voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “monde

Laurent Gaudé – Si un jour tu nais


« Si un jour tu nais,
Ne crois pas que le monde se serrera autour de toi,
Pressé de voir ton visage,
Dans une agitation de grands festins.
N’imagine pas qu’on se bousculera,
Que chacun voudra te regarder, te prendre dans ses bras, te recommander aux dieux.
On t’a parlé des cris de joie qu’on pousse à la naissance d’un enfant,
On t’a dit la liesse,
Les coups de feu tirés en l’air,
Les tambours,
La clameur des hommes qui fêtent la vie,
Oublie tout cela.
Si jamais un jour tu nais,
De joie, il n’y en aura pas.
Mais l’inquiétude sur le visage de tous,
Comme toujours, l’inquiétude
Ta venue au monde ne fera naître que cela. »


Le jour passe sa ronde – ( RC )


montage RC

Le jour passe sa ronde,
et cherche sa géographie
sans l’écrire .

Une bulle viendrait crever
à la surface de la vie,
et voilà que ton sourire m’inonde.

Ce serait le clair-obscur des nuits,
où l’attente finit par trouver une issue.

C’est ainsi que je suis né
pour toi,
toi, qui portais le monde sur ton dos,.

Tu as délaissé ton passé,
la grisaille de l’enfance,
pour m’entraîner sur les chemins de l’avenir.

Ces chemins qui se sont ouverts,
avec nos pas,
précédant nos ombres.

Le jour passe sa ronde,
et nous l’avons suivi.

( un écho au texte de S Derève « géographie du silence  » )


Quelques pas de côté – ( RC )


image.png

Quelques pas de côté,
et me voilà, jonglant avec les quatre éléments.
Je m’élève sur un cheval ailé ,
sens le battement de coeur du monde
entre mes mains.

Un petit saut encore,
et je suis au milieu du firmament.
Je tire sur les fils de lumière ,
et ces ciels si changeants,
que je détourne la géométrie du temps.

Je suis parti te chercher,
et voyage encore sur des terres de hasard,
des chemins qui ne mènent nulle part,
et se retournent sur eux-mêmes ,
menaçant la voie lactée …

C’est que ton dessin m’emporte
bien plus loin que je ne pensais,
ton passage a dû s’inscrire dans les refrains
d’une chanson dont j’ignore les couplets.
A chaque pas que je fais, je m’y perds.

Je m’y perds encore.


Haïku d’un crépuscule – ( RC )


Sun,sunset,dark,clouds,orange - free image from needpix.com

au soleil qu’engloutissent les vagues ,
sombrent des couleurs du monde ,
lourds doigts de ténèbres


Ne me dis pas que la terre est infertile – ( RC )


1 cht de la terre  ferier  -1848.jpg

Ne me dis pas que la terre est infertile.
On n’en connaît que la surface,
pas la profondeur.
Il y a des graines qui attendent,
à côté des pierres.

Il y a des galeries souterraines
où l’eau s’engouffre.
Des ossements et des secrets bien enfouis.
Des racines les prolongent
et s’en nourrissent .

Ne me dis pas que la terre est infertile,
les fleurs en sont nées
comme les forêts.
Même blessée elle porte le monde.

N’oublie pas que tu marches dessus.


Gérard Titus-Carmel – cet arrière-goût de nuit


 

vieille peinture craquelée mur de béton texture de fond 113478241 ...

 

cet arrière-goût de nuit
a tant dévasté ma langue
qu’il ne m’est plus alliance avec le monde
que dans les seuls mots
ciel et lilas

des mots
dont je me frotte les lèvres
chaque fois que j’observe
les craquelures du mur
où parfois les lézards s’affolent
vers midi


Transporter une partie du monde – ( RC )


Un filet d’encre te relie à ta terre
même au fin fond des mers.

Ce dessin inscrit à même la peau,
tu ne vas pas le cacher :
Tu transportes une partie du monde:
un tatouage de Bretagne, un angelot
en haut du bras
( landes et rochers
te suivent partout où tu vas ):
c’est aussi bien qu’une mappemonde .

