voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “partage

Dominique Boudou – L’homme qui marche – 1


Mel Drucker – sculpture en fil métallique: homme marchant avec chiens , 

L’homme qui marche #1

Midi peut-être a sonné
Il faudrait souffler comme les autres hommes
A cette pause qui n’a pas de présence
Dans laquelle je m’oublierais pourtant
S’il n’y avait pas tous ces mystères
Sous nos pas

La tentation du jardin encore
Qui miroite au fond de tes yeux
Deux chaises intemporelles
Autour des cercles de l’eau
La grille qui grincerait
Comme elle grinçait tu t’en souviens
Le parfum de la terre
Dont nous savions le partage
Allons sois raisonnable
Je ne veux pas pleurer

Un autre enfant passe
Qu’on n’a pas remarqué
Qui connaît tout du chemin
Un enfant qui n’a pas d’enfance


Sous le ciel, sans partage – ( RC )


peinture:  Jules Olitski

peinture: Jules Olitski

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous le ciel, sans partage,        j’hésite

Il y a toujours du monde qui s’agite,

Beaucoup s’échangent du papier contre des choses,

 

De la monnaie contre des roses,

Du travail pour un peu de loisir,

Des caresses , pour un peu de plaisir.

Toute chose que l’on peut voir

Et qu’on embrasse du regard,

Ferme l’horizon, à la traversée des rêves,

 

Et si j’étends mes mains, à l’heure brève,

Je me heurte à des murs sévères,

Enfermant l’espace, le parcours du ciel jusqu’à la terre.

RC –  20 août 2013


Ravages ( RC )


 

 

 

photo – tempête cyclone – auteur non identifié

Les mots de maudits,
L’écho des taudis,

Les eaux qui ravagent
Les maux qui divaguent

L’éclos des rivages
L’enclos des partages

Le flot de ta page
Le seau des orages

Au grand saut de la vie
Pèle-mêle et non-dits,

Déborde et envahit,
Rivière sortie de son lit

De tes yeux, nagent,  et puis
Tes larmes  et tes cris

RC  – mai – 2013

 


petit chaperon des poèmes ( RC )


 

 

Aux lectures poétiques,  si ce n’est pas un leurre
Ce plaisir  ,il ne faut pas le renier
Plutôt que le garder dans ton panier
Un p’tit recueil,  une plaquette de beurre

Et une galette de poèmes
Tout ce qu’il fait pour tenir le coup
Sans limites – je dirai « beaucoup »
Allez    » Tu peux te r’servir en crème »

Et même y mettre les  doigts
Puisqu’on parlait de beurre
On va pas renier son bonheur
Ici ce sont les mots qui font foi

On s’en échange  et on lit ( c’est la loi)
Une soupe de lettres , c’est le partage
De fin potage, personne n’en est otage
Aux faim – becs, sans prise de poids…

C’est le mot de la fin, déguster la lecture
En fin gourmet, en petites doses
Que celà croise rimes ou prose
Mère-grand peut se mettre à l’écriture

 » – Que tu as de beaux yeux, mon enfant ! »
‘ – C’est pour mieux dévorer ce que tu écris »
 » – Que c’est beau ce que tu dis, quand tu cries! »
 » – C’est pour faire danser tes oreilles, mère-grand »

 » – Et quel appétit, avec cette petite bouche rose ! »
 » – C’est pour partager ma pensée, en prose
 » – Que tu as de beaux doigts, mon enfant! »
 » – C’est grand-mère, pour faire plus élégant »

 

C’est ainsi que chaperon rouge , en fil d’échanges
Le casse croûte, au bénéfice  de l’art poétique
Avec Mère grand  au demeurant fort sympathique
Se mettent à la table des lettres,   et mangent…

…  toute la bibliothèque, et de ses livres
à s’en faire ivres.

On dirait même qu’elles  dévorent
Tout le panier, et ces paroles  d’or

 

29 mai 2012
« 


Le livre qui nous partage ( RC )


 

 

 

_

 

 

 

Du  livre qui nous partage

Chaque instant a sa page

 

De celles  d’avant, nous pouvons lire

A celles  d’après sauf à prévoir l’avenir

 

Il nous reste à les  écrire

Les vivre en grand dé-lire

 

Toutes, lentement se superposent

Et nous métamorphosent

 

Les anciennes et les récentes

Résonnantes,  ou absentes

 

Qu’elles soient vierges ou tachées

Elles nous sont toutes  attachées

 

Reliées  à notre ventre

Attachées à notre centre.

 

 

RC   5 dec 2011  –  modifié  juillet 2012

 

 


N’ayant pas égaré ma plume – (RC)


 

 

peinture-dessin: reproduction aquarellée de mail-art- production personnelle

 

N’ayant pas égaré ma plume, au clair de la brume,

Dans mes forêts , mon marécage, toi ton bocage

Je n’ai pas oublié que le pouvoir des mots

Aidait chacun à sortir de sa cage,

Du désert, ou de l’urbain étalage de bitume

Les mots sont l’aide d’un bruit silencieux,

Ceux ci nous disent l’exister, et l’approche des lieux

La vie, comme souffle , paroles et partage

Au delà des contraintes et orages.