voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Ménines

Imaginons les Ménines – ( RC )


Velasquez   - Las Meninas     det  gauche.jpgPeinture: D Velasquez –  las Meninas  –  partie gauche

 

C’est une salle assez obscure,
qui sert d’atelier ;
en tout cas, on n’identifie pas
la source de lumière,

ni ce que le peintre esquisse,
puisqu’il est de face.
De la toile,          juste le chassis,
de dos, posée sur un lourd chevalet.

Autour de lui, gravitent ses modèles,
assemblés comme pour la parade .
L’infante Marie- Thérèse ,
en robe bouffante .

Elle est entourée de ses serviteurs
aussi en habits d’époque
dans un ballet immobile.
Le chien allongé ne semble pas concerné.

Ils nous font face,
étonnés de notre regard,
entrant             comme par effraction,
alors qu’au même moment,

une échappée se dessine,
un personnage ouvre une porte,
et franchit quelques marches,
au fond de la salle…,

Parallèlement à cette ouverture,
si on observe bien,
        un léger reflet,
renvoie , avec le miroir,

l’image du couple royal,
          comme si la vision que l’on a
          de cette scène était celle,
captée par leurs yeux.

L’artiste poursuit son travail .
Il est masqué en partie
par la peinture,
et rajoute un détail.

C’est peut-être nous,
qu’il inclut dans la scène,
traversant les siècles
pour y entrer de plein pied !

De celle-ci, on ne saura jamais rien,
              car il faudrait un autre miroir,
               pour jouer la mise en abîme…
…..  et Vélasquez             ne l’a pas encore peint…

RC – mai 2017


le bal des Ménines – (RC)


Manolo Valdès

Résultat de recherche d'images pour "Manolo Valdès:         Mariana"

Résultat de recherche d'images pour "velasquez menines"

Au pas  dansé  des Ménines

Dans les salons  ampoulés

Les admirateurs unanimes

Dans leurs plastrons moulés

 

Ont oublié  sur la toile les traces

Des pas  des  vieux parquets grinçants

D’un bal que Picasso efface

Au  profit d’un Mondrian

 

D’un salon aux sombres accents

Les miroirs incertains grisent

La servante, et les jeux  d’enfants

De la peinture, pleine maîtrise

 

Nous parviennent  des échos  d’Ibérie

Des collages  de papiers déchirés

Trois  siècles  après, à Paris

D’instants somptueux chavirés.

 

————-

RCh         10 dec – 2011

————–

le texte  est accompagné d’oeuvres  de l’artiste Manolo Valdès,  qui a  décliné  toute une  série  d’oeuvres

( et particulièrement  de sculptures ) ,  autour  d’oeuvres  espagnoles  marquantes,  dont les  célèbres Ménines.

Résultat de recherche d'images pour "Manolo Valdès:         Mariana"

—–


Dialogue des reflets (RC)


peinture : Velasquez : les Ménines détail –porte du fond

 

Dialogue des reflets

Cette fenêtre plate

N’ouvre sur aucune profondeur

Que la perspective éclate

En suivant ses lignes ferveur

 

Se révèlent à travers elle

Reflets et lumières

Qui n’habitent pas du réel

Mais le champ des hiers

 

Que tu ne vois pas de face…

Un dialogue du regard

En quelque sorte, une préface

Etablie avec mon miroir

 

Derrière, se jouent les scènes

Découpées dans le temps

Et souvent parsèment

Les espaces du vent

 

Des Velasquez en Ménines

Les psychés inclinées

De la chute en abîmes

Aux décors subliminés

 

Tu perçois dans le lisse

Ce que tu sens et devines

Les parcours factices

En brillances et patines

 

Reflets des matins

Les lumières fugaces

Des glaces sans tain

A la profondeur vorace

 

Portent vers le soir

Les portraits captés

L’épopée des noirs

Des regards arrêtés.

 

Si le miroir révèle

Les instants ébahis

C’est aussi en parcelles

Qu’il t’a saisie, et trahie

 

RCh  8-12-2011

 

 

A noter  que le critique  et philosophe  sur l’art, Daniel Arasse, est l’auteur  dans ses études  sur les tableaux  d’une  analyse  très intéressante  sur le  célèbre tableau de Velasquez:  » les Menines »…  qui a posé  « question » à beaucoup de gens  entre autre  à des artistes, tels  que Picasso, qui en a fait de très belles  et personnelles  variations, ainsi  que  le sculpteur et peintre Manolo Valdès

peinture: William Ireland - Dressing Room (1998)

photographie: Man Ray: Meret Oppenheim