voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “mémoire

Jean-Michel Maulpoix – Chambres –


Albert Marquet – Intérieur (Algérie)




J’aménage des chambres dans l’encre. J’ouvre les armoires. Je dispose des fleurs dans les vases. Je fais pour la mémoire des lits bien propres. Plus personne n’y viendra dormir. Je reste un instant dans la pièce, puis je ferme la porte. II y a, la nuit , des étoiles et des anges. Au matin, j’ai le cœur défait. Qu’importe que les draps restent tirés et les persiennes closes : ces linges un peu rêches qui sentent la lavande au sortir de l’armoire sont ce qu’il me reste de chair. Les oreillers brodés de fleurs bleues et le gros édredon piqué composent sur le lit la silhouette d’un dormeur imaginaire qu’il serait vain de réveiller.

L’idée de chair

Un dimanche après~midi dans la tête

P.O.L.


La corolle des certitudes – ( RC )


Nous ferons avec les corolles de certitudes,….
(s’effaceront-elles dans l’érosion inéluctable
de l’oubli, il restera dans ma mémoire
un peu de ton histoire ) –
comme si la racine
persistait dans une fragrance diffuse.
Les fleurs , pourtant piégées par le gel
auront perdu leur attrait visuel:
j’oublierai leur couleur
mais pas la saveur
des amours recluses.


le vide se creuse sous nos pieds – ( RC )


montage RC

Désolé pour les rides
qui s’accumulent avec les années :
l’étendue de la consolation
ne tient pas compte du vide
qui se creuse sous nos pieds .

Nous buvons la lumière
à mesure que nous avançons.
Quand nous l’aurons toute épuisée,
nous ferons le chemin à l’envers
en remontant notre mémoire.

La lumière sera intérieure ;
— de l’incandescence,
il ne filtrera que peu de chose
personne ne pourra savoir –
que nous approchons la renaissance.


Chemins de Rance – (Susanne Derève) –


Bords de Rance (2019)
La joie,
envahie par l’herbe du temps 
comme tronc mangé de lierre,
trèfle dans la prairie, 
à ajuster mon pas dans les pas d’autrefois, 

joie morcelée, 
ce chemin mille fois emprunté 
qui devient  dépossession de soi,
quête illusoire
dans les lieux que portait l’enfance,
des sons,des odeurs,des voix. 

Manque le bruit des voix, 
des frôlements,des rires,leur soudain éclat
comme au fil du diamant. 
Manque le poids des corps et des étreintes
et l’épaisseur des chairs, dense,
leur ombre chaude dévoilant le soleil,
cernant les peurs,les devenirs.

Joies éphémères, 
tous les chemins de Rance portent
mes souvenirs,  
seul les noie le chatoiement de l’eau
dans la lumière,les mille et un fragments 
de son miroir brisé 
où la mémoire s’immerge, 
un instant pacifiée.



Constantin Cavafis – Reviens –


Nathan Oliveira – (Head and shape II) –
Reviens souvent me prendre,
sensation bien-aimée, reviens me prendre —
quand la mémoire du corps se réveille,
et qu’un désir ancien tressaille dans le sang;
quand les lèvres et la peau se souviennent,
et que les mains ont de nouveau l’impression 
de toucher.

Reviens souvent me prendre,la nuit, 
à l’heure où les lèvres et la peau 
se souviennent...


En attendant les barbares

et autres poèmes

traduit du grec et présenté par Dominique Grandmont

Poésie Gallimard


Un matin où j’avance mes mains trop près du ciel – ( RC )


Peine perdue
aux volutes des pensées désenchantées.
C’est un matin
où j’avance mes mains
trop près du ciel,
car le silence me répond, :
celui de la nuit pailletée,
que brouillent les voix de la veille :

  • de grands morceaux fragmentés
    ne composeront jamais un poème :
    miettes de croissants de lune,
    emportées par la rivière,
    un jour où le vent accompagne
    les gestes lents du balayeur.

