voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Pierre Silvain

Pierre Silvain – les chiens du vent


peinture:       Paul Klee        – pleine lune

 

Sous la poussière il retrouve

L’ardoise d’enfance fêlée

Avec les griffures intactes

Proclamant sa détresse d’être

Celui qui toujours demeure

Au seuil du monde déchiffrable

Dans l’attente d’une aveuglante

Révélation ou d’un anéantissement

Rien n’a changé

Tout continue de se refuser

Là derrière

Lueur tremblante et louche

Au fond de la nuit d’encre

C’est la fenêtre du logis

De l’ogre perdu dans les bois

Vers quoi conduisant la fratrie

Résolu même sans

Les cailloux en poche

Poucet avance

Pierre Silvain est un auteur  que j’apprécie  beaucoup  notamment  dans  ses livres – contes philosophiques – publiés  chez Mercure  de France:

Zacharie Blue,

Le Grand Théâtre,

La promenade en barque

– Les  Eoliennes,

– La  Dame  d’Elché… ( célèbre  sculpture,  qui a fait l’objet d’une  reprise – dans l’imaginaire ibérique, par l’artiste Manolo Valdès, cité dans cet article )

il a été  ensuite été publié  par de nombreux  éditeurs,  et notamment  les  éditions Verdier

j’avais  été en contact personnel avec lui,  et il appréciait beaucoup ma façon de peindre…,  c’est l’occasion ici  de lui rendre un autre hommage.

ce poème, que je viens  de découvrir  offre  d’étranges  similitudes  à celui que j’ai écrit et publié  il y a fort peu de temps: « le monde des possibles »


Pierre Bergounioux ( sur Proust)


dessin: création personnelle: carnet de croquis, projet de peinture

 

“C’est qu’il se pourrait que je n’y parvienne pas, que les choses obscures, les ombres se refusent à venir au jour, que la vie échappe irrémédiablement aux prises de la compréhension rétrospective

comme elle s’est dérobée, dans l’instant, à la conscience.

Les seuls moments accomplis sont ceux qui ont trouvé, au-delà d’eux-mêmes,

l’explication qu’ils peuvent (doivent) recevoir, sur le papier.

Proust dit quelque chose d’approchant. La seule réalité est celle que nous avons pensée.” p335 – des carnets  de notes  de Pierre Bergounioux, 1991-2000),   voir  source.

—- Proust étant une  fréquente  source d’inspiration  (  et à propos d’inspiration… un souffle, justement)…

Pierre Silvain, écrivait  le côté de Balbec

voir ausssi sur Proust ,  ma publication sur écrits et cris ( 1er blog), en me rappelant  des « plaisirs  et les jours »

( il s’avère  que ces  deux  auteurs, dont j’ai lu beaucoup d’ouvrages, font partie  de mes auteurs  « phare »… tous deux ont été publiés aux  magnifiques  éditions Verdier. )

peinture: détail de panneau central, au Muusée Metropolitan de N York