voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “portée

Rythme, lignes, thème et variations – ( RC )


Afficher l'image d'origine

peinture             H Matisse-

Une pulsation persiste,
         malgré soi.
C’est un motif répétitif,
comme celle de ces frises
Sur le fronton des temples grecs,
mais qui s’offre quelques  détours .

Le battement d’un coeur
       Que l’on oublie,
Une basse continue
sur laquelle la trame
de la symphonie concertante
prend tout son appui.

Un rythme régulier,
qui se fond dans l’arrière-plan,
–  métronome contrebasse,
   soutenant la cantate,
dont on devinera le centre
en tendant mieux l’oreille.

Un ange parcourt les firmaments,
on peut suivre son échappée,
(  pas le froissement des ailes  ) ,
qui pourtant décrit
l’envolée de ses courbes,
Elles  s’appuient sur le ciel .

Ainsi les arabesques
dessinées dans la couleur,
ou les spirales enroulées,
jouent chacune  de leur accord,
avec l’évidence  d’une  danse
dans les tableaux de Matisse.

Le temps est une aire indéfinie,
qui s’étend sur la toile :
points et surfaces
relient les lignes entre elles….
Thème, fugue et variations,
Mélodie et contrepoint.

Vois comme le coeur
est,  lui-aussi,   une musique  !
Son battement
est celui d’un tempo,
transformé en courant,
en cascades:

Le flux d’un ruisseau,
inscrit ,
en lettres invisibles,
sur chaque page,
de la partition , son rythme
se combine aux autres:

Une grande portée,
la mesure de la vie :
Une passacaille où le sang
donne le sens:
Celui qui permet de mieux respirer
la couleur des choses.

RC-  juin 2015


Perspectives basculées ( RC )


En posant un pied devant l’autre,

Si c’est  suivre  le fil,

Comme  celui de la conversation,

Déplacer une syllabe

Soulever la semelle,

Autre jambe en équilibre…

 

De la portée de musique,

S’échappent les  soupirs

Et s’envolent dièses et bémols

La partition se dilue

Croches et blanches,  se perdent

Aspirées par le fond.

 

Je suis arrivé  au bord,

La ligne changeante du stable,

Où le reflet des nuages

Est sous mes pieds

La limite indécise

Où l’espace bascule

Et ouvre des perspectives

 

Basculées  qu’accompagne

La fuite des vents.

Posant un pied dans l’inconnu,

Sur la surface toute proche,

Et tout un monde lointain.

RC  – 5 décembre 2012

photo Marie,   de photosNature   2012, avec son aimable autorisation

« Tout un monde lointain »   est le nom d‘une pièce musicale  de Henri Dutilleux