voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “moquette

Murièle Modely – ( En ) quête


photo Mahafsoun ( deviantart )


Je glisse
Le soleil me cuit les cuisses
J’ai fermé les yeux pour profiter
De la dureté du sol
Et du mordant du jaune

Je suis petite fille
En jupe courte
A l’instant précis
De mon innocence

Je tombe
L’ombre a remplacé le chaud
Le froid revient avec les mots,
Je suis vieille et la moquette
N’est pas un lit pour ma fatigue

Je suis coupable d’enfance
C’est le malaise d’être ici
Et d’être aussi ailleurs
Enfant, j’ai toujours su
Qu’on me pardonnait tout
Qu’on ne m’excusait rien

Je dégringole
Par bouffées dans la triste réalité
Je suis une vieille femme allongée sur le sol
Dans le salon, sur la moquette
Il est quatre heures, je ne fais rien
Les voisins de leur fenêtre
Voient ma folie et mon chagrin

Car je cherche un passé,
Une jeunesse, un improbable équilibre
J’ai vieilli mais je n’ai pas grandi
J’ai cent ans et cinq ans, soit
Un géant sur des jambes de nain

 

Un texte  qui peut être retrouvé  dans le site « écrits vains », parmi 8 autres  de M Modely

 


Fresques du salon de thé ( RC)


peinture       Henri Marret :             fresque de la salle du Conseil des «Tréfileries du Havre» à Paris – 1923

L’ambiance propice aux papilles,

Convoque au logis,

Les épisodes de mythologie,

Et commence par la vanille,

La couleur sur les murs rit,

Il n’est pas question de fromages,

( que les jambes dépassent d’entre les nuages ),

Mais des attraits de sucreries,

Neptune et Jason sont invités,

Et dialoguent en écho,

Avec les tartes aux abricots,

Du salon de thé.

D’un trident ruisselant on verrait presque,

A la place des poissons, des pastèques,

Ananas, pêches, et fruits secs,

Evoqués sur la fresque.

Tout cela en couleurs douces,

Et teintes légères,

Sur les gâteaux, la crème pâtissière,

Voisine avec les mousses.

Les dieux sont hors d’atteinte,

Ils restent à distance,

Nymphes vident cornes d’abondance,

– … Dans les tasses les cuillères tintent.

On n’imagine pas, au dessus des meringues,

Des extraits de BD, héros et Superman,

Couronnant la crème à la banane,

Et que les méchants sortent leurs flingues.            

Wayne Thiebaud -  Chocolate cake

Wayne Thiebaud – Chocolate cake

Les superstars d’Andy Warhol,

Se sentiraient bien seuls,

Avec la tisane au tilleul,

Sans les vapeurs d’alcool…

Ou le portrait d’Einstein,

D’épaisse moustache,

. Glace à la pistache,

Et les variations Lichtenstein…

La musique va vous bercer,

Vous oubliez la soupe rance,

Et le monde de violence,

Dont vous êtes agressé…

Ici, le monde sucré et la crème fleurette,

Assorti d’une douce ambiance,

Petit doigt en l’air , – et bienséance,

Comme pour les pieds, l’épaisse moquette.

De toute cette crème épaisse,

Bénéficiez à satiété,

Couleurs pastels au salon de thé,

Et bruit discret du tiroir caisse.

RC  – 1er  octobre 2013

peinture:         Andy Warhol       –  Einstein


Figures rougies du musée de cire ( RC )


Kate & William au musée Mme Tussaud de New York

Kate & William  au musée Mme  Tussaud, transformé  par mes soins...

Kate & William au musée Mme Tussaud,                                transformé par mes soins…

Les figures  rougies
Du musée de cire
En habits  d’époque
Transpirent de drame

Comme des bougies
Portées de souvenirs
Et de soliloques
Ramollies aux flammes

Les regards humides
Des célébrités
Aux sourires figés
En bal costumé

N’échangent que du vide
Pour l’éternité,
— Présence obligée,
….  salons enfumés.

Ministres et présidents,
Gouvernants du monde
Côtoient tous, en vrac,
Stars et gens  d’église…

Ramollissent lentement
Aussi bien ils fondent,
Se retrouvent en flaques
Sur la moquette  grise.

RC  –  27  décembre  2012