voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “mouvementsd’un cil

Farah Willem – La brume et les insectes bruns


photo de l’auteure

Une pensée semble
s’ouvrir

comme une fleur de lotus dans l’eau, le rideau de verdure découvrant, chevauchant les heures, si fines, si fines, lésions et longues, élongées, entourées de molécules invisibles, une expérience, de nouvelles lois, étendues détendues, fragment du jour, errent les premiers sphinx de liseron, les voix transparentes qui se dilatent dans le jour, élytre du silence, faire entendre ce silence, dans une vérité éphémère cette distension, contre toute saison, l’esprit nage l’huile sur la brume, vers le temps qui ne peut s’empêcher, je sens le vent et ton nom, l’eau et les insectes bruns, le biseau des heures promptes, le sentiment de la boussole, l’acte des heures, je suis enracinée, la pudeur des feuilles froissées, le désœuvrement se concentre, une palette de feuilles égarées à l’abondance d’une musique lisse, ces nœuds de bois sur des substances de détails qui grouillent, je suis dupe, le couloir de la pensée sur des lignes, l’inaction mais ta voix, la voix qui me manque, le croc, ton ventre liquide, le temps se dépose, tes bras de l’éternité, des lueurs minuscules, cet infini qu’on ne peut éteindre, cet infini qu’on ne peut étreindre, et nous perdons la faculté d’être, et nous perdons la faculté d’être libres, je ressens la pensée jusqu’à l’excès des coïncidences, je n’ai rien que l’orifice, la grotte pour polir ma pensée en pensant, à travers des anneaux, des maillures, le point de la voix, les couloirs viennent d’ailleurs, l’élargissement de toi. Et mon cœur entre les seins ?

Et ensuite ? Le ciel cyclopéen.

_
Transe-plantée

  1. A thought seems
    open

    like a lotus flower in the water, the curtain of greenery discovering, riding hours, so fine, so fine, and long lesions, élongated surrounded by invisible molecules, an experience, new laws, extended relaxed, fragment of the day , wander the first sphinx buckwheat, transparent voice which expand in the day, scissor silence, to make heard the silence, in an ephemeral truth this distension, against any season, the mind swims oil on mist, towards time that can not prevent, I feel the wind and your name, water and brown insects, bevel prompt hours, the feeling of the compass, the act of hours

    I am rooted, the modesty of crushed leaves, idleness concentrates, a range of leaves lost in the abundance of smooth music, these nodes wood among substances details that swarming, I fooled, the corridor thinking on the lines, inaction but your voice, the voice that I miss, the hook, your stomach fluid, time deposits, your eternity arms, tiny lights, the infinite that can not be extinguished, this infinity we can not hug, and we lose the ability to be, and we lose the ability to be free, I feel thought to excess coincidences, I have nothing but the orifice, the cave to polish my mind thinking, through rings, silver grains, the point of your voice, corridors come from elsewhere, enlargement of you. And my heart between breasts ?

    And then ? Cyclopean sky.

    _
    Trance-planted

    Et du même  auteur…

    1. Mouvements d’un cil – Azalée cendrée. Avalée | Art et tique et pique

      ecritscrisdotcom.wordpress.com/…/mouvements-dun-cil-azalee-cendree-…
    2. Mouvements d’un cil: – je perds toute notion | Art et tique et pique

      ecritscrisdotcom.wordpress.com/…/mouvements-dun-cil-je-perds-toute-n…
    3. Mouvements d’un cil: vapeur avant la pluie | Art et tique et pique

      ecritscrisdotcom.wordpress.com/…/mouvements-dun-cil-vapeur-avant-la…

Mouvements d’un cil – Moins le hasard et toutes ces choses là


peinture: George Bellows ; the big dory

 

Moins le hasard et toutes ces choses là

 

La force dans le sel du vent et le mur blanc comme un boulevard qui soulevait une échelle. L’ombre de mon esprit venait chaque matin se déposer sous le pin et le vase recueillir le secret du soleil. La mer gisait en dépouille au fond de la cour, je pouvais entendre le murmure de l’écume en fermant les yeux, pourtant si près du désordre des graviers sous mes pieds nus. J’ai persévéré de tout mon visage pour ne pas oublier cet instant, ses heures inutiles pleines de louanges. Même dans le sommeil. Maintenant. Tous ces élans si vastes pour se contenir et mes mains sur les genoux, immobiles. Toutes ces effusions face aux frissons imperceptibles des feuillages. Beauté que l’on aperçoit dans le creux d’un vase et le ciel si serré du bleu immense. Le ciel pouvait agitait ses ailes nuageuses, je ne percevais qu’une apesanteur et le besoin soudain, le besoin d’exister. Seulement. Pour rien.

₣.w

(sam. 28.05.11)

And the white wall as a boulevard that raised. a ladder

 


Mouvements d’un cil – papier de riz, moisissures pâles


Une nouvelle  fois, je tente  de capter  l’actualité  abondante  de « mouvements d’un cil »…  et je vous fais partager ses  « moisissures pâles– »

 

Hommage  à Horst Judith

 

photo

Moisissures pâles

La dépossession est une seconde peau. Les touches de poignets,
Les touches de piano étaient bleues. Mes doigts empourprés
Par la fièvre devaient supporter la légère pression. La masse de la légèreté.

La musique est intérieure avant le sentiment d’apesanteur. Elle gravite
Le flux des valvules et de l’hypophyse avant d’envahir l’espace.

