voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “poings

Jacques Dupin – Grand vent



oriental  country   108158

 

 

 

 

Nous n’appartenons qu’au sentier de montagne
Qui serpente au soleil entre la sauge et le lichen
Et s’élance à la nuit, chemin de crête,
À la rencontre des constellations.
Nous avons rapproché des sommets
La limite des terres arables.
Les graines éclatent dans nos poings.
Les flammes rentrent dans nos os.
Que le fumier monte à dos d’hommes jusqu’à nous !
Que la vigne et le seigle répliquent
À la vieillesse du volcan !
Les fruits de l’orgueil, les fruits du basalte
Mûriront sous les coups
Qui nous rendent visibles.
La chair endurera ce que l’œil a souffert,
Ce que les loups n’ont pas rêvé
Avant de descendre à la mer.

 

du recueil  » le corps  clairvoyant  » –


Les veilles, les poings serrés – ( RC )


peinture: István Sándorfi - sweet home

peinture:             István Sándorfi          –            sweet home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tu tournes la tête,  vers  des espaces  si éloignés, encore  ,
Qu’on ne peut les  sentir, les toucher.

Ce sont des veilles  de pensées, comme on veillerait le  défunt.
Tout s’est tu, et              même les coups de fouet des éclairs,

Dans le ciel chaviré,              n’atteignent plus ce théâtre.
…       Les lumières  se sont  éteintes.

Un courant d’air sournois est arrivé .
Un éteignoir, où les chandelles  n’ont plus pu respirer  .

La parole  est emportée.
–         Elle ne peut plus t’atteindre .

Même l’espace  des rêves  semble inaccessible .
Pour que tu entendes,   il faudrait que nous retournions,

jusqu’aux marges  de l’enfance…      desserrions les poings,
Pour que l’ombre,      peu à peu,              s’en échappe    …

RC –  nov  2014

 

( texte  créé à partir  d’une lecture  de Ile Eniger )

 


Karla Olvera – Première culbute


extrait du site  de la  « petite  librairie des champs » ( Sylvie Durbec)

 

 

installation – sculpture  animée:  Rebecca  Horn

 

 

Je tombai aux lignes d’une lettre comme un miroir

Je tombai très vite cheveux volant au ciel

Chauve-souris en fuite heurtant le vent

Je tombai poings ouverts et pieds en avant

Je tombai les falaises et espaces libres

Je tombai mille crabes en dessous du sable

Je rencontrai des télégrammes en tchèque

Je lus des messages dans des bouteilles

Je rêvai avec les frères Montgolfier

Je tombai et installai une tente en Mongolie

Arrivée dans un kit cinématographique

Chien jaune

Toiles

Chèvres

Bols

Plateaux

Charrettes

Tout ça miniature

Et démontable

Je tombai à l’horizontale

A travers des plaines vertes sans fin

Je tombai en suivant l’ horizon

Zig zag zag zig

Je tombai de toute la largueur du ciel

Et à l’envers.

 

Karla Olvera  –             trad. sylvie durbec (fragment)