voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Pierre La Paix Ndamè

Pierre La Paix – Sublime retour


installation              : Sarah Hobbs

Sublime Retour (écho du poème « Sublime Regain »)*
par Pierre La Paix Ndamè, samedi 15 octobre 2011,

Les déserts des bonheurs oubliés,

Si larges, si veufs… si neufs !

J’ai cherché dans la nuit de l’oubli,

Des sourires tiens

Que l’absence avait emportés.

Le silence imprudent de ton départ

A balafré sur les atomes des jours

Les regrets fanés,

Les secrets profanés

Que le temps effaçait mal…

 

Mais à l’espoir tenace de te revoir,

Mon cœur a cru.

Et au clair des lunes sans toi,

J’ai souvent chanté le refrain

Unique qui finissait nos serments.

Fou, j’ai rédigé

«Dans le murmure de toi »

Le psaume accompli

Qui confirmait l’adieu douloureux.

Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts

Dis-tu ?

Mais celle de mes yeux réclame encore

Le frou-frou de tes joues câlines

A l’insu des muets matins,

L’aube toute affolée de toi

T’a ramenée revivre

Le printemps heureux

Qui nous manquait tous deux.

Tremblants sous l’effet du retour,

Refusant d’accepter l’impossible

Nous avons redessiné Cupidon

Avec les doigts d’Aphrodite

Et sa flèche sans douleur nous a piqués.

Reste avec moi cette nuit…

Reste avec moi cette vie…

Pierre La Paix

 

Profondes clameurs 2011

* vous pouvez retrouver « sublime regain » à ce lien 

http://www.facebook.com/note.php?note_id=255307977835321

 


Pierre La Paix Ndamè – il est des regrets debout ou assis…


il est des regrets debout ou assis…

par Pierre La Paix Ndamè, vendredi 18 novembre 2011, 21:15 ·

peinture: Aboudia: peinture de la guerre civile ivoirienne.

le vide est loin

de la vie en rut

quand on brise le néant

par le sacre du crime

quand on fuit le ciel

par la porte d’à côté…

voici que la peur s’absente

aux murs remplis de vies

russes… que les souris

complices du pécu nié

cliquent à souhait…

mais le cri amer de la nuit

qui jette sur les toîts troués

du malheur

les versets maudits de la foi

ne s’entendra plus sous la dune…

il est des regrets debout

ou assis… qui nous guettent au passage

en oubliant parfois le bonjour abject

sur les lèvres de poussière

que la faim assèche mal…

nous tremblerons sous les seismes

fictifs des égoïsmes libéraux

abandonnés au froid des jours

et des nuits…

à cause de notre… Barraque

infidèle à la cheminée qui l’incendie…

mais que faire?

tant qu’elle S’Arque Aux I..dées de l’autre…?

mauvaise Polie Tic…