voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “projecteur

Ecrin – ( RC )


 

 

py_0077_soulier  de satin.jpg

photo d’origine, légèrement modifiée… « l’année du  soulier  de satin » voir site de la société Paul Claudel

 

Eclairée de côté par un projecteur,
qui imite le soleil,
pointant ses flèches
entre le creux de la montagne,
je te vois, seule sur la scène.

Je devrais plutôt me perdre ici
dans les plis mauves
de ces rideaux de velours
qui drapent le mur vide,
côté jardin.

J’ai envie de disparaître
dans la douce obscurité de leurs plis.
L’été indien
poursuivant sa vie liquide
avec sa couleur purpurine.

Il y a encore ce bouquet
de fleurs rouges
sur la scène.
Un rouge tellement intense,
qu’il crie la teinte du désir.

Le reste du décor
est comme un écrin,
dont on ne voit pas les ombres .
Je risque un pas
et c’est ta main que j’étreins .

Illuminated from the side by a projector,
who imitates the sun,
pointing his arrows
between the hollow of the mountain,
I see you, alone on the stage.

I should rather get lost here
in the purple folds
of these velvet curtains
who drape the empty wall,
Garden side.

I want to disappear
in the soft darkness of their folds.
Indian summer
continuing his liquid life
with its purpurine color.

There is still this bouquet
of the red flowers
on the stage.
Such intense red,
let him cry out the hue of desire.

The rest of the decor
is like a jewel case,
whose shadows cannot be seen.
I risk a step
and it’s your hand that I hold.


Décor, lumière, extinction ( RC )


photo perso; panoramique  collines éclairage vallée du Lot

photo perso; panoramique collines éclairage      vallée du Lot…  voir le panoramique  dans  une dimension d’image plus grande ?   cliquer  sur elle

En tous sens,           coulissent des rideaux ,
–                 Des pans de décor, qui bougent
Se masquent,        grimacent une ambiance,
Tantôt légère, tantôt portée  d’inquiétudes

>                                C’est une scène de théâtre,
Une question d’étoffes,   de murs végétaux,
Où l’éclairagiste s’affaire,
Dans les hauteurs,  à combiner les lumières,

A rassembler les nuages
User de la douche,         des matités et brillances
Orage côté cour,     grand projecteur côté jardin.

Qui s’éclaire  et puis  s’éteint,
Aux vents fantasques,        il faut saisir l’instant
La mesure des secondes,         ne revenant plus,

S’il faut en faire un dessin.

 

 

RC –  24 mai 2013

–  A noter que ce type  d’éclairage ponctuel et fugace est une  des caractéristiques de la région et est effectivement perçu ( avec les pans de montagnes ou en lumière ou en ombre, selon la position des nuages), comme une scène –  un théâtre de lumières…..  Voir  sur la même  atmosphère  mon article  sur  » Lozère en causses »