Pour ceux qui ne connaissent pas la géographie
tu vas leur indiquer aussi.
chaque partie du corps
qui représente une région
chère à ton coeur,
– on voit que tu as parcouru la France
et que tes errances
t’ont conduit à maints endroits
que tu peux montrer du doigt -.

C’est sans doute mieux que le prénom
du chanteur passé de mode
dont il faut qu’on s’accommode
comme un blason
ou celui de la petite amie
depuis longtemps tombé dans l’oubli,
ou encore le dessin du lion rugissant
qui t’accompagne par tous les temps.

Ta peau a connu les tempêtes
malgré les ans, les tatouages survivent:
ils ont la mémoire abusive
tout à fait tenace
que tu arbores
avec fierté et audace
sur tout ton corps
à l’exception de la tête.

Si on t’examine
de la tête aux pieds
tu pourras sortir le certificat d’origine
quand on voudra te contrôler…
Produit garanti certifié
par lieu de naissance
mis en évidence….
…peut être rapatrié

( même sans carte d’identité )

tattoo pieds monde

 

RC –  mars 2020


René NELLI – Vivre dans les feuilles rondes


 

René NELLI 2

 

 

Vivre dans les feuilles rondes

membranes du soleil

ou voir le monde et le silence

à travers des montagnes d’ombre.

 

sur la place tombe encore

le vent des cascades

dans le marbre rient les membres

de la folie sous le couvert des nuits

 

si je bouge un nuage secoue

les chouettes étouffe les heures

et passe derrière le vent

 

un enfant qui se retourne souvent

pâle  trébuche dans l’écho

et tout ce qui se pense

semble venir de loin.

 

 

René NELLI   Poèmes 


Zbigniew Herbert – Que serait le monde ?


4119616437.jpg

 

que serait le monde
s’il n’était plein
de l’incessant va-et-vient du poète
parmi les pierres et les oiseaux ?


Dyane Léger – faire danser le cœur du monde


Homer, Huntsman & dog.jpg

peinture  Winslow Homer

 

 

Dis-moi,        toi qui sais tenir le monde dans ta main
sans lui faire mal,             sans le faire pleurer,
pourrais-tu m’expliquer, à moi qui suis
à peine capable de transplanter un rosier
sans déchirer ses racines,       à moi qui peux
à peine raconter une histoire sans la déformer,
à moi qui ne peux sourire à un vieillard
et à son chien sans les faire fuir,
          pourrais-tu me dire comment,
si l’on me le demandait,
comment pourrais-je arriver
à faire danser le cœur du monde
sans lui marcher sur les pieds?


le monde a deux visages (Susanne Derève)


  Résultat de recherche d'images pour "Picasso (Femme nue au bonnet turc, détail)"

   Picasso (Femme nue au bonnet turc, détail)

 

 

Le monde a deux visages 

Le monde en a-t-il deux ou trois

Des visages coupés en ces milliers de toi

De moi, de fois

En autant de profils et de faces

Qu’il n’y a de conquêtes

Ou de disgrâces …      

                                                                                          

 

Et  je cherche  la clé

De celui qui m’ira

Que je revêtirai comme un costume

D’apparat, un décor de ballet

Un habit de gala …

 

Le monde a des profils ingrats

 

Parfois l’œil des tombes

Annonce  le trépas

 

Parfois c’est une bouche

Qui nous donne le la

Pour l’avaler ou pour le tordre

 

 

Et j’avoue que je ne sais pas

Si les dents s’y montrent

Pour mordre

Ou pour y grincer d’effroi

 

                                                                                                   

S’il vaudrait mieux pleurer de honte

Ou si l’on doit tendre les bras

En chantant que la terre est ronde

 

 

Je ne sais pas si mes deux mains

Pourront se rejoindre au matin

 

Ne me retiens pas  si je tombe

 

 


Sophie G.Lucas – toute l’épaisseur de ce monde


Résultat de recherche d'images pour "snow impressionist painting"

peinture:        A Sisley 1874

on n’en fait rien de
la neige
( toute l’épaisseur de
ce monde dans une fenêtre )
tout juste se demande-t-on
comment ce sera une fois
que tout aura fondu
si la vie sera la
même
et si c’est bien la neige
qui bloque les siens
dans le
silence

#

 

en rapport :« épaisseur  d’une musique blanche « 


Emily Dickinson – lettre


This is my letter to

the world

that never wrote to me.

