voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “nid

Quine Chevalier – ensorcelées sous le soleil


 

Résultat de recherche d'images pour "shadow van gogh painting"
Ensorcelées sous le soleil
les ombres sont féroces

l’aube sans voix décline ses miroirs
et le vent dans tout ça
qui palabre
violente.

Ensemble nous marchons
dans nos creux
soulevant
l’herbe des secrets

que nous buvons le soir
dans la lampe qui brûle.

Quel hameau a quitté
l’enfant de nos désirs
sur quel arbre d’oubli
a-t-il planté ses rêves ?

La main n’est plus qu’un nid
l’ombre se repose
les yeux ardent la plaine

où passe le gerfaut.


Quine Chevalier – ensorcelées sous le soleil


Toto      worobiek   voiture  abandonnee .jpg

photo:          Toto Worobiek

                                                         –

Pour Annie Estèves

 

Ensorcelées sous le soleil
les ombres sont féroces

l’aube sans voix décline ses miroirs
et le vent dans tout ça
qui palabre
violente.

Ensemble nous marchons
dans nos creux
soulevant
l’herbe des secrets

que nous buvons le soir
dans la lampe qui brûle.

Quel hameau a quitté
l’enfant de nos désirs
sur quel arbre d’oubli
a-t-il planté ses rêves ?

La main n’est plus qu’un nid
l’ombre se repose
les yeux ardent la plaine

où passe le gerfaut.


Mary Jo Hoose – Oh enterrez-moi !


 

 

 

photo extraite du film         » la ballade de Narayama » ( Sh Inamura)

 

 

 

Oh enterrez-moi en haut d’ une montagne de la région
Au flux des eaux cristallines s’écoulant comme une fontaine éternelle.

Avec sa colline de verte émeraude , piquetée de belles fleurs sauvages.
Et de grands pins parfumant l’air sous la chaude douche de l’été.

Trouvez un vieux chêne avec des branches pleines d’ombre.
Les petits oiseaux chantant pour moi depuis leurs nids .

Oh enterrez-moi auprès du lumineux et chaud soleil ,
Lorsque la pleine lune brille , sur une nuit étoilée.

Reliée à la cabane de mon pays bien-aimé ,
Regardée et protégée par mon chien fidèle .

Oh enterrez-moi auprès des dieux de la grande cathédrale bleue .
Où le vrai sommeil éternel est paisible .

 

Mary Jo Hoose

 

( tentative  de traduction  RC )

 


Ahmed Mehaoudi – La fin d’une hirondelle


 

hirondelles à Ouessant

 

 

que ce nid pourtant d’hirondelle riait

en printemps

la main de l’homme le déchanta

le gâcha de son instant de fauve

et l’arbre où la branche brillait

est morte cette année

 

allez pleurer sur cette absence

à n’avoir pas garder intact le chant

l’inneffable douceur des toits

ou ce qui dolence au coeur

rafraichi tant d’épreuves

 

que ce nid ait disparu

 

 


La chaise du dormeur (RC)


sculpture: Henry Moore : the queen & the king ( Barcelone)

 

 

 

Hommage à Henry Moore ( le célèbre sculpteur anglais)

La chaise du dormeur
est au sommet de la colline

Si elle promet le repos
C’est après de longs efforts d’ascension

Que l’on voit ses pieds de bronze
Scellés sur la roche

Le roi et la reine, échappés
peut-être d’un échiquier

Déjà arrivés, ont occupé la place
En laissant la partie se dérouler

Dans la vallée que déjà le soir remplit
De frissons  et d’airs  gris.

Des souverains, la couronne
A déjà servi d’abri

Pour construire un nid
A un couple  d’étourneaux

Venu apporter comme cadeau
Le premier baiser de la lune.

 

 

 

 


Arthémisia – elle sait


dessin: l'homme qui marche - Alberto Giacometti

Toujours plein de belles  créations, sur le blog  corpsetame  d’Arthémisia,  je  republie ici un de ses posts  anciens, de 2007

536 – Elle sait

 
Son âme tremble de faim, de faim et de peur, sur sa bouche et dans ses yeux immenses.
 
A qui parle elle ?
Plus qu’aux images.
 
Elle est un témoin gênant.  Elle a trop vu. Tout peut-être.
 
L’expérience fut la même pour elle que quand, après avoir passé ses doigts dans les poils d’une bête, les avoir lissés du plat de la main, avoir pris du plaisir à la caresse, tout à coup, on exerce un geste rapide à rebours, un retour, une remontée fulgurante, un regret vers du nu, vers le nid, le glabre de la pierre vermillonne de la lèvre actinique et qu’on y découvre la cruauté.
 
Elle s’est approchée des lèvres, les a entendues, les a bues. Jusqu’à la douleur. La pire douleur.
Elle y a rencontré l’absence, ce manque pendu aux mots, lamentable.
Eux, ils ânonnaient en surface, distillant les doses homéopathiques d’une morphine sucrée, illusoire et dangereusement blanche.
Ceux qu’elle a rencontrés ne savent pas la lire. Même quand ils la renversent.
 
Elle, elle sait.
Alors, tant pis pour sa bouche. Et tant pis pour ses yeux immenses.
Ils peuvent encore attendre.
 
Elle sait qu’il viendra.
Copyright © Arthémisia – décembre 2007