voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “pantherspirit

Pantherspirit: – Vibrations Africaines au bord du Lac Rose


Vibrations Africaines au bord du Lac Rose

Publié le 30/08/2009 à 11:35 par pantherspirit  (Brigitte)
Vibrations Africaines au bord du Lac Rose

Afrique, terre de magie, de secrets, de couleurs
Dont les calices d’ odeurs enivrèrent mon cœur,
Tu ignores le blafard dans ton exubérance
Et tu ris du carcan de toutes nos convenances.

Te connaitre et t’aimer, c’est simplifier sa vie
Et ôter ses chaussures pour à toi être unie,
C’est dépouiller son âme de ses habits de ville
Et refermer la porte des attitudes serviles.

Tu réapprends l’essence de notre enfance passée
Pour transcender l’épure du mot humilité
Ou le sourire s’éclaire de perles spontanées
Ou la main ne prend plus mais s’élance pour donner.

Quand on goute à tes fruits notre corps se libère,
Devient l’enfant des sables pour écouter la mer
Ouvre ses lèvres au ciel pour savourer le vent.
Terre d’Afrique, tu effaces l’austérité du blanc.

 

————

petit commentaire perso;

j’ai pu vivre la justesse de sa phrase  » la main ne prend plus mais s’élance pour donner. »


l’écriture fantasque des flamboyants (RC)


grand "haricot" ( fruit du flamboyant )

 

 

 

 

 

publié en écho à celui  du « bal des flamboyants »  –  voir le blog  de pantherspirit, qui m’a  autorisé, par ailleurs, à publier certains de ses textes

 

 

Le long des routes de poussière
Le lointain horizon de notre erre
Entre les espèces clairsemées
Eucalyptus , manguiers parsemés

La terre, jeune épousée
En sécheresse avait l’air épuisée
Les herbes sèches pointaient , dures
A travers quelques craquelures.

Les flamboyants ayant perdu leur parure
Au feuillage aéré, portaient en chevelure
Leurs grands haricots noirs, comme des signes
D’une écriture fantasque que rien n’aligne

J’ai recueilli les fruits de leurs fleurs rousses
Quelques unes étaient tombées à terre ( leurs gousses)
Et je conserve encore aujourd’hui, mon regard étonné
A leur aspect de vieux cuir, au vécu , patiné.

Aux témoins exotiques, que j’ai fait voyager
Je pourrai proposer , un tableau paysagé
Aux couleurs différentes , en voisinage vert
Changeant d’une Afrique exsangue et sévère.

Mais il manquerait à ces plantes émigrées
Le sol où leurs racines ont prospéré de plein gré
Le voisinage aimable des hommes couleur ébène
Les vautours, et la faune, que necessité amène.

Où il faut faire avec le maigre
Au pays des hommes intègres
Celui les kapokiers et karités
De longue tradition invités

 

R Ch  21-janvier 2012