voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “René Depestre

René Depestre – Est-ce vrai ?


Luce Turnier – collage
Est-ce vrai que la force de mes bras 
et la machine à laver ton linge 
sont des chevaux du même attelage 
sont des esclaves de la même chaîne ?

Est-ce vrai que tu préfères 
le phare blanc de ton auto 
au feu noir de mon visage, 
la patte blanche de ton chien 
au joyeux bonjour de mes mains ?

Est-ce vrai que tu ne sais pas 
de film plus doux et reposant 
que le spectacle de mon coeur 
montant sur le bûcher raciste ?
Est-ce vrai que tu gardes 
à portée de la main 
une corde qui porte mon nom 
une balle qui sait par coeur
la carte obscure de mon corps 
un tribunal toujours prêt 
à me couvrir de ténèbres 
un linceul coupé 
sur la mesure de mon âme ?

Ô blanc serpent du racisme 
crieur de mon sang versé 
comme j’eusse aimé 
que tout ce poison 
naquît de la nuit 
des mauvaises langues 
comme j’eusse aimé 
crieur de mes jours 
voir quelque lueur 
rétablir le cours humain 
de la beauté dans ton coeur !

Mais le sang versé des nègres 
du haut de ses saisons en fleurs 
me crie de prendre garde à toi 
tu es sur mon chemin 
me crie le sang musicien 
tu es une tête de mort 
une mauvaise tête 
de la pire des morts 
une tête à claques 
au service de la mort.




René Depestre

Minerai noir

Anthologie personnelle

Poésie Points

Luce Turnier : peintre Haïti -1924-1995


René Depestre – La machine Singer


machine à coudre

Salvador Dali – Machine à coudre avec parapluies

 

 

Une machine Singer dans un foyer nègre

Arabe, indien, malais, chinois, annamite

Ou dans n’importe quelle maison sans boussole du

tiers-monde

C’était le dieu lare qui raccommodait

Les mauvais jours de notre enfance.

Sous nos toits son aiguille tendait

Des pièges fantastiques à la faim.

Son aiguille défiait la soif.

La machine Singer domptait des tigres.

La machine Singer charmait des serpents.

Elle bravait paludismes et cyclones

Et cousait des feuilles à notre nudité.

La machine Singer ne tombait pas du ciel

Elle avait quelque part un père,

Une mère, des tantes, des oncles

Et avant même d’avoir des dents pour mordre

Elle savait se frayer un chemin de lionne.

La machine Singer n’était pas toujours

Une machine à coudre attelée jour et nuit

A la tendresse d’une fée sous-développée.

Parfois c’était une bête féroce

Qui se cabrait avec des griffes

Et qui écumait de rage

Et inondait la maison de fumée

Et  la maison restait sans rythme ni mesure

La maison ne tournait plus autour du soleil !

Et  les meubles prenaient la fuite

Et  les tables surtout les tables

Qui se sentaient très seules

Au milieu du désert de notre faim

Retournaient à leur enfance de la forêt

Et  ces jours-là nous savions que Singer

Est  un mot tombé d’un dictionnaire de proie

Qui nous attendait parfois derrière les portes

une hache à la main !

 

 

Minerai noir

Anthologie personnelle

et autres recueils

Poésie Points


René Depestre – Minerai noir


3313123346_4280d73482 18 of 44_O.jpg

Quand la sueur de l’Indien se trouva brusquement tarie par le soleil
Quand la frénésie de l’or draina au marché la dernière goutte de sang indien
De sorte qu’il ne resta plus un seul Indien aux alentours des mines d’or
On se tourna vers le fleuve musculaire de l’Afrique
Pour assurer la relève du désespoir
Alors commença la ruée vers l’inépuisable
Trésorerie de la chair noire
Alors commença la bousculade échevelée
Vers le rayonnant midi du corps noir
Et toute la terre retentit du vacarme des pioches
Dans l’épaisseur du minerai noir
Et tout juste si des chimistes ne pensèrent
Au moyen d’obtenir quelque alliage précieux
Avec le métal noir tout juste si des dames ne
Rêvèrent d’une batterie de cuisine
En nègre du Sénégal d’un service à thé
En massif négrillon des Antilles
Tout juste si quelque curé
Ne promit à sa paroisse
Une cloche coulée dans la sonorité du sang noir
Ou encore si un brave Père Noël ne songea
Pour sa visite annuelle
À des petits soldats de plomb noir
Ou si quelque vaillant capitaine
Ne tailla son épée dans l’ébène minéral
Toute la terre retentit de la secousse des foreuses
Dans les entrailles de ma race
Dans le gisement musculaire de l’homme noir
Voilà de nombreux siècles que dure l’extraction
Des merveilles de cette race
Ô couches métalliques de mon peuple
Minerai inépuisable de rosée humaine
Combien de pirates ont exploré de leurs armes
Les profondeurs obscures de ta chair
Combien de flibustiers se sont frayé leur chemin
À travers la riche végétation des clartés de ton corps
Jonchant tes années de tiges mortes
Et de flaques de larmes
Peuple dévalisé peuple de fond en comble retourné
Comme une terre en labours
Peuple défriché pour l’enrichissement
Des grandes foires du monde
Mûris ton grisou dans le secret de ta nuit corporelle
Nul n’osera plus couler des canons et des pièces d’or

Dans le noir métal de ta colère en crues.


René Depestre – salut pour l’homme


collage          S Lewis  –  résistance  85

 

 

Il n’y a de salut pour l’homme
Que dans un grand éblouissement
De l’homme par l’homme je l’affirme
Moi un nègre inconnu dans la foule
Moi un brin d’herbe solitaire
Et sauvage je le crie à mon siècle
Il n’y aura de joie pour l’homme
Que dans un pur rayonnement
De l’homme par l’homme un fier
Élan de l’homme vers son destin
Qui est de briller très haut
Avec l’étoile de tous les hommes
Je le crie moi que la calomnie
Au bec de lièvre a placé
Au dernier rang des bêtes de proie […]

 

Extrait de « Arc-en-ciel pour l’occident chrétien ».