voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “nage

Annie Leclerc – Eloge de la nage


peinture     : David Hockney

 

Nager veut que l’on creuse davantage le lit de la rivière, qu’on en favorise le passage, qu’on en élargisse le cours,
Nager veut accroître la conscience de la conscience de l’eau.
Nager cherche de tous ses membres bien étirés à augmenter la joie menue de nager.
Au fond nager cherche à nager. A rejoindre la rivière, étant rivière déjà, cherchant à se joindre elle-même, à se connaître, à se fondre en évidence de soi.
C’est ainsi qu’elle y va, qu’elle y court.
La rivière n’en finit pas de rejoindre la rivière.
Ainsi nager sert au poème qui sert à nager qui sert au poème qui sert à vivre.
Autrement dit, à aimer, autrement dit à mourir.

Annie Leclerc, Éloge de la nage, Actes Sud, mai 2002

Jean Mogin – Quand j’ai besoin de bleu


 

 

peinture: H Matisse:                la fenêtre bleue       1911

Quand j’ai besoin de bleu, de bleu,
De bleu de mer et d’outre-mer,
De bleu de ciel et d’outre-ciel,
De bleu marin, de bleu céleste,
Quand j’ai besoin profond,
Quand j’ai besoin altier,
Quand j’ai besoin d’envol,

Quand j’ai besoin de nage,
Et de plonger en ciel,
Et de voler sous l’eau,
Quand j’ai besoin de bleu
Pour l’âme et le visage,
Pour tout le corps laver,
Pour ondoyer le cœur,

Quand j’ai besoin de bleu
Pour mon éternité,
Pour déborder ma vie,
Pour aller au-delà
Rassurer ma terreur,
Pour savoir qu’au-delà
Tout reprend de plus belle,
Quand j’ai besoin de bleu,
L’hiver,
Quand j’ai besoin de bleu,
La nuit,
J’ai recours à tes yeux.
La belle alliance

, Paris, Seghers, s.d.

 

 

 


François Cheng – Suivre le poisson, suivre l’oiseau


François Cheng , déjà  cité  pour  ses  réflexions  sur  le vide  et le plein...   – préoccupation yin-yang  très connue  de la pensée  chinoise,  F Cheng nous livre  aussi  sa vision poétique…

peinture perso sur carton 1986

Suivre le poisson, suivre l’oiseau.
Si tu envies leur erre, suis-les
Jusqu’au bout. Suivre leur vol, suivre
Leur nage, jusqu’à devenir
Rien. Rien que le bleu d’où un jour
A surgi l’ardente métamorphose,

Le Désir même de nage, de vol.