voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “plaie

Jacques Borel – la plaie


Image associée

 

Pourquoi es-tu mort, père,

Après m’avoir craché,

Inutile noyau,

Dans cette longue plaie

Qui ne se ferme plus ?

J’ai grandi, arbre d’os,

Dans une combe humide,

Arrachant une à une

A leurs lèvres de soif

Mes ingrates racines,

Mais quel hoquet là-bas,

Quel caillot, quel appel,

Quel cri toujours ouvert !

De ce versant d’adieu,

Je l’entends, agonie

Jalouse sous la terre.


Linda Maria Baros – Comme un continent englouti par les eaux


 

image  - R Colombi

image – R Colombi

Comme un continent englouti par les eaux

 

 

Mon pays était comme un continent englouti

qui flottait dans l’air poussiéreux,

tel un mort dans la lumière de l’après-midi.

 

Les pères étaient rares,

comme des coquilles qui avaient transpercé

la peau altière, rocheuse, des montagnes.

 

Les mères étaient effilées comme une larme ;

les larmes tombaient, rasantes et drues,

et emportaient les mères dans la terre.

 

Mon pays – il y a des hommes qui l’aiment

de l’amour passionné des vers

pour la plaie ouverte qui les engraisse.

 

Mon pays – qui me prenait sur ses genoux,

qui me caressait la tête,

qui éteignait ses cigarettes contre mon front.

 

 

L’Autoroute A4 et autres poèmes.

– Cheyne éditeur, 2009


Langston Hugues – fresque sur Lenox Avenue


 

Qu’advient-il d’un rêve suspendu ?
Se dessèche-t-il
Comme un raisin au soleil ?
Ou suinte-t-il comme une plaie
Avant de disparaître ?
Est-ce qu’il pue comme la viande pourrie ?
Ou se couvre-t-il d’une croûte sucrée
Comme un bonbon acidulé ?
Il tombe peut-être comme un fardeau trop lourd.
Ou bien explose-t-il ?
Certains  textes  de Langston Hugues  ont  été accompagnés  en musique  par  le contrebassiste  Charles Mingus, voila la pochette  du CD

Françoise Ascal – 3


Nouvelle  et dernière  « parution » sur cette  suite  qui en comporte cinq…

découvrir  autrement Françoise  Ascal, c’est  sur le site  de Claude Ber,  qui nous fait partager des créations littéraires intéressantes…

 

 

photo: Alvarez-Bravo: photographe mexicain

 

3

“Travail de deuil”…
Ne veux pas le faire, ce boulot. Veux laisser les plaies ouvertes, veux être traversée par d’éternelles douleurs intimes. Veux les nourrir, leur donner la becquée pour que jamais jamais ne meurent les visages aimés. Un jamais de pacotille, on le sait, à la mesure du dérisoire, un jamais naïf de fillette, une promesse d’ivrogne, une volonté d’irréalité, une crispation d’utopie, une insoumission . Non. Pas de travail de deuil. Pas d’accommodement. Pas de douceur. Pas de résignation. Pas de sagesse. Mais le mal nourricier, la blessure fertile, la blessure-rivière-vive travaillant au secret du corps, irriguant la chair, jaillissant en rébellion, en étincelles de tristesses lumineuses. Contre l’oubli.

Et pourtant.

“ Mémoire qui tue…
mémoire qui étouffe à petit feu..”. Excès de déchets organiques, pourriture lente formant vase au fond du cœur. Et l’on suffoque, et l’on s’égare à vouloir trouver le chemin inédit, le sans-trace, le non-balisé par les ancêtres, par la forge du temps, par la puissance de l’Histoire ou la pression des événements, même futiles, même anodins, même attendus. Sortir. Out. Sortir. Out. EXIT. SORTIR. ANY WHERE OUT THE WORLD. Trouver la passe, trouver l’issue, trouver la fente la faille la fêlure la fenêtre la face ou la farce, mais sortir. Sortir du pré du pré vu du pré paré du pré cité du pré posé du pré dit , quitter les pré dispositions, abandonner tout centre de gravité, rejoindre le nu d’un intervalle, la vacuité d’un interstice, percer la poche du circonscrit.

 

 


Saint-John Perse – Portes ouvertes sur les sables (Exil, I)


 

 

 

 

 

 

 

 

Portes ouvertes sur les sables, portes ouvertes sur l’exil,

Les clés aux gens du phare, et l’astre roué vif sur la pierre du seuil :

Mon hôte, laissez-moi votre maison de verre dans les sables…

L’Eté de gypse aiguise ses fers de lance dans mes plaies,

J’élis un lieu flagrant et nul comme l’ossuaire des saisons

Et, sur toutes grèves de ce monde, l’esprit du dieu fumant déserte sa couche d’amiante.

Les spasmes de l’éclair sont pour le ravissement des Princes en Tauride.


Barbara Köhler – Gedicht


Nakamuro Haruka extrait du magazine Photo 456

Barbara Köhler – Gedicht   Poème

Je me nomme « tu » parce que l’écart
s’amincit entre nous comme peau
contre peau nous ne sommes plus
différents séparés, mais un
et l’autre : la frontière
c’est la blessure, le gué :
une plaie ouverte tu me nommes
« je » lequel de nous deux dit
vois ce couteau
incise, sers-toi

traduit par Sylviane Dupuis  ( citée pour sa propre créati n quelques  articles plus avant)

aussi dans: Versschmuggel / Mots de passe. Gedichte / Poème