voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “mistral

La solitude du pin ( RC )


La solitude du pin, secoué par le mistral

Sans remords, lourd de bruissements,

Se tait, offrant ses épines, au soleil

Et aux senteurs de thym…

Tout tourne autour du centre,

Certains diront « nombril du monde »

<          Mais où est donc le centre ,

Si je n’en connais pas l’origine ?

 

L’humanité commence par le nombril,

Disent-ils avec justesse, dans la tradition congolaise.

Et le monde, … Commence-t-il par le temps,

Et l’horloge du soleil, qui indique , du pin, ses ombres ?

Ou bien le regard, celui de l’enfant,

Que l’on porte , comme nos premières années,

Toujours vivantes, avec la mère, présente

Dans l’humanité, dont elle est l’Origine,

et se tient toujours ici…

RC – 18 juin 2013

En rapport  avec le texte de Norbert Paganelli
Non ce n’est pas facile
De cueillir la main et son ombre
La solitude du thym
Charcuté sans remord
Il faut savoir tendre l’oreille
Et se taire
Captant un silence
Lourd de bruissements

Il faut aussi creuser
Et creuser encore
Et unir la force de l’homme
Au regard incrédule de l’enfant

La femme elle
Se tient toujours ici

Norbert Paganelli http://invistita.fr/
(du recueil »A notti aspeta / La nuit attend »)

 

 


Le contour du soleil, celui de mes mains ( RC )


En formant le contour du soleil, à celui de mes mains,

peut-être en forme de coeur,

( Que sait-on des coïncidences ?)

Ou d’un soleil en losange …

 

Il faut éclabousser

-de lumière les dimensions nocturnes,

Et mettre en boîte

Les parcelles de brouillard,

 

Celles qui restent.

Déjà, les gargouilles des cathédrales nordiques,

Ont mangé les pensionnaires de l’angoisse,

En laissant place aux vents,

 

Qui ont fait place nette…

Il est un jour comme celui-là,

Aux bords tranchants …

Si le doute s’aventure,

 

Aux abords inconnus,

Alors comme les oiseaux migrateurs,

Recherchent des régions enveloppées,

D’airs marins,

 

Je reviendrai au pays du mistral,

Et aux campaniles,

Qui découpent leurs silhouettes,

Le matin, aux rumeurs bruissantes

 

Des marchés aux légumes…

RC – 25 février 2013

photo

moleendfishing

gargouille Oxford, England

Fin d’hiver à Valensole (RC)


plateau de Valensole, lavandes en hiver

 

Partis de montées raides, en vallons  tièdes
Une légion de points,           se succèdent
Alignés en portées     – courbes musicales
D’accord gris-tendre  de  boules végétales

Lignes striant          la terre de Provence
Rythme et tonalités douces,   naissance,
D’un parfum rampant , au mistral, la légende
De nets horizons , aux étendues de lavande

Bien avant,qu’un mauve soutenu, vienne incendier
La parure argentée      des champs d’amandier,
——Evidemment  proche du ciel, plus que du sol
Le plateau, suspendu,                      de Valensole.

photo perso: environs de Valensole,      lavandes jeunes, en boules       2010      –

peinture perso:       détail  –plateau de Valensole,          1978


la vieille dame indigne – voleurs


Un petit  retour  sur le blog  de la vieille  dame

 

( au passage, c’est si je me souviens bien, un film de René Allio, qui porte ce nom)

 

photo: les voleurs de poule... image du film "Le Pont de Remagen"

 

et parmi ses nombreuses parutions,  la catégorie « marchands de certitudes »…où je suis  « tombé »,  avec son  texte:  « voleurs »…

 

 

Ca y est ils sont revenus

Ils se sont tous assis en rond

Ils m’ont attendue

Ils n’ont pas peur de la lumière

Ils s’ emportent avec l’autan

Ils se perdent dans le mistral

Ce sont les mangeurs de mots

Les troueurs de temps

Les jamais contents

Ils me prennent les mains

Puis les laissent tomber si bas

Que je ne peux plus les remettre en place

Ce sont les dévoreurs d’être

Les plieurs de volonté

Les voleurs d’éternité

Les escaliers dérobés

Les talons esquintés

Les boues.

 

 


Lecture des Alpilles, en Crau ( RC)


photo perso: Arles détail d’architecture ( console)

photo perso et montage panoramique. – alpilles 2005

 

Je lis  les Alpilles         assises sur la Crau

Un parcours ouvert, qui se fait sans pirogue

Au pays  peint par Van Gogh

Marquant  son passage, en solitaire  héros

Et à revoir, encore, et encore ses peintures

Au mistral agitant les oliviers:  il perdure

Et penche au bord des routes les verticales

des platanes –  sans  les faire pour autant bancales

peinture: Van Gogh, montagnes des Alpilles vers St Rémy de Provence 1889

Je revois la lumière      qui s’étale dans la plaine

Et vibre, jusqu’aux salins,    sans perdre haleine

Les tours     de Tarascon et Beaucaire

Son choc  ,sur les contreforts de calcaire

Par dessus l’enclos de Fos, les géants de fer
De Moralès,
, gardent      leurs grands airs

Attendant,      d’un envol de leur cimetière

De rejoindre la mer à l’étang de Berre

photo perso: Moralès: sculpture de métal. Fos sur mer

Il faut aussi que je nomme

La sentinelle  du grand Rhône

Arles ,ensoleillée, et magnifique

Des compétitions photographiques

Partageant solennelle et intime

Les sculptures de Ste Trophime

Aux Picasso de Réattu, lyriques

Les allées des Alyscamps, ces antiques

photo perso: scuplture du cloître de Ste Trophime

Ce poème  ailé, est un paysage .

Il n’est pas que sur la page

Mais en conscience ,l’oeil , voyageur

Semblable, mon frère ma sœur, et quel qu’en soit le lecteur

———-

Variation  à partir  de « j »aperçois le semblable »  de J Jacques Dorio

photo-perso: Arles lion sculpté, ancien pont traversant le Rhône