voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “oxygène

Décapiter les fleurs du jardin – ( RC )


141.jpg

Tu as tenu dans tes bras le bouquet de l’été,
Que le vent tiède a fleuri ,
et lentement ,     coupées de leurs racines,
         les têtes ont fléchi.

Tu as tenu dans tes bras ton ventre arrondi,
que l’amour a fleuri ,
mais éloigné de ses racines ,
        ton corps s’est flétri .

Il n’y a eu que sécheresse
et le froid, l’hiver
et la détresse
et la bouche amère.

Il y a un mot pour décrire
celui qui n’a plus de parents
mais il n’y en a pas pour dire
une mère perdant son enfant.

Comment interroger le destin,
quand , fleur après fleur
se perd dans le lointain
       la plus petite lueur ?

La mort était-elle dans ton sein
pour qu’ainsi, elle vienne
décapiter les fleurs du jardin
et les priver d’oxygène … ?


RC – août 2016


en liaison avec « poème à l’orphelin » de M Tsvetaieva


Malika Farah – Papillon


papillon azuritis

Deux extraits de l’ensemble de textes intitulé « papillon », de Malika  Farah, visible dans le recueil  « dans tous les sens » ed  La Passe Du Vent   Parution : 17/05/2001

 

Hissez là-haut ! Encore plus de recul !
Portées au-delà de l’ennui, sérénité et lucidité s’élèvent.
Dans ce lieu rêvé, l’âme est en sursis.
Rêve, papillon, de lumière  d’étoiles.
Papillonne au-delà de la simple jungle terrienne et menaçante !
Rien autour  du débordement de la vie,
Que le va et vient du vent
Portant un air de désir inassouvi,
Vole, papillon, les ailes déchirées.
Survole l’horreur,
Survit !  le mal s’enlise seul.
Sous la lumière divine, l’envol est possible.

——————–

Arbre de l’humanité, l’esprit en chacune de tes feuilles.
Quand  le corps  se décompose en une poussière  d’ange.
Plane au-dessus des branches  d’oxygène,
Pour nous pauvres mortels.
L’automne arrive au gré du vent, on vole et se régénère
En des âmes profondes  !

Malika  FARAH

 


Serge Mathurin Thebault – Toussaint


Choix de Chrysanthèmes…(aussi le symbole de l’Empereur du Japon.)

 

La mort des hommes me concerne

 

Depuis quelques temps

Je lis la page nécrologie

Pour prendre connaissance

Si un quidam de mon entourage

N’a pas pris la poudre d’escampette

Sans avoir eu la politesse de m’avertir

 

C’est  une habitude qui va avec l’âge

Plus on vieillit plus jalonne la route

La disparition d’êtres humains

Qui à défaut d’avoir partagé le pain

Avons en toute insouciance

Becqueter l’oxygène

L’élément indispensable

De la respiration

 

Ce n’est pas que mourir

M’angoisse particulièrement

Le joueur d’échec sait toujours

Qu’il y a fin de partie

 

Soit dit quand même

Je ressens injustice

De voir homme ou femme

De ma génération

Et parfois plus jeunes

Fauchés blés

 

Au beau milieu

De leur déjeuner

Avec l’existence

 

La mort de l’autre

C’est toujours un peu la sienne

Quand je m’échinais dramaturge d’état

Dans le thème obsédant du mal être

Chaque suicidé était un peu de ma peau

Qui pourrissait sans avoir eu

 

Son comptant d’enchantements

 

La lumière cisèle un rai

Au milieu de mes rideaux

Cela éclaire mon carnet

De quelques visages radieux

Que ma mémoire soupçonneuse

Croyait avoir oublié

 

C’est sentiment prenant

Frisson dans la couenne du dos

Larmes que j’aurai mal à retenir

Si je savais pleurer

 

Mais voilà le sensible

Ne connaît pas les pleurs

C’est façon à survivre

Pour pépier en toute liberté

Les détails et les grandeurs

De cette pérégrination ordinaire

Qui ma foi

Pour n’être pas de première main

Autorise de griffonner ces mots

Qui font du bien à ceux

Qui les écrivent

 

Et j’espère aussi à ceux

 

Qui les lisent

 

Soleil de Toussaint

Sur le coin de la table

Pourtant quelque part dodeline

Dans la couette mélancolique

Des nuages

Un cerceau de lune

Où s’attarder entier

 

Dans la soie de l’enfance.

 

 

 

Voilà ce qui me fallait écrire

 

Aujourd’hui sur la mort des autres

 

Qui est toujours mienne.

 

 

Serge Mathurin THEBAULT   .
4 novembre 2012