E Dickinson letter

Ceci est ma lettre

au monde

qui ne m’a jamais été écrite.

 

Em Dickinson


Danser hors de la surface des choses – ( RC )


Aldara  Ortega           sous l'eau  05.jpg

photo : Aldara  Ortega

 
Changer de monde,
et danser hors de la surface des
choses.
Trouver son souffle en soi-même,
plonger en apnée illimitée…
Le silence épais plaqué aux oreilles,
tu t’opposes à l’inertie de la matière ,
présente et que tu ne peux saisir.
Tous les gestes en sont ralentis.
La robe de mariée se défera lentement,
sur un champ où les fleurs ne
poussent pas, où il n’y a pas de vent,
et où la lumière hésite à franchir le
plafond…


RC – mai 2017


Dominique Sampiero – je retrouve mes larmes


Josef Sima - 8 soleil_chaud_1960.jpg

peinture: Josef Sima

 

Je retrouve mes larmes comme mes propres enfants,  le plus fragile de moi-même
ne m’effraie plus, au contraire, je me laisse envahir, et la pluie, au-dedans comme
au-dehors, lave ce que je ne sais ni de moi ni du monde, et qui me brûlait le cœur.

Dominique Sampiero


Denis Scheubel – le réveil


 

Sur ma tempe

Une haleine

Brûlante

Electrique

Il n’y a que le

Réveil pour ressembler

Autant à la fin du monde


Jean Guéhenno – l’orange de Noël


Afficher l'image d'origine.

Noël, dans mon enfance, c’était le JOUR ou on me donnait une orange et c’était un grand événement

Sous la forme de cette pomme d’or, parfaite et brillante, ]e pensais tenir dans mes mains le bonheur du monde

Je regardais ma belle orange , ma mère la tirait de son papier de soie ,

tous deux, nous en admirions la grosseur, la rondeur, l’éclat ,

]e prenais dans le buffet un de ces beaux verres a pied en cristal qu’on achetait alors dans les foires Je le renversais, le mettais à droite, au bout de la cheminée, et ma mère posait dessus la belle orange

Pendant des mois, elle nous assurait par ses belles couleurs, que le bonheur et la beauté étaient de ce monde

Quelquefois, je la palpais, Je la tâtais

II m’arrivait d’insinuer qu’elle serait bientôt mûre

— Attendons encore ! répondait ma mère,

quand nous l’aurons mangée, qu’est-ce qui nous restera ! ( )

Jean GUÉHENNO          « Changer la vie »                        (ed Grasset et Fasquelle)


Philippe Delaveau – Les monts bleus


Afficher l'image d'origine

                  peinture   :     Morgan Ralston

 

 

Les monts bleus et le ciel songeur.
Toi
Dont les yeux ardents sont
L’abri du ciel et des monts.

Source, frisson, tristesse, joie.
Je baiserai de ma langueur
Ta bouche.

Je vois les mots se former
Dans tes pupilles, sur tes lèvres.
Et je respire ton haleine.

Je me raccroche à la vie,
Je sais l’existence du monde
Lorsque je tiens ta main.

in  (Le Veilleur amoureux)


Émily Dickinson – une lettre au monde


This is my letter to

the world

that never wrote to me.

E Dickinson letter

Ceci est ma lettre

au monde

que personne ne m’a écrit.

 

Em Dickinson


L’en-faille – ( RC )


peinture: Andrew Wyeth - Black Water 1978

peinture: Andrew Wyeth – Black Water 1978

 

Pourquoi taire l’amour,
pour que l’amour se terre?
Tant, se soulève,         mystère,
Cette  terre que je laboure…

En dessous,         un feu qui gronde
On perçoit les braises de la faille ,
Terre nourricière,          une entaille,
Prête à donner naissance au monde  …

RC –  sept  2015

 


Emma Lazarus – Le nouveau colosse


————–

Le Nouveau Colosse

Pas comme ce géant d’airain de la renommée grecque
Dont le talon conquérant enjambait les mers
Ici, aux portes du soleil couchant, battues par les flots se tiendra
Une femme puissante avec une torche, dont la flamme
Est l’éclair emprisonné, et son nom est
Mère des Exilés. Son flambeau
Rougeoie la bienvenue au monde entier ; son doux regard couvre
Le port relié par des ponts suspendus qui encadre les cités jumelles.

