voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “Prométhée

Leon Felipe – Don Quichotte est un poète prométhéen – 2


 

peinture  Serge Plagnol    La verte et rouge 2002 - Huile et pigments sur toile.JPG

 

 

Le Poète Prométhéen apparaît toujours dans l’Histoire comme un personnage imaginaire… mais l’imaginaire prométhéen gagne du réel… et la réalité domestique… se perd dans les ombres de l’Histoire.
Les rêves des hommes fabriquent l’Histoire… Les rêves sont la semence de la réalité de demain et ils fleurissent quand le sang les arrose et les féconde…
L’Histoire… est sang et rêves.
Et il arrive que le rêve se fait chair et la chair rêve.
Le Poète prométhéen s’échappe des ombres de la Mythologie… de l’imagination infantile des hommes, des livres sacrés… et de la maison même de Dieu… Et le Verbe… se fait chair…
Chair et symbole…


Raymond Abelio – Seuls les faibles me demandent encore ma chaleur


photo: Anna Bodnar

photo: Anna Bodnar

 

Seuls les faibles me demandent encore ma chaleur.

Ils veulent s’y assoupir. Mais ils se trompent sur moi, ils me prennent pour l’enfant que j’ai été.

Je n’ai plus de chaleur disponible, je la change toute.

Éternels voleurs d’énergie, enfants adultérins de Prométhée, profanateurs du feu dont ils ne dérobent que la fumée charbonneuse !

J’appelle forts ceux qui ne me demandent rien, mêlant à la mienne leur lumière, qui est la même.

  • Ma dernière mémoire, Raymond Abellio, éd. Gallimard, 1971, t. I, partie Un faubourg de Toulouse, 1907-1927

Prométhée, sous Calder ( RC )


–                      montage perso-              variation ( discutable),     sur une production de abracadagascar.

calder n62

Soudé à la sculpture

je m’érode

Sous la marche des étoiles

Et le pluie orangée,

C’est une rouille,

Qui peut-être

Me libérera

Un jour,

Lorsque les continents

Se froisseront,

Et du scintillement de grandes ailes

Moites et lourdes

D’anges fatigués,

– Elles viendront se poser –

Et envelopper la terre,

Alors que tourne toujours

Le grand mobile de Calder,

Un grand ventilateur,

Propulsant la planète

Dans un coin d’oubli.

Je n’aurais pas dû voler le feu,

Et le donner aux hommes.

Mais,  çà ne m’empêche pas

De les aimer.

RC – 22 août 2013