Puis il y a eu ce visage
entr’aperçu derrière les rideaux pourpres
d’une fenêtre
qui recomposa ton image,
elle que je croyais perdue,
piétinée comme des fruits trop mûrs
se mêlant aux souvenirs diffus
d’une aube incertaine ;
tintement léger de la mémoire :
réminiscences en pièces détachées
dans le jour candide
qui se mettait à renaître,
comme si de rien n’était,

alors je t’écris cette lettre,
que tu liras peut-être
toi ,
si loin du ciel,
mais proche de moi, en pensée…


Le ciel se ressoude, la mémoire s’en va … – ( RC )


photo William Klein – 1955

Allons nous asseoir sur les dunes,
de là, nous verrons en rêve
se lever les rideaux de brume
déchirer des morceaux de ciel;
il y aura peut-être les colombes,
qui survoleront les palais,
pour se réfugier dans les tilleuls,
ou bien ce sera le soir,
à l’heure où le soleil tire sa révérence.

Rappelle-toi de ces oiseaux
courant, sautillant sur la plage,
ignorant les hommes
le vent, les herbes sauvages.
( Nous aurons contourné
ce bunker renversé,
qui lentement s’enfonce
dans le passé ),
comme ce château de sable…

Y aura-t-il des lendemains
à l’histoire enchantée
où tout passé s’efface ?
Le ciel se reforme,
se ressoude, la mémoire s’en va :
la ville ne laissera pas de trace.
Seuls, quelques gravats
seront poussés par le ressac
et la marée .


Petite mère – (Susanne Derève) –


Tal Coat – Vol d’oiseaux passant un reflet


Petite Mère
Les étourneaux  pépient dans le coeur du feuillage
mais tu ne les vois pas 
 
Plus légers qu’une plume, que l’aile d’un moineau 
tes souvenirs s’envolent 

C’est un dimanche nu que ta mémoire 
une plaine déserte un arbre  silencieux 
que n’égaie plus nul chant d’oiseau 



Tristan Cabral – Plus personne n’arrive à Ellis Island…


Ellis Island (photo du Musée de l’Immigration )

 

Plus personne n’arrive à Ellis Island…
des visages anciens glissaient sur l’East River
Et j’étais plein d’un vieux sang arménien
ou peut-être italien je portais le carquois de l’indien brise-lames
avec pour toute aurore
le vieux regard des émigrants
vêtus de peur et de douleur

plus personne n’arrive à Ellis Island…

Sur l’East River
j’allais dans un canot avec Petite Fleur
couchée en chien de fusil
je portais vers le Nord des ballots de lueurs
les oies du Cap Tourmente
s’en venaient vers le cœur acéré du flécheur
et j’attendais la longue nuit des couteaux

plus personne n’arrive à Ellis Island…

Je suis plein d’un vieux sang arménien
ou bulgare
et j’ai vu à Brooklyn un certain marchand d’ombres
qu’on appelait Bontchek
qui calculait la nuit
tout le temps qui restait
avant la venue du Messie
Je suis le voyageur des mémoires manquées

mais Ellis Island est fermé pour toujours…

.
                                  Tristan Cabral, in Le Passeur de silence (extrait)

 

sur Tristan Cabral voir aussi :

https://francoiseruban.blogspot.com/2016/12/tristan-cabral-poete.html

https://poesiedanger.blogspot.com/search/label/Tristan%20Cabral

 

Ellis Island immigrants ( bronze) – Phillip Ratner (Musée de l’Immigration – Ellis Island)


Michel Pierre – un seul mot



du site theconversation.com

À l’intérieur d’un seul mot vous ne respirez plus. La phrase vous laisse l’oxygène indispensable pour en revenir à l’idée, elle-même ombre du paradoxe qui retenait vos poings liés à la page blanche. Sinon des animaux sauvages s’emparent de votre délire. Vous parcourez toutes les savanes, remontez les déluges, appliquez à votre mémoire le vide circonstancié qui aspire faits et gestes anciens, lesquels couturent votre calotte ou, si vous préférez, votre bonnet d’enfance. Suffirait de bégayer dans l’oreille d’un imbécile qui vous prend illico pour un fieffé poète. Alors, ce qui doit être dit, laissez-le raconter par le plus prestigieux d’entre nous, celui dont la panse est couverte de médailles surannées, triste devant la connaissance qui rend obèse, aspire l’inspiration, asphyxie les phénomènes grammaticaux, l’ensemble prêt à rendre les ours comestibles. Bref, souriez sans réfléchir. Toute bulle vous conduit au firmament de l’impossible. Vos voisins sont des bâtisseurs et déjà vous n’apercevez plus la mer qui gronde, ignorez la torpeur des marais, n’entretenez plus le geste qui sauve et que, pourtant, vous avez déniché dans le bréviaire sacré de votre solitude. Et ce livre, écrit à l’intérieur d’un seul mot, ne sera jamais ouvert à la page de la moindre illumination.

