voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “ongle

Anna Jouy – J’écoute le point du jour


 

 

 

2 uf       evil --.jpg

montage perso  – 2014

 

je me suis couchée dans le bleu , je me lève aux oranges. ma jupe est rayée d’avions mon corsage est nu, il y a un coeur qui s’y lave
la nuit est un sucre à la fonte, la mienne fait des gouttes d’oiseaux. il faut une fenêtre pour avancer et tu fabriques de si belles trouées
tu délivres les gens de ma sorte, tu m’affranchis
c’est l’heure de laisser couler les mites du rêve
j’écoute le point du jour comme un doigt au milieu du thorax
c’est de lui que je m’habille, comme un ongle qui saigne et me désigne.


Bernard Noël – la face du silence


 

la face du silence

au ciel de tête

mon ombre mûre a fait mûrir l’oubli

 

                                                   qui fut moi

                            cet autre attaché à la roue

                          ou ce sourire pour mémoire

                                                         flottant

     

                                                                     laissé

                                                                                     

quelqu’un rêve d’une journée durable

vague culminante qui ne retomberait

 

                        mais le sang s’arrête à la lisière

                        et l’idée recule

                                                    

                                                       amer repli

                                       qui préfère la cendre

                                      au diamant immobile

 

et   le   seuil   aperçu   se  vitrifie  sous  l’ongle

tandis que la nuit close se  transforme  en  cri  blanc

 

Bernard Noël, la face du silence [1963-1964], dans Poèmes 1,

photogramme

photogramme – Eugène Studitsky  –  voir ses photos sur flickR

 —

 

 

et je complète par une  autre parution de Bernard Noël, qu’on l’on peut  voir  dans la  « petite librairie des champs »…

 un extrait de La fable et le vent de Bernard Noël

 

pluie d’espace poudre ou poussière

tout passe au crible du vent
 
dans la tête là-haut trouée
la volée des vieux regards
 
ils s’effritent et font en l’air
rafales de buée
 
on met enfin son doigt 
dans le silence
 
son oeil dans la toison
de derrière la mort
 

 

 


Pablo Neruda – Le pied


art: peinture d'un artiste d'Europe du Nord

 

 


Le pied

Le pied d’un enfant ne sait pas qu’il est pied
il pense être pomme ou papillon

Ce sont les choses familières
vitres, pavés, rues, escaliers,
chemins de terre battue
qui lui apprennent qu’il ne peut pas voler
ou qu’il pas un fruit rond sur une branche.

Très vite la bataille est perdue
il est vaincu
fait prisonnier
et condamné à vivre dans une chaussure.

Petit à petit, il découvre le monde
sans lumière
sans connaître l’autre pied,
lui aussi incarcéré,
explorant la vie comme un aveugle.

Ses ongles sont des grappes de quartz
qui durcissent et deviennent
matière opaque, cornue
et les petits pétales d’enfants
s’aplatissent et prennent la forme
de reptile sans yeux
têtes triangulaires du ver-de-terre.
Se couvrent de cals
de minuscules volcans de la mort
d’inacceptables cors.

Mais cet aveugle continue de marcher
sans trève, sans halte
heure après heure
un pied après l’autre
devenu la propriété d’un homme
ou d’une femme
en haut
en bas
dans les champs, les mines
les grands magasins, les ministères
devant
derrière
dehors
dedans
à peine le temps d’être nu
dans un moment d’amour
ou de rêve
le pied et sa chaussure
marche, marchent
jusqu’à ce que l’homme entier s’arrête.

Maintenant il est en terre
mais il ne le sait pas
parce que tout est obscur
dans cet endroit
il n’a jamais su qu’il n’était plus pied
et si on l’enterrait pour qu’il devienne pomme
ou pour qu’il puisse voler.

(traduit de Estravagario)

 

sculpture: - H Matisse Pied ( étude)