voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “René Char

René Char – nous n’appartenons à personne


unordinary sunset.jpg

 

Nous n’appartenons à personne sinon au point d’or de cette langue inconnue de nous, inaccessible à nous qui tient éveillés le courage et le silence.

 

René CHAR,           Feuillets d’Hypnos – Fragment III


Fleurs d’air et d’eau. Brisures passagères ( RC )




Et la masse                         lentement glisse,
Retenue par la terre,
Canalisée                  par le creux des roches,
La coulée tranquille du fleuve,
              Reflétant les moustiques, 
Coléoptères haineux,
Hélicoptères, brisant le ciel
De leurs pales,                      momentanément,

La fleur de l'air              se referme immédiatement,
Dès qu'ils s'éloignent,

Comme l'eau du fleuve,         justement, 
Le lancer d'une  pierre ,
         Après le choc,                                l'avalant
                    Inexorablement,
Brisure momentanée d'une quiétude
-    Qui prend tout son temps.
>         De son éternité liquide,            et renouvelée.

-

RC -2 octobre 2013

*  l’expression « fleur de l’air » est de René Char ( de la « parole en archipel » ):

René Char

L’homme n’est qu’une fleur de l’air tenue par la terre, maudite par les astres, respirée par la mort ; le souffle et l’ombre de cette coalition, certaines fois, le surélèvent.

 

 


René Char – pressé d’écrire


peinture;  Leonora Carrington:  auto-portrait  avec cheval blanc

peinture;                  Leonora Carrington:     auto-portrait avec cheval blanc

tu es pressé d’écrire
comme si tu étais en retard sur la vie
s’il en est ainsi fais cortège à tes sources
hâte-toi
hâte-toi de transmettre
ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance….
essaime la poussière
nul ne décèlera votre union.
René Char, Commune présence (extrait)

René Char – Le parc des Névons


dessin de collégien        d’après une miniature indienne   2010

 

 

Dans le parc des Névons
Ceinturé de prairies
Un ruisseau sans talus,
Un enfant sans ami
Nuancent leur tristesse
Et vivent mieux ainsi

Dans le parc des Névons
Un rebelle s’est joint
Au ruisseau, à l’enfant,
A leur mirage enfin.

Dans le parc des Névons
Mortel serait l’été
Sans la voix d’un grillon
Qui, par instant se tait.



Michaël Glück – goutte d’encre sous la langue


peinture: Nicolas de Staël . " les Indes galantes"

 

tu donnes
le la aux nuages
la clef de sol au ciel
tu dis les simples
la bienvenue
aux morts
tu parles
à vif

—-

objet sculpture: age du bronze, sistre d’Anatolie ( Turquie)

—–

et au sujet de Nicolas de Staël,  René Char qui l’a connu et rencontré  écrivait:

Les amants sont inventifs dans l’inégalité ailée qui les recueille sur le matin.

Il faut cesser de parler aux décombres.

Une écriture d’échouage. Celle à laquelle on m’oppose aujourd’hui.

Paysage répété au sommet de la nuit sur qui se lève une lueur.

La brûlure du bruit. Louée soit la neige qui parvient à en éteindre la cuisson.

Les femmes sont amoureuses et les hommes sont solitaires. Ils se volent mutuellement la solitude et l’amour.

Toi qui nais appartiens à l’éclair. Tu seras pierre d’éclair aussi longtemps que l’orage empruntera ton lit pour s’enfuir.

Y a-t-il vraiment une plus grande distance entre nous et notre poussière finale qu’entre l’étoile intraitable et le regard vivant qui l’a tenue un instant sans s’y blesser ?

…Nicolas de Staël, nous laissant entrevoir son bateau imprécis et bleu, repartit pour les mers froides, celles dont il s’était approché, enfant de l’étoile polaire.


René Char – Nos paroles sont lentes


photo: National Park New Zealand -- qui fait penser fortement à Caspar D Friedrich

 

 

 

 

Nos paroles sont lentes à nous parvenir, comme si elles contenaient, séparées, une sève suffisante pour rester closes tout un hiver ; ou mieux, comme si, à chaque extrémité de la silencieuse distance, se mettant en joue, il leur était interdit de s’élancer et de se joindre. Notre voix court de l’un à l’autre ; mais chaque avenue, chaque treille, chaque fourré, la tire à lui, la retient, l’interroge. Tout est prétexte à la ralentir. Souvent je ne parle que pour toi, afin que la terre m’oublie

 

Georges Braque, peinture "L'envol "