« Garde, Vieux Monde, tes fastes d’un autre âge ! » proclame-t-elle
De ses lèvres closes. « Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Tes masses innombrables aspirant à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or !« 

( ces dernières lignes  rappelleront une  actualité des déshérités de la migration subie  )

le texte original:

Not like the brazen giant of Greek fame
With conquering limbs astride from land to land;
Here at our sea-washed, sunset gates shall stand
A mighty woman with a torch, whose flame
Is the imprisoned lightning, and her name
Mother of Exiles. From her beacon-hand
Glows world-wide welcome; her mild eyes command
The air-bridged harbor that twin cities frame,
« Keep, ancient lands, your storied pomp! » cries she
With silent lips. « Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore,
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door!« 

————————

C’est  ce poème  qui est gravé sur une plaque  fixée  dans le socle  de la Statue de la Liberté.


Seyhmus Dagtekin – Au fond de ma barque


photo: Silviu and Irina Székely

photo:        Silviu and Irina Székely

.

 
Quand tu te retires du monde
Le monde ne s’arrête pas pour autant
Ne se retire pas
Quand tu vas dans le vaste monde
Tu ne deviens pas vaste pour autant
Quand tu te prives de la multitude
Tu n’occupes pas pour autant ta solitude
Tu ne l’élargis pas
Quand tu te chasses du bruit
Tu ne découvres pas pour autant le silence
Quand tu te coupes les branches
Tu n’augmentes pas pour autant
La sève qui irrigue ton front.

 

 

S D

 


Samuel Beckett – sans ce monde sans visage ,sans questions


peinture Mischa  Rezka

peinture Mischa Rezka

 

 

 

que ferais-je sans ce monde
sans visage sans questions
où être ne dure qu’un instant
où chaque instant
verse dans le vide
dans l’oubli d’avoir été

Samuel Beckett


Suzanne Tanella Boni – Gorée, île baobab


 

photo: Dominique  Nahr - Congo  2008

    photo:     Dominique Nahr – Congo 2008

 

Gorée Île Baobab” (quatre poèmes)

.

peut-être le bonheur est-il si loin

invisible dans les feuilles de tamarinier

quand ma main effleure les fruits

à partager avec les génies riant des cruautés

faites à l’homme par l’homme

.

peut-être l’espérance dans mes yeux traîne-t-elle

l’avenir en nuages de poussières où je cherche

étincelles et dignité des âmes en sursis

.

quand l’horizon au petit matin

dessine images et silhouettes entre soleil et mer

tu n’es pas là pour voir mes yeux

où tu n’a jamais vu l’humeur du monde

.     .     .

avec la bénédiction des habitants

invisibles de l’île ici je revis

car ton regard n’est pas un poème

mais toute la mer qui coule à mes pieds

des pages infinies

.     .     .

ici aussi j’ai bu à la source

des mots couverts de moisissures

comme murs suintant de tous les malheurs

gravés aux portes du temps

.

j’ai bu la source vive

qui nous donne mémoire et chemin majuscule

des jours à venir

j’ai bu je ne sais combien de gorgées élixir

“…pour la survie du poème

qui hante mes pas depuis toujours”

.

demain je reviendrai

entendre ta voix qui me parle

encore de toi et de moi

.     .     .

ici aussi les draps où l’histoire fait la sieste

sont blancs et vides

.

seule la couverture du temps

est verte comme dernière parole du monde

quand le vent tourbillonne

nuit et jour à la porte du chaos

.

alors je m’enroule dans les mots de ton regard horizon

par-delà la mer nous séparant infiniment.

 

Suzanne Tanella Boni  née en 1954  est une auteure de Côte d’Ivoire.

 

 

 

 

Gorée Baobab Island” (four poems)

.

perhaps happiness is so far away

invisible among the tamarind leaves

when my hand brushes the fruit

to share them with spirits laughing at man’s

cruelty to man

.

perhaps the hope in my eyes drags

the future in clouds of dust where I seek

sparks and the dignity of condemned souls

.

when the horizon in the early hours

creates images and silhouettes between sun and sea

you are not here to see my eyes

where you have never seen the humour of the world

.     .     .

with the blessing of the island’s

invisible inhabitants I become alive again

.

as your look is not a poem

but the vast sea that pours infinite pages

at my feet

.     .     .

here too I drank at the source

words covered with mildew

like walls oozing all the sorrows

carved on the doors of time

.

