voir l'art autrement – en relation avec les textes

Articles tagués “rivages

Une chapelle comme une nef échouée – ( RC )


 Chapelle  contemporaine  du Mont Lozère.                          Architecte: Jean Peytavin

 

 

 

( toutes  photos perso –  réalisées  en  2006 )

On ne s’attend pas,  quelque part,
Dans un repli de la montagne,

A trouver là,
Une nef,               immobilisée,
Qui s’est échouée un jour,
La quille prise dans les  sables.

C’était comme  aujourd’hui,
( on peut le