Michel Pierre, L’enfer vaut l’endroit = ( publication des éditions des vanneaux )


Boris Pasternak – Peinture fraîche –


Photomontage RC

.

.

« Peinture fraîche. Ne pas toucher. »
Ame, vous n’avez pas pris garde !
Et voici ma mémoire pleine des taches de ses jambes,
De ses joues, de ses bras, de ses lèvres, de ses yeux.

Plus que toutes mes joies, plus que tous mes malheurs.
Je t’aimais, toi qui fais
La jaune lumière du jour
Plus blanche que la céruse.

Et je te jure, mon amie, ô ma brume !
Il lui arrivera de devenir une fois
Plus blanche que le délire, que l’abat-jour,
Plus blanche qu’un blanc pansement sur un front.

.

Trad. Emmanuel Rais et Jacques Robert.)

Boris Pasternak Poètes d’aujourd’hui
par Yves Berger
Pierre SEGHERS Editeur


écrits confiés au vent – ( RC )


photo perso Causse Méjean – Lozère

Au long du chemin,
je vais pieds nus, sur la terre et le sable.
Je me nourris de peu,
ne compte pas mes pas,
et il arrive que je me pose
à l’ombre d’un pin .

Je trace avec un bâton
des lettres sur le sol
qui deviennent des mots ,
puis un chant
que personne n’entendra,
ou ne pourra lire.

Ou bien ce sera le vent,
les oiseaux
qui l’emportera,
avant que la pluie ne l’efface :
les mots seuls
ne pourront parler à ma place,

mais il vaut mieux
que je continue mon chemin,
suivi un temps par un chien .
Il voudrait me parler
et m’accompagner,
mais je ne peux le traduire .

A-t-il réussi de son côté,
à me lire ?
Voulait-il me guider
sur ma route à venir ?
Ce que me disaient ses yeux tendres,
je n’ai pu le comprendre…

A chaque terre traversée,
je pourrais apprendre une langue neuve
pour renaître, avec le peu que je sais
dans les mots d’autrui,
partager leur mémoire,
dans un petit écrit…

confié au vent.


Colette Seghers – Ne me cherche jamais


montage perso 2006

Ne me cherche jamais

Tu me cherchais?

Ne me cherche jamais, je suis là,

embrassée du cœur aux chevilles

dans tes mains d’homme et ta mémoire.

Et nouée comme une pièce d’or

dans le trésor confidentiel de ta vie,

brigandée dans l’envers du temps…

Ne me cherche jamais,

je suis là,

la nuit peut bien sécher ses grands

trains d’herbes fauves et lancer

sur ses rails le convoi des saisons,

elle peut bien passer de l’une à l’autre

sur ses passerelles d’orages

ou le ventre sans ciel des froids,

elle peut bien apporter ce qu’elle voudra,

ce qu’elle pourra,

sa rançon de fatigue ou sa ruée de rêves,

je suis où tu voulais que j’aille.

Ne me cherche jamais,

Nous allons là où ceux qui s’aiment

vont ensemble, épaule contre épaule,

dans le vent des solstices…


Tristesse – ( Susanne Derève)


zoran Music personnage

                                             Zoran Mušič – personnage 

 

 

Il fait ce soir un temps d’une affreuse tristesse

Les nids sont vides

et le gui a fini d’étrangler les pommiers

Le temps est aussi gris qu’un mur de Dubuffet

ou bien qu’un chien tenu en laisse

Que reste-t-il

de ces années de liesse

de mes jeunes années

 

De Muzic à Kiefer,

le temps a dévoilé peu à peu ses charniers 

de  brouillards et de  cendres  

de  carcasses froissées

 

Je les  souligne d’encre noire

aux  angles aigus  de la mémoire

sans trembler 

 

Il fait ce soir un temps d’une amère tristesse

La nuit est claire. 

Pourtant,  

comment la voir encore  avec un cœur d’enfant

 

alors qu’elle court  avec son œil de chat huant

comme un long corbillard     

à corps perdu 

                                        vers le néant

 


Sans noms – ( RC ) – d’après Paul Celan


dessin: Zoran Music

Ils veulent effacer nos noms
comme nos corps,
anonymes et juste identifiables
grâce à un matricule,
              en apposant des scellés
dans le non-dit,
sur les lèvres éteintes
de l’histoire,             la rendant muette,
aussi innommable que nous .

