voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “poésie auteurs à découvrir

que le soleil éclaire mes nuits – Rahma ZERAÏ


Toujours de Rahma  ZERAÏ          ( ouvrage -recueil, anthologique    « Dans tous les sens » )

J’aimerais  que le soleil éclaire mes nuits pour voir les couleurs  de l’obscurité, et que la lune cesse d’être lunatique, que les fous raisonnent les sages, que le discours des animaux fasse taire les humains, que les racines voient le jour, que le silence résonne.

oeuvre de la tate gallery london ---------- Grant Duncan

Je suis le silence qui parle
l’orage qui ne mouille pas
j’attends ceux qui ne reviennent  jamais
mes racines sont  hors de terre
je suis le pont entre deux rives
je suis la colère qui ne gronde pas
je suis l’hiver en plein été
je suis le volcan du fond  de l’océan


Demande à la nuit – Rahma ZERAÏ


Demande à la nuit pourquoi, dès qu’elle laisse tomber  son rideau noir,les démons s’éveillent,  les fantômes dansent la farandole,  les écluses de l’inconscient  débordent.
L’obscurité  m’oblige à me retourner vers ma propre lumière.  Face à moi-même, le silence, la solitude.  J’attends le sommeil refuge.
Les rêves salvateurs fuient aux premières lueurs de l’aube.  Commence alors l’aurore des mots,; la dimension qu’il leur  faut pour me raconter.

 

de  Zeraï  ( dans tous les sens)

 

 

Art:        peinture de Veronese, Venus with Mirror   1580

 

 


la poésie particulière de Dominique Fourcade


extrait de Rose déclic

Tu parles toute seule pourtant pas seule parce qu’on ne l’est
jamais avec les sons des mots
Tu parles parce que tu as besoin d’entendre les mots leurs éclats
plus ou moins sourds plus ou moins enchaînés besoin
d’entendre le blanc de leur corps tu n’es présente que dans
leurs modalités (coriaces ou non) et il n’est question que de
présence
Plus ou moins éclatée
Tu as largué les amarres c’était la conditionde ton discours tu
t’es arrachée et tu es maintenant loin du bouquet
Ce n’est pas rauque comme je l’aurais cru tu parles posément
même parfois
Tu parles toute seule c’est un lieu d’indomination tu ne t’adresses
à personne mais plusieurs se sont tournés vers toi

( Dominique Fourcade publie aux éditions P.O.L. )