’il faut
pour autant que l’on vienne
en prendre le rayon

quel ciel achemine
la figure manquante des aurores
lentement lèvres à lèvres
accole l’occident aux épaules
des grands fleuves de notre mémoire


Marie Bauthias – l’ombre des leurres ( extrait 03 )


 

art: Pierre Alechinsky & Karel Appel

 

 

le

 

 

 

 

 

 

printemps reste à boire
luire sans mots des bouches
de ceux qui partent
la plupart du temps
reviennent
le regard à la main des hautes fougères


Marie Bauthias – L’ombre des leurres ( extrait 02 )


 

 

 

 

 

photo          Damien Bottura

 

au secret de l’écorce
nos prairies mangent d’orgueil
la couleur et l’attente
le vent qui cueille le rire dans les pleurs
la courbe des mots tendres assis
à notre oreille
l’avalanche des paumes
inscrite sous nos yeux
déjà le désordre furtif d’une peau
grandement amarré

la douce prière que le désir ne nous a pas rendue -…

Marie Bauthias

 


Marie Bauthias – L’ombre des leurres ( extrait 01 )


photo:             Andreas Ulvo

 

proche ou lointaine c’est
l’ombre qu’on recherche
le seuil où pourrait être dit la main son lit
le trésor qui veille à trouver à venir
la parole nomade qui nous rendrait amis
on cherche sans savoir une nuit efficace
un ciel qui roule de plus haut
sans doute l’autre endroit
le premier mot ouvert
on cherche
l’éclat et son sort


Marie Bauthias – Bleu sur bleu


 

Découverte  dans l’exploration des nombreuses parutions  des  « révélations poétiques  de chez  amicalien », voila une nouvelle parution de textes  de Marie Bauthias,  que  l’on peut  trouver  –  avec d’autres, ici ( la poésie comme théorème premier)

 

 

 

 

Bleu sur bleu. La mer dans le regret de l’aube. Plaie sans nom et lointaine. Offerte.

niveau de ronces où de terre

de miel le sang se panse de

milles traces. Par elles le jour aime. A fendre l’œil.

……………………………………….

C’était un carré bleu. A plat sur le mur qui prenait quand il le

voulait figure de haute mer. De plus en plus. On lissait chaque jour ses bords. II bougeait.

C’est certain. Comme les fables dans la nuit de l’homme bougent.

 


Marie Bauthias – L’aveu clandestin


installation G Penone souffle de feuilles 1979

 

 

 

 

 

 

L’aveu clandestin)

Refait ce bruit

ce bruit de mer

d’espace en attente.

La mer n’est plus qu’un bruit

épelé dans le soir

un rêve de jeune buisson.

Le ciel rendait ses copies …

Il n’y a rien à craindre…

Des dames en parenthèses

expliquaient au hasard

le passage des pluies.

Les cadences du ciel

nous ont déjà griffés.

Marie Bauthias
(Verrières, éditions Commune Mesure)

 

G Penone : le souffle des feuilles - empreinte