Or ce n’est pas notre fin,
qui s’écrit,       taciturne
         mais le commencement
         d’une écriture,
même si nos noms
ne nous sont rendus,
qu’avec des caractères
inscrits par milliers
dans des plaques de mémoire.

RC –  mars  2020

Claude Lanzmann à propos du "Mur des noms" : "La nomination est la  sépulture même"

d’après le texte de Paul Celan, évoquant la Shoah ( dans Zeigehöft, )
Das Nichts, um unsrer
Namen willen
—-sie sammeln uns ein—-,
siegelt,

das Ende glaubt uns
den Anfang,

vor den uns
umschweigenden
Meistern,
im Ungescheidnen, bezeugt sich
die klamme
Helle.


dans son allocution de réception du prix de la ville de Brême, en 1958, Paul Celan déclare :

Accessible, proche et non perdue, au milieu de tant de pertes, il ne restait qu’une chose : la langue. Elle, la langue, restait non perdue. Oui, malgré tout. Mais il lui fallut alors traverser ses propres absences de réponse, traverser l’horreur des voix qui se sont tues, traverser les mille ténèbres du discours porteur de mort. Elle traversa et ne trouva pas de mots pour ce qui était arrivé. Mais elle traversa cet événement et put remonter au jour “enrichie” de tout cela. C’est dans cette langue que, au cours de ces années-là et de celles qui suivirent, j’ai essayé d’écrire des poèmes afin de parler, de m’orienter, afin de savoir où j’étais et où cela m’entraînait, afin de me donner un projet de réalité


Yves Bonnefoy – La voix lointaine (IV)


Antoni Tàpies (Cadira i roba)

 

 

Et la vie a passé, mais te garda

Vive mon illusion, de ces mains savantes

Qui trient parmi les souvenirs, qui en recousent

Presque invisiblement les déchirures.

 

Sauf : que faire de ce lambeau d’étoffe rouge ?

On le trouve dans sa mémoire quand on déplace

Les années, les images ; et, brusques, des larmes

Montent, et l’on se tait dans ses mots d’autrefois.

 

Parler, presque chanter, avoir rêvé

De plus même que la musique, puis se taire

Comme l’enfant qu’envahit le chagrin

Et qui se mord la lèvre, et se détourne.

 

 

 

Les planches courbes

nrf

Poésie /Gallimard


Mokhtar El Amraoui – sans valises


Les Pigeons voyageurs

Sans valises
Quand les ailes se déploient,
Je me tais
Et écoute mon maître le pigeon.
Sans valises,
Sans mémoire,
Il décide de la portée de son clavier
Et ouvre, seul,
Les veines de la ville
Et ses cieux.


Mahmoud Darwich -Toi l’eau sois une corde à ma guitare


arman guitare

Arman – Guitare abacale

 

 

Toi l’eau sois une corde à ma guitare. Les conqué-

­rants sont venus

Et les conquérants anciens sont passés. Difficile de

me souvenir de mon visage

Dans les miroirs. Sois ma mémoire et je verrai ce

que j’ai perdu

Qui suis-je après cet exode ? J’ai un rocher

A mon nom sur des plateaux. Ils ont vue sur ce qui

s’est écoulé

Et achevé. Sept siècles marchent à mes côtés der-

rière les remparts de la ville

En vain s’arrondit le temps pour que je sauve mon

passé d’un instant

Qui à présent donne naissance à l’histoire de mon

exil en moi et dans les autres

Toi l’eau sois une corde à ma guitare. Les conqué-

rants sont venus

Et les conquérants anciens sont passés vers le Sud,

peuples qui restaurent leurs jours

Dans les amas du changement. Je sais qui j’étais

hier. Qui serais-je

Dans un lendemain sous les bannières atlantiques de

Colomb ? Sois une corde

Toi l’eau et, sois une corde à ma guitare. Point

d’Egypte en Egypte, point

De Fès à Fès, et Damas s’éloigne. Et pas de faucon

dans

L’étendard des miens. Pas de fleuve à l’est des pal-

­miers assiégés

Par les chevaux agiles des Moghols. Dans quelle

Andalousie disparaîtrai-je ? Là

Ou là-bas ? Je saurai que j’ai décédé et qu’ici j’ai laissé

Le meilleur de moi. Mon passé. Je n’ai plus que ma

guitare

Toi l’eau sois une corde à ma guitare. Les con-

­quérants sont partis

Et sont venus les conquérants

 

 

Anthologie (1992-2005)

Edition bilingue 

Traduit de l’arabe par Elias Sanbar

BABEL


Transporter une partie du monde – ( RC )


Un filet d’encre te relie à ta terre
même au fin fond des mers.

