voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “mot

Andreï Poliakov- Débarquement chinois (59-60)


 

Nicolas de Stael. Nature morte au verre 1954 50x63

   Nicolas de Staël – Nature morte au verre

 

 

        Tu ne demandes donc pas grand-chose

à la muse étrangère ?

         tu lui dis, permets-moi de pleurer tout cela,

et elle ne pleure toujours pas ?

 

 

 

 

Elle ne pleurera pas

 tant

         que tu es vivant

et respires

dans l’envers de ton sommeil glacé,

         tant que tu fais tourner

avec une seule main  –

         comme un mot  –

         un petit verre,

et avec

ton autre main,

        comme un petit verre  –

        un mot ! »

 

 

 

Débarquement chinois

editions Novoje izdatelstvo , Moscou.

Revue Rumeurs Novembre 2018 (extraits)

traduction Katia Bouchoueva

 

 


Le cheminement du poème – (Susanne Derève)


 

 

ombres toscanes 07 2007

   Photographie :  Philippe Pache

 

 

 

On ne maîtrise pas plus le mot que le soleil

 

Sans doute peut-on imprimer au vers

un long balancement

comme on doserait l’avancée de l’ombre sur la toile

en la dissimulant d’un linge  ou d’un feuillage

– un arbre clair  celant l’ombre –

 

La naissance du mot  échappe :

comme  le suivant échappera  et l’image

qu’il fera naître dans l’image,    

celle où chemine obscurément

le poème

 

Ce  n’est pas lui  que j’invente

mais lui qui me révèle dans le temps

que j’écris,

sonnant la litanie des heures,

épousant la marche  des nuits

 

lui qui mûrit puis  se détache

–  comme on dirait d’un fruit  –

un jour parmi  les autres 

où il  pose   sa marque   

                       …   et  me trahit

 

 

 

 

 


Miquel Marti I Pol – Absence


( interprété librement à partir d’une  traduction bancale  du texte  original en catalan ).

Dillon Samuelson              quatre voyages   01.jpg

peinture: Dillon Samuelson

Il y a toujours quelque chose,
un souffle, une parole, un mot
qui remplit le manque de toi ;
c’est cette armure qui me protège
du cauchemar de la colère et de la tristesse.

Après, tu deviens présente
dans chaque vers écrit,
et quand je les redis , solitaire,
il n’y a pas de distance entre ton corps et le mien,
unis toujours davantage dans le poème .


Hugues Labrusse – Enjamber le ruisseau


 

art:    Wilhelm Sasnal  _1972

art:        Wilhelm Sasnal _1972

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enjamber le ruisseau
encore le chapitre d’un recueil
et signer d’un caillou
le passage où rien
ne dit mot   .

 

Paru  dans la  revue  « paysages-écrits »


Brigitte Tosi – Un jour la mer ne viendra plus


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour la mer ne viendra plus

Frapper à la porte de mes yeux

 

Je battrai des paupières,

Oscillant sur la vague

De mon humeur vitrée,

Croyant retenir, encore,

Un peu de vie et de lumière

 

Le vent coudra ma bouche,

Cette fissure du visage,

Ce rouge murmure,

Cette pâle plainte

De mots hasardeux

Un coup de lune foudroyant

Viendra lisser mon front paré

De tôle grise ondulée

 

Un jour la nuit viendra

M’échouer dans la mer 

La marée haute engloutira

Les chairs mortes de mon corps

 

Un promeneur distrait

Lancera sur la vague

Les galets de mes yeux

Endormis sur la plage

 

Un jour le mot

ne viendra plus

 

 

Brigitte Tosi

 

 


Michèle Deschannel — au hasard d’une faille


dessin perso - Bonnecombe

Michèle Deschannel au hasard d’une faille

( extrait dela compilation poétique « dans tous les sens »

Retenir un lieu,
Et laisser fuir une image.
Retenir un mot,
Et laisser fuir une page.

Pour que jamais
Ne s’impose le point
Et toujours respire
La mémoire.

Pressée au cœur d’une
Vague déferlante,
Comment rester goutte d’eau
Vivante ?

Espace en reflet
Sans qui l’inaudible
Serait tu.