voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “port de commerce

Christine Lapostolle – Brest (Temps permettant -extrait) –


Brest la Blanche : Safari – Daniel Molinier –

Dans cette opacification blanchâtre, grisâtre
et même vaguement jaune de tout
alors que le jour devrait se lever, la lumière inonder la radio vient de dire « ciel magnifique sur tout le pays,
un temps splendide nous attend aujourd’hui » –
ici on ne voit même pas la mer
Les bâtiments industriels, les cheminées ressemblent
aux vieux poèmes qui célébraient autrefois le monde
moderne et l’espoir des usines
Ce sont des mots du Nord, des Flandres, qu’il faudrait pour dire ce qu’on voit depuis les fenêtres aujourd’hui
Écrans de brume crue, steamers charbonneux qui
mugissent et fument en appelant le soir
Petite pluie finasse, verticale qui larmoie, faufile l’air,
tisse de l’eau
Le verbe pluviner, l’oiseau pris dans un filet mouillé
Ignorant ces réalités blêmes, un spécialiste de l’amour
inonde les ondes de ses propos sentencieux
Un chien s’arrête pour pisser au pied d’un platane
Toute la mer va vers la ville

Christine Lapostolle

Temps permettant

Editions MF Inventions Janvier 2022

.

Daniel Molinier photo –

https://brestlablanche.com/


Vue mer – (Susanne Derève)


Brest – Port de commerce – photo perso –

 

Vois-tu ,

la digue au loin, le bras amoureux des terres     

enlaçant  le rivage,

et sur le blanc corsage des vagues,  

la loupe étincelante  du soleil quand cède                                

le brouillard ,

son scintillement  de perle noire .

 

Le port baigne encore dans la brume,                                               

emprisonnant des effluves de colza et de souffre,                                     

écharpes blanches pour rouges squelettes

   – de ces épaves agonisantes qui gisent à quai

     dans l’odeur rance  d’huile et de fiente 

     comme de vieux lampions brisés –

 

Au long  de la Criée veillent  les mouettes nonchalantes ,

un bécasseau becquette ,

     indifférent

au soleil qui déverse soudain ses cuillères d’argent

sur les cafés crème en terrasse, 

ses dentelles de baptiste sur l’eau,

et tire un instant de l’insondable oubli

la rouille brune  des  cargos. 

 


De la sueur des hommes- (Susanne Derève)


peron toles-pdf

              Pierre Péron – port de commerce  Brest

 

 

                    Que sait-on de la poussière des grues

                    et de la sueur des hommes 

 

                    Que sait-on des derniers relents de la nuit

                    quand l’humidité ronge insinue

                    coule sous les paupières

                    la sève brûlante du sommeil arraché 

                    au café du petit matin         

                       

       Muscles gourds sous les bleus de chauffe

corps durcis endurcis muets

corps las

du cliquetis des bielles

de l’aigre stridulation des essieux

de leur implacable giration de chronomètre

 

Métal glacé des crevasses profondes

gerçures plaies immondes 

 

         Que sait-on de l’asphalte

   suintant de graisse et de cambouis            

   flaches saumâtres

   de ces navires à quai

   gueules béantes

          dont les entrailles grondent

   réclamant leur  tribut

   de fournaise et de bruit

   épaves moribondes

 

   étoiles nues

   absentes ensevelies

 

Mais aussi

que sait-on des aubes légères

                          du  pavois d’or de la lumière                               

dans le ciel blanc de pluie

 

Que sait-on de la tendresse des hommes

entre leurs mains rebelles

Que sait-on de la vie …