voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “nappe

Robert Vigneau – la laitue


La laitue ouvre des ailes
Qui ne veulent pas voler
Même bien débarbouillées
De leur terre originelle.
On la met dans un panier,
On la secoue vers le ciel
À grands élans aviateurs.
Elle a si peur quelle pleure.
Alors on a la pitié :
On la blottit de bonheur
Dans le nid d’un saladier.

Et quand on veut la tourner
Tu découvres quoi? une aile
Soudain prise de regret
Qui s’envole en sauterelle
Sur la nappe du dîner.


Nature morte au verre, à l’orange et aux citrons – ( RC )


peinture  Marsden Hartley – nature morte aux citrons – 1928

Grande joie de lumière
dans la toile rectangulaire
dès qu’on ouvre la porte :
une nappe plissée,
quelques fruits disposés,
un verre , et la musique du silence
en couleurs complémentaires :
c’est ce qu’on pense
être une nature morte…

Trois citrons aux ombres vertes,
attendent sur une assiette.
Aucun des fruits ne bouge,
personne ne les dérange
dans leur écrin rouge
voisin du verre à pied
où transparaît la valse des bleus
dans leur savant camaïeu.

Juste une orange isolée
dans le coin droit,
dépourvue de pesanteur
attend qu’on la mange.
Avant qu’on l’attrape
elle répercute un peu de couleur
sur le verre vide
dont la matière limpide
se dresse sur la nappe.

Le côté gauche est plus incertain:
il est probable
qu’on devine un coin de table :
– on a négligé le reste du festin
pour concentrer notre attention
sur la composition -,
les courbes qui se répondent
et les formes rondes
de la nature morte aux citrons.

RC – Août 22


La Sainte-Victoire d’une blancheur plissée ( RC )


peinture:           Jan Jansz van de Velde III – nature morte avec verre de bière

Le parfum,

confident de la lumière,

S’attache aux volumes des objets,

Et ceux-ci résonnent d’accords particuliers,

Posés de touches de couleur,

Frottées et qui se recouvrent,

Selon l’aube de nos regards,

Et d’abord celui du peintre.

…. une présence extraite à leur mystère,

Par un rayon de lumière,

Posée sur les cuivres,

Et les transparences des verres,

Jouant discrètement leurs feux d’artifice,

Parmi les fruits disposés là,

Presque par hasard,

Offerts au sanctuaire de leur fraîcheur,

L’écho des pommes et des oranges,

Juxtaposant leurs courbes,

A la Sainte-Victoire d’une blancheur plissée,

Crayeuse et silencieuse,

Nappe soumise

Aux ombres ovales du compotier.

RC      –  28 juin 2013

 

 

peinture: P Cezanne , nature morte aux pommes et compotier            1899.         Musée du Jeu de Paume   Paris

 

 

 


Cycle des gouttes recommencées ( RC )


A chaque goutte d’eau, le cycle recommencé

ce qui s’enfuit en vapeur, retombe un peu plus tard,

en condensé, et les grandes rivières s’en vont leur chemin

saluées par les arbres qui s’inclinent sur leur destin,

Enracinés d’un apparent immobile,

pendant que plus d’un printemps, des saisons alternées

promettent d’autres senteurs, de nouvelles nappes.

On remet de couvert,         pour des années dansées,

à l’égard de temps,     pour nous,        recommencés.

mais en se posant un peu,         la tête sur les épaules,

sous les mêmes ponts, coulent des eaux semblables…

la Saône a conservé sa couleur olive,

et le Rhône le bleu-vert ,                  au long cours,

lorsqu’ils se rencontrent en noces             liquides.

rien ne semble changé,   les enfants jouent toujours au parc

nous avons perdu la clé, ce ne sont pas les mêmes,

qui se succèdent, sous l’œil bienveillant

des mères ,tenant par ailleurs très bien leur rôle

à l’ombre des saules…

On aurait pourtant pensé,       filmée en accéléré,

que l’éternité se déroulait,          recommencée,

comme deux gouttes d’eau,                       dit-on

poursuivant leur cycle

au delà des saisons.

RC    – 5 mars  2013