I drank the life source

that gives us memory and the capped path

of days to come

I lost count of the mouthfuls of elixir I drank

so that the poem

that has forever haunted my steps survives

.

tomorrow I will return

to hear you talk to me

again of you and me

.     .     .

here too the sheets where history snoozed

are white and empty

.

the covers of time alone

are green like the last word in the world

when the wind howls

day and night at the gates of chaos

.

then I wrap myself in the words of your look faraway

beyond the sea that separates us infinitely.

 

L’île de Gorée est célèbre pour La Maison des Esclaves et La porte du Voyage sans Retour, d’où partaient pour l’ultime voyage les esclaves acheminés vers les plantations d’Amérique.

.

 


Bernard Mazo – Comme si


dessin: Mikhail Zlatkovsky

dessin: Mikhail Zlatkovsky

 

« Comme si »


Comme si des milliers de paroles
résonnaient à travers moi
depuis la nuit des temps
pour chanter l’éphémère beauté du monde ….

————————-

Tout ce qui fut

Tout ce qui fut dit
crié, répété, dénoncé…
Tout ce qui fut emporté,
Tout ce qui fut oublié, effacé …

Tout cela qui pourtant persiste
et brûle encore dans le regard
de ceux qui nous survivrons ….

——–

 


Tania Langlais – Ma peur ne sera pas secourue


photo perso retravaillée: Bretagne 2008

photo perso retravaillée: Bretagne 2008

MA PEUR NE SERA PAS SECOURUE



ma peur ne sera pas secourue
j’ai ma belle robe rien n’y paraît
faite de toutes petites boîtes
rejetées par la mer
quand je prendrai le monde
ça fera joli

© Tania Langlais

extrait de:  » Kennedy sait de quoi je parle  »

Éditions Poètes de brousse, Montréal 2008


Derrière les paupières du monde ( RC )


Art: Brice Marden. Chinois dansant

Art:    Brice Marden.    Chinois dansant

Derrière les paupières du monde,
Les lignes s’embrouillent,
Les sons se mélangent, et les lettres dansent,
Qu’elles soient consonnes ou voyelles,
Le silence, côtoie le verbe, et bégaie…

On ne sait s’il faut le traduire,
Transposer de l’intérieur ce qu’on y voit,
Déposer sa propre couleur sans trahir,
Puis faire naître de l’obscurité,
Et d’un imaginaire, une pâle clarté.

Filtrant à travers d’autres yeux, mi-clos,
Tout existe, et son contraire,
Dans le bouleversement de la terre,
Où, parmi la cacophonie,parvient à l’ouïe,
Malgré tout, le chant des oiseaux.

RC- 23  juillet 2013

« réponse » à une  création de Serge Mathurin Thebault:

« Fermez les yeux »

Je titille

A la façon du maçon

La truelle du verbe

J’y vois que goutte

Pas même celle du sang

Que dépose le texte

Sur la membrane

De mon imaginaire

Les lignes se brouillent

Je m’exerce à un nouvel exercice

Pour ne pas fatiguer la pupille

J’écris les yeux fermés

C’est jeu que je croyais difficile

Et qui s’avère finalement facile

Pour faire bien comprendre la chance

De pouvoir créer dans la cacophonie

De ce monde bizarre

Au milieu des voyelles et des consonnes

Un soi à part qui émerveille

Je vois de l’intérieur

Je vois précis

Et si je ne parviens pas

Encore à vous le traduire

Mes poils hérissés

Le long de mon bras

Témoignent de ce bouleversement

Dans l’appréhension des choses

Allez même si votre vue est claire

Fermez quelques secondes vos paupières

Dans l’exigence du silence

Enivrez-vous de cette obscurité

Qui dans sa pâle clarté

Attire à elle  l’éclat de la lumière

Et les cristaux d’or de son élévation.

Serge Mathurin THEBAULT

photo CNRS