Ce dessin inscrit à même la peau,
tu ne vas pas le cacher :
Tu transportes une partie du monde:
un tatouage de Bretagne, un angelot
en haut du bras
( landes et rochers
te suivent partout où tu vas ):
c’est aussi bien qu’une mappemonde .

Pour ceux qui ne connaissent pas la géographie
tu vas leur indiquer aussi.
chaque partie du corps
qui représente une région
chère à ton coeur,
– on voit que tu as parcouru la France
et que tes errances
t’ont conduit à maints endroits
que tu peux montrer du doigt -.

C’est sans doute mieux que le prénom
du chanteur passé de mode
dont il faut qu’on s’accommode
comme un blason
ou celui de la petite amie
depuis longtemps tombé dans l’oubli,
ou encore le dessin du lion rugissant
qui t’accompagne par tous les temps.

Ta peau a connu les tempêtes
malgré les ans, les tatouages survivent:
ils ont la mémoire abusive
tout à fait tenace
que tu arbores
avec fierté et audace
sur tout ton corps
à l’exception de la tête.

Si on t’examine
de la tête aux pieds
tu pourras sortir le certificat d’origine
quand on voudra te contrôler…
Produit garanti certifié
par lieu de naissance
mis en évidence….
…peut être rapatrié

( même sans carte d’identité )

tattoo pieds monde

 

RC –  mars 2020


Paul Celan – Fugue de mort


 

margarete 2

Anselm Kiefer- Margarete 1981

 

sulamith 2

Anselm Kiefer- Sulamith 1983

 

 

Lait noir de l’aube nous le buvons le soir

le buvons à midi et le matin nous le buvons la nuit

nous buvons et buvons

nous creusons  dans le ciel une tombe où l’on n’est pas

serré

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il

écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes

cheveux d’or

écrit ces mots s’avance sur le seuil et les étoiles tressaillent

il siffle ses grands chiens

il siffle il fait sortir ses juifs et creuser dans la terre une

tombe

il nous commande allons jouez pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons le matin puis à midi nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

Un homme habite la maison il joue avec les serpents il

écrit

il écrit quand il va faire noir en Allemagne Margarete tes

cheveux d’or

Tes cheveux cendre Sulamith nous creusons dans le ciel

une tombe où l’on n’est pas serré

 

Il crie enfoncez plus vos bêches dans la terre vous autres

et vous chantez jouez

il attrape le fer à sa ceinture il le brandit ses yeux sont

  bleus

enfoncez plus les bêches vous autres et vous jouez encore

  pour qu’on danse

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons à midi et le matin nous te buvons le soir

nous buvons et buvons

un homme habite la maison Margarete tes cheveux d’or

tes cheveux cendre Sulamith il joue avec les serpents

 

Il crie jouez plus douce la mort la mort est un maître

  d’Allemagne

il crie plus sombres les archets et votre fumée montera

  vers le ciel

vous aurez une tombe alors dans les nuages où l’on n’est

  pas serré

 

Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit

te buvons à midi la mort est un maître d’Allemagne

nous te buvons le soir et le matin nous buvons et buvons

la mort est un maître d’Allemagne son œil est bleu

il t’atteint d’une balle de plomb il ne te manque pas

un homme habite la maison Margarete tes cheveux

  d’or

il lance ses grands chiens sur nous il nous offre une

  tombe dans le ciel

il joue avec les serpents et rêve la mort est un maître

  d’Allemagne

 

tes cheveux d’or Margarete

tes cheveux cendre Sulamith

 

 

                         TODESFUGE

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken sie abends

wir trinken sie mittags und morgens wir trinken sie nachts

wir trinken und trinken

wir schaufeln ein Grab in den Lüften da liegt man nicht eng

Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der       

  schreibt

der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland dein goldenes

  Haar Margarete

er  schreibt es und tritt vor das Haus und es blitzen die Sterne

  er pfeift seine Rüden herbei

er pfeift seine Juden hervor läβt schaufeln ein Grab in der Erde

er befiehlt uns spielt auf nun zum Tanz

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich morgens und mittags wir trinken dich abends

wir trinken und trinken

Ein Mann wohnt im Haus der spielt mit den Schlangen der  

  schreibt

der schreibt wenn es dunkelt nach Deutschland dein goldenes

  Haar Margarete

Dein aschenes Haar Sulamith wir schaufeln ein Grab in den  

Lüften da liegt man nicht eng

 

