voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “orphelins

Georgette Purnode – Métamorphose


photo perso: Causse de Sauveterre avril 2011

METAMORPHOSE
Les mots ont-ils un regard vers nous
Quand ils veulent quitter leur enclos ?
Certains souhaiteraient se transformer en clown
Pour faire rire les enfants tristes.
D’autres aimeraient caresser le soleil
Pour illuminer les maisons pauvres.
D’autres encore auraient le désir
De s’emplir les mains de baisers
Afin de les offrir aux orphelins.
Impatients de sortir ils se bousculent
Puis s’écrasent les uns contre les autres.
Seul un tout petit mot réussit à s’échapper
Et à s’aventurer sur la terre.
Bouleversé par tout ce qu’il voit,
Par tout ce qu’il entend et perçoit
Il rejoint son milieu natal
En grandes lettres il écrit : SILENCE
(nouvelle pioche »  dans la maison de la poésie  de Wallonie-Bruxelles…;

Marina Tsvetaeva – dispersés


                         

J’étais à l’écoute cet été, sur une  émission de radio, des créations  de Marina Tsvetaeva…

Cette  poétesse russe   nous transmet par delà les années son vécu et ses expériences  tragiques liées à l’exil…

 

 à Boris Pasternak

Dis-tance : des verstes, des milliers
On nous a dis-persés, dé-liés,
Pour qu’on se tienne bien : trans-plantés
Sur la terre à deux extrémités

Dis-tance : des verstes, des espaces... On nous a dessoudés, déplacés, Disjoint les bras - deux crucifixions,
Ne sachant que c'était la fusion
De talents et de tendons noués... Non désaccordés : déshonorés, Désordonnés...               
Mur et trou de glaise. 
Écartés on nous a, tels deux aigles -
Conjurés : des verstes, des espaces...
Non décomposés : dépaysés.
Aux gîtes perdus de la planète
Déposés - deux orphelins qu'on jette !

Quel mois de mars, non mais quelle date?!
Nous a défaits, tel un jeu de cartes !
                              24 mars 1925  

Maggi    toile  du premier  style  de Kees Van Dongen      - 1888

                           Trad. E.Malleret

Peinture: Kees van Dongen   Maggi  1888