voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “ondes

Désintégration – un chant dans les hautes terres de Mongolie – ( RC )


Résultat de recherche d'images pour "gobi desert"

Le soir devient un fait établi,
et s’étale,          presque fluide,
sur les hautes plaines de Mongolie.

On perçoit dans la langueur des ombres,
un chant étrange,       comme si les pierres,
en tapis, étaient le fruit de paroles sèches,

une métaphore du désert chantant  :
le reste de l’explosion des roches,
répandu dans le désert de Gobi,

l’esprit des dunes,
une désintégration,
à échelle minuscule,

un fractionnement ( en tous petit morceaux ) ,
qui s’assemblent au gré du vent,
avec                 une fluidité lente .

>    On n’en cerne pas les formes,
car les dunes se déplacent
et ondulent,            dans le silence,

( ou presque, )
puisque ce chant ténu,
serait celui ,

produit par la friction
de quantités de grains de sable,
auquel l’horizon         répond,

en un bourdonnement continu
qui semble de loin,
horizontal,       justement,

mais recule,
de même     que les distances
alors que l’on s’avance .

Les ondes s’étirant,
tant dans l’espace aérien , qu’au sol,
arrivant à  fusionner.


RC – juill 2017

 

basé  sur la musique  de Tristan Murail  » désintégration »,

composée précisément par rapport au désert de Gobi .


Ismaël Kadare – L’Antenne


L’ANTENNE (fragment)

120517 (350)r

Quand vient la nuit
Vous dormez, dormez.
Tandis que moi je veille
Sur le toit incliné.
Les courants d’air m’assaillent de tous les côtés,
La pluie souvent me trempe,
Parfois les vents me fouettent.

Je suis comme un bâton dressé vers les cieux,
Un morceau de fer,
Rien qu’un morceau de fer.
Mais chacun de mes millimètres
Connaît plus de langues
Que tous les linguistes,
Vivants ou morts.

Chacun de mes millimètres qui capte les émissions
Comprend à la musique
Plus que tous les musiciens.
Chacune de mes particules
Sait plus de nouvelles
Que n’en savent ensemble
Les reporters et les politiciens.

Je les saisis toutes
Je les récolte toutes
Moi,
Le bâton dressé haut dans le ciel.
Les speakers s’adressent à moi des quatre horizons.
Les uns parlent,
D’autres crient,
D’autres encore hurlent.
Au milieu d’orchestres et de bises hivernales

De la chronique du monde
J’entends la trompette.
Et moi je sais le langage des ondes
Le parler gris des horizons sans fin.
La lettre latine, la cyrillique, les hiéroglyphes
Descendent comme des araignées
Sur mon corps.

A travers mon corps elles passent
Toutes, toutes :
Les victoires des peuples,
Les manoeuvres des diplomates
Et, comme des griffes de tigres, les clauses des traités
Pour notre Albanie,
Calomnie, calomnie, calomnie.

 

Ismail KADARE in « La nouvelle poésie albanaise »         (P.-J. Oswald)

I Kadare  est  surtout connu pour  son oeuvre romancière…  mais  on peut  découvrir certaines  créations poétiques   sur le site  de Guess Who…


Rassasié d’une vie – ( RC )


-art –  enluminure  médiévale:                 La Hague, MMW, 10 A 11, detail of fol. 320r (‘Souls ascending to Janus and Terminus, who are holding the world; souls descending to hell’).        , La Cité de Dieu Translation from the Latin by Raoul de Presles. Paris; c. 1475

 

 

La tête est venue

La première…

Et l’extérieur tout d’un coup

Se projette au -dedans

Envahit les poumons ,

 

Le premier jour  d’un cri,

C’était naissance,

Ce jour là ,

Et la tête la première,

Arrivée au monde,    –   lourde.

 

>           Les corps usés,  inversement ,

Le dernier jour,                      de cri,

Voient les âmes  s’échapper,

Du monde,                       ….       légères .

 

–                        On ne sait où,

Personne ne peut les suivre,

Ni ici,                           ni sur terre

Ou ailleurs,        si elles se rassemblent ,

Ou reviennent,

 

Redistribuées  à d’autres,

Si leur souffle se transmet,

Par les ondes,

Ou les racines,

Et sous d’autres formes.

 

Figures         passagères,

Locataires des corps,

Rassasiés d’une vie,

Qui peut recommencer ,

Au sortir de la nuit.

 

 

 

 

RC – avril 2014

 

 

 


Chr Jeanney – tentatives – Habitacle /54


l’écriture  de c Jeanney,  dans sa section  « habitacles »….   nous dit

 

 

volume: corps "fossile" Pompéï

Habitacle /54

 

 

habitacle en L jambes repliées position chien de fusil

le soir le plus souvent une chape noire tombe monte et

retombe remonte revient de loin est depuis l’ancestral

dos incurvé et tête penchée de la légèreté avant toute

chose faire avec vieux réflexes du cerveau reptilien à

l’arrière de soi une ribambelle d’ancêtres se place là

genoux collés au ventre et s’enroulant dans la chaleur

qu’on se fabrique seul à seuls un feu de grotte éteint

depuis longtemps ainsi le chien tourne sur lui-même un

peu avant de s’allonger la mémoire des cellules radote

quand le danger est loin ou un autre danger s’allume à

l’affût des ondes électriques vaines vains les efforts

jambes repliées sous couverture le doux du soir repose