Entre les courbes, les vagues frissonnent. Cet élan. Le voile étouffe
La mouette sur l’amandier du Levant. Tous les points sont invisibles.

Les meubles tournoient. Le sol, la terre en dessous se condense
Dans ce rythme qui bat cellulaire. Les bras au fond de l’herbe,
Les tentacules de racines, la moisissure pâle entre les interstices.
Une sonate. Les humeurs fluctuent. Les murs tremblent comme des feuilles,
Poreux quand les doigts déploient les ailes le long des turbulences translucides.

Les notes crépusculaires descendent des siècles que tous les organismes
Ne pourraient comprimer. Sonates de sodium. Impression nocturnale
Quand les champs de la conscience sont à demi-éveillées, étouffée
Par des insectes minuscules sur des taches de pierre.

Moisissure pâle

  1. றouvemenʨ d’un ciℓ [edit./ exibit. projects (il y a 5 semaines)

    Dispossession is a second skin. The wrists keys,
    The piano keys were blue. My empurpled fingers
    By the fever had to bear the light pressure. The mass of the light.

    Music is inner feeling before of weightlessness . It gravitates
    The flow valvulars and pituitary before invading the space.

    Between the curves, waves shiver. This momentum. The veil stifles
    The seagull on the almond tree in the Levant. All points are invisible.

    Furnitures whirl. The soil, the earth below condenses
    In this rhythm beating cellular. Arms at the bottom of the grass,
    The tentacles of roots, mold pale between the interstices.
    A sonata. Moods fluctuate. The walls tremble like leaves,
    Porous when fingers deploying the wings along the translucent turbulence .

    Crepuscular notes down the centuries that all organisms
    Could not compress. Sonatas sodium. Nocturnale impression
    When the fields of consciousness are half-awake, smothered
    by tiny insects on stains of stone.

    Pale molds


Mouvements d’un cil: vapeur avant la pluie


Steam before the. rain

Steam before the. rain

Les nuages traversent les pupilles. L’horizon est un destin.
Emporte-moi. Sans borne ni limite. Emporte. Je cherche
A devenir pendant que tu envahis. Laisse-moi boire la vapeur
Avant la pluie. L’impatience accroit l’érosion. A l’aube,
Les pivoines aussi ont encore soif. Nulle trace. Pourtant.

Que des mots pleins d’aromates comme les cailloux
De la rivière. Mes pupilles traversent les nuages.

Sonate à sept cordes XLV

écrit dimanche 06 février 2012
au matin.

 

—-

 

je ne saurais  trop vous  recommander  le blog  photo  de mouvements  d’un cil,  visible  sur flickR

 

self harmony creation


Mouvements d’un cil – Azalée cendrée. Avalée


photo

Azalée cendrée. Avalée

Entre mes veines dissipées
Déborde le feu
Comme une azalée dans la cendre.

°

Between my dissipated veins
Beyond the fire
As an azalea in the ash.

Samedi 12 mars 2011.

——–

directement  repris  du site photo flickR  de mouvements d’un cil:  voir  le site, où elle  associe  photos, et textes poétiques…

 


Mouvements d’un cil: – je perds toute notion


 

Riga - Lettonie - façade écrite... photo perso

 

 

 

 

To loose. notion

 

 

Heure creuse du soir
Entre l’espace pur
Je perds toute notion.

+

Peak hour of evening
Between pure space
I lose all notion.


L’incendie orageux en crinière que la gorge engouffre ( poésie de mouvement d’un cil)


——- Une fois de plus je replublie sur mon blog un des superbes poèmes  de la mystérieuse  « mouvements d’un cil »…  qui en fait associe  des images photographiques, pour la plupart, en noir et blanc,  avec des textes  commes  celui-ci… 
plusieurs  ont été re-publiés en écho sur  http://re-ecrit.blogspot.com
photo

∏ The stormy fire by the mane that throat. engulfs

Les feuilles ont perdu leur haleine.
Le vent les a à peine soulevés.

Le rythme des oiseaux s’est perdu dans l’effort
Comme une âme en poussière.
Le cœur bat. L’usure de tes cheveux flottants.
Et le serment de ta voix. Et le serrement
Qui s’en ai allé très loin. Le séisme
Par son destin qui détachent les vertus invisibles.
L’incendie orageux en crinière que la gorge engouffre.

Aussi le sentiment qui se déploie avant de s’écraser.
Nous qui restons là à nous assortir par la compression
Du murmure des fissures mauves des violettes
Et des plaintes sans jamais se vanter. Enfonce. Le secret du vide
D’un clou, nous pouvons tout décrocher d’un mouvement d’épingle.
D’un supplice. Toutes ces choses qui veulent rompre
Sans volonté. Toutes ces choses qui s’ignorent superstitieusement.

Nous pouvons vivre une vérité                          [mer. 19.10.11] 18.50

றouvemenʨ d’un ciℓ (➳ elsewherə 

The leaves have lost their breath.
The wind has just raised its.

The pace of the birds got lost in the effort
Like a soul in dust.
The heart beats. The usure of your hair floating.
And the oath of your voice. And tightness
Which would have gone very far. The earthquake
By his fate which detaches the invisible virtue.
The stormy fire by the mane that throat engulfs.

Also the feeling that unfolds before crashing.
Us who remain here by sorting ourselves through the compression
Of the murmur of purple fissures of violets
And complaints without never boast. Sinks. The secret of the vacuum
On a nail, we can all get from a movement of a pin.
On torture. All these things that want to break
Free will. All these things that are ignored superstitiously.

We can live a truth