Er ruft stecht tiefer ins Erdreich ihr einen ihr andern singet

  und spielt

er greift nach dem Eisen im Gurt er schwingts seine Augen sind

  blau

stecht tiefer die Spaten ihr einen ihr andern spielt weiter zum

  Tanz auf

 

Schtwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags und morgens wir trinken dich abends

wir trinken und trinken

ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete

dein aschenes Haar Sulamith er spielt mit den Schlangen

 

Er ruft spielt süβer den Tod derTod ist ein Meister aus Deutsch-

  land

er ruft streicht dunkler die Geigen dann steigt ihr als Rauch in

  die Luft

dann habt ihr ein Grab in den Wolken da liegt man nicht eng

 

Schwarze Milch der Frühe wir trinken dich nachts

wir trinken dich mittags der Tod ist ein Meister aus Deutsch-

land

wir trinken dich abends und morgens wir trinken und trinken

der Tod ist ein Meister aus Deutschland sein Auge ist blau

er trifft dich mit bleierner Kugel er trifft dich genau

ein Mann wohnt im Haus dein goldenes Haar Margarete

er hetzt seine Rüden auf uns er schenkt uns ein Grab in der

  Luft

er spielt mit den Schlangen und träumet der Tod ist ein Mei-

ster aus Deutschland

 

dein goldenes Haar Margarete

dein aschenes Haar Sulamith

 

 

Choix de poèmes

 réunis par l’auteur

 

Poésie/Gallimard

 


Fragments ( autour d’Anselm Kiefer) – Susanne Derève


 

Anselm20Kiefer20-202

        Die Bösen Mütter -Anselm Kiefer

       
Chaises  vides chaises blanches  qui  portez les bûchers
qui  portez  des silences  d’éternité

 

 

Anselm20Kiefer20-20zz24

     Das goldene vlies – 1997

 

Robes    jetées comme des voiles    aux ailes froides de l’absence
dites-nous,  dites-nous l’errance  dites-nous le poids du passé

 

 

 

Anselm20Kiefer20-20zz9

                                                      Lots Frau –  Anselm Kiefer, 1989

 

 

Et si les rails s’amenuisent

pour se fondre dans  le  néant            

c’est que les Dieux ont déserté

jusqu’aux retables des églises   

 

dans les méandres du couchant

aux confins de ces plaines grises 

de ces villages  abandonnés

ont-ils  rejoint l’enfer bu cette neige

 atone qui collait à leurs pieds

 

Sous les miens ne résonne que  le fracas   

des pierres

pas même un cœur qui bat 

une peau qui frissonne

lorsque les blés s’envolent au vent d’hiver

avec l’innocence des hommes

 

 

Liens :

Anselm Kiefer au Centre Pompidou 2015-2016

Anselm Kiefer: Remembering the Future

 

 


Armel Guerne – Sainte solitude (extrait)


 

."non so"    Cathy Hegman

   peinture: Cathy Hegman

 

 

Virginal horizon tendu

A l’angle des mémoires,

Désert de pureté

Néant noir inconnu :

Je suis l’ombre dit l’ombre

Et mon ombre n’est pas .

 

Je suis l’errant qui ne sait pas

Dit le vent où il va ,

Portant dans l’urne des printemps

Ou sur la croix des hivers

Un chant plus solitaire

Que le gémissement d’un mort .

 

Je suis qui parle dit la voix

Plus lourde d’évidences , dévalant les parois

De l’invisible ,

Plus lourde d’éminence que la réalité .

 

Océan, océan , vieux rebelle

Toi qui brasses et la rumeur

Millénaire et l’instant

Tout en précipitant les matins nus

Au labyrinthe de tes profondeurs ;

Vieil océan vengeur ,

Marin peuplé d’éternités

Et de folles géographies ,

Toujours depuis toujours

Halant sous le soleil et dans la nuit

Ton voyage sans bords :

Je suis la mer, dis-tu ;

Et toutes choses à jamais

Sont enchantées

Dans ton silence triomphal .

 

Mais autour des sommets, la meute des abîmes …

 

Car voici que le nombre a dit le nombre

Au nombre , et le matin brutal détruit

Les châteaux de la nuit .

Je suis celui qui fut

Voyageur , voyageur

Venu sous le soleil et les mains de la pluie

Celui qui est et qui n’est plus ,

Car voici que le don de vie

A passé par les fleurs ;

Je suis le cœur, je suis le nom ,

Je suis l’itinérant qui longe l’horizon

Et voici que le ciel se ferme comme un poing .

 

Consolez-vous de lui, maisons abandonnées !

Ces deuils extasiés n’avaient point de racines ,

Et du lent paysage ils n’avaient point l’accueil .

Consolez-vous de moi, rochers subtils

Penchés au creux torride de l’été

Sur les sources taries .

Dans l’immobile extase du silence

Une respiration – mais où ?

Bat comme un pouls .

 

 

Le poids vivant de la parole

SOLAIRE n° 45


Je me souviens du vent dans mes feuilles – ( RC )


Rain on Leaf 6372654231[K].jpg

Je reprends quelques paroles,
d’une chanson engloutie
par des années d’oubli,
mais moi je me souviens
du vent dans mes feuilles,
car l’arbre que je suis
a davantage de mémoire
que celle des hommes,
car celles arrachées par l’automne .
même si elles se sont ocrées,
recroquevillées, desséchées
puis tombées en poussière
me rappellent les hiers.

Mais il n’y a pas de deuil
puisque malgré l’hiver
le gel sévère
est encore teinté d’éphémère;
les feuilles, je les renouvelle,
de manière providentielle
car tu sais que mon bois
toujours verdoie
aux futurs printemps
et reste vigilant
pour ne pas laisser périr
les souvenirs.

 

  • RC – août 2019

Si les mots du matin – (Susanne Derève)


 

hommage à monet

Zao Wou-Ki – Hommage à Claude Monet

 

 

 

Le vent pousse la barque

et mon rêve prend l’eau

 

réveil menteur

solitude d’un  matin vengeur

 

Si les mots du matin coulaient

de source comme un lied

 

en notes translucides

une eau  limpide   une eau claire

 

ou ces parfums que vient charrier

le vent du Nord mêlés à ceux

des fleurs premières

 

quand j’ouvre la fenêtre

sur les bruits étouffés du dehors

 

odeurs de carène et de vase

de lilas et de miel

 

Lumière     au sortir du sommeil

nous tenions-nous au bord du temps

 

–  le monde je le sais appartient

aux amants avec son poids de  rêves  –

 

une enclave    imprimant la mémoire

sans trêve

en lieu et place du passé

 

la trame des jours  si dense

qu’on en oublie à naviguer  à vue

 

de bonheur en souffrance

l’irrémédiable issue

 

 


Nuno Judice – Ligne 1 (chaque poème a une ombre)


 

Félix Vallotton Le ballon

      Félix Vallotton – Le ballon

 

 

Chaque poème a une ombre. Je tends les mains et je peux la toucher

comme l’on touche l’ombre d’un arbre qui s’enfuit de nous quand nous

cherchons à nous y abriter . Ainsi, le poème est un jeu de lumière  :

et son ombre recule et avance en accord avec l’heure du jour.

 

Pourtant, à la fin du poème, l’ombre semble disparaître.

Le poème reste à la verticale ;  et midi en sort , avec sa lumière entière ,

comme si le poème était une réalité transparente et que l’on pouvait voir

à travers lui la circonférence du monde .

 

 

Avec l’après-midi, les mots changent de couleur. Les phrases pâlissent

lorsque le soleil les laisse . La voix se couvre avec la nuit ;  et le silence

s’en empare comme s’il volait le sens à ce que nous voulons dire .

 

 

C’est pour cela que le matin, il convient de laisser entrer la lumière entre

les pages. Le noir de l’impression pourra briller à l’excès  ; et le blanc du

papier refléter le ciel . Ce qui est écrit , imprégné de ce feu , se fixera dans

notre mémoire .

Ainsi, il restera .

 

 

 

Cada poema tem uma sombra. Estendo as màos e posso tocâ-la, como se
toca a sombra de uma ârvore que foge de nos quando procuramos o seu
abri go.
Assim, o poema é umjogo de luz : e a sua sombra recua e avança de acordo
com a hora do dia.
No Jim do poema, porém, a sombra como que desaparece. O poema fica a prumo ;
e o meio-dia salta de dentro dele, com a sua luz inteira, como se o poema fosse
uma realidade transparente e se pudesse olhar, através dele, a circunferência
do mundo.

Com a tarde, as palavras mudam de cor. As frases empalidecem, quando o sol as
deixa. A voz vela-se com a noite ; e o silêncio apo-dera-se delà, como se roubasse o
sentido ao que queremos  dizer.

Por isso, de manhâ, convém deixar entrar a luz para dentro das paginas. O negro
da impressâo poderà brilhar em excesso ; e o branco do papel reflectir o céu. O que
esta escrito, embebido desse fogo, fixar-se-a na no s sa memôria.
Assim, permanecerâ.

 

 

Lignes d’eau   Linhas de àgua 

Fata Morgana

 

 

 

Julio Ramon Ribeyro – quelque chose d’impérissable dans la mémoire


Chirico  variation  sc   -      06.jpg

 

 

Je ne crois pas que pour écrire, il soit nécessaire d’aller courir l’aventure.

La vie, notre vie, est la seule, la plus grande aventure.

La tapisserie d’un mur vue dans notre enfance, un arbre à la tombée du jour,

le vol d’un oiseau , un visage qui nous a surpris dans le tramway,
peuvent être  plus important pour nous que les grands événements du monde.
Peut-être que lorsque nous aurons oublié une révolution, une épidémie
ou nos pires avatars,            il restera en nous le souvenir du mur, de l’arbre, de l’oiseau, du visage.

Et s’ils y restent, c’est parce que quelque chose les rendait mémorables,

qu’il y avait en eux quelque chose d’impérissable et que l’art ne s’alimente

que de ce qui continue à vibrer dans notre mémoire.


Ludovic Degroote – la digue


 

Résultat de recherche d'images pour "digue le sidaner"

peinture : La chapelle  sur la  digue à Collioure  –   Henri Jean Guillaume Martin

 
Pas de bout,        pas aux choses,      pas à soi,
peut-être pour ça qu’on va sur la digue,
on regarde la mer, les falaises, les villas,
à la fin on revient, on attend de recommencer,
au milieu de la vie qui passe.
La digue ça ne mène nulle part,       ça n’engage à rien,
on regarde la mer,               et puis on s’en va ;
les yeux naturellement sont portés là plus qu’aux villas ;
où il n’y a rien l’œil ne tombe pas, ça nous laisse d’abord à nous-même.
Les choses souvent on croit qu’elles sont là pour nous,
qu’on a d’elles une mémoire, un regard
– on est séparé de tout, les choses tiennent sans nous,
c’est pour ça qu’elles n’ont pas de bout.


On passe, on marche, on avance,
moments posés les uns près des autres,
on ne s’en rend pas forcément compte,
les pensées naissent et meurent,
elles glissent sans qu’on soit toujours là,
ou bien c’est nous qui glissons, à côté,
ou bien non, ça se fait comme ça, en dérive.


Sous le ciel, neutre, froid, calme,
durant dans le silence,
comme s’il ne restait plus qu’une enveloppe.

On sait que c’est là, évoluant entre la gorge et l’estomac,
ça bouche ce qui à l’intérieur demande à respirer.

Ça n’empêche pas de vivre, ça donne juste un goût aux choses,
on finit même par croire qu’on s’y fait.

Pas de sens pour faire la digue,
on commence n’importe où, pas de fin,
on en fait des bouts, des pans,
tout y paraît sans histoire, sans mémoire,
disloqué comme les choses sont en nous,
avec de grands pans de vide séparés comme des digues.
Les paysages sont intérieurs.
On ne connaît pas la souffrance des autres,
on se contente de soi.

Ce qui rend lourdes les choses s’est perdu au fond
et ne pèse plus.
Demeure le poids de notre présence face au monde,
ce qu’on pèse soi-même sur ses propres épaules.

Peu d’étale des choses, de transparence entre elles,
rien qui tienne hors de notre regard,
la digue on la fait hors de tout, ça n’est qu’au-dedans
que les choses apparaissent, par pans, par bouts,
et c’est de là qu’on les croit isolées,
alors que les espaces ne sont disloqués qu’en nous.


C’est la mer à gauche quand on va à la Pointe aux oies,
à droite ce sont les cabines, les villas, les immeubles récents,
et puis aussi le Grand Hôtel,
les choses, ça arrive, on ne les voit plus,
on croit les savoir par cœur,
on n’écoute plus rien.


[La Digue, Draguignan, éd. Unes, 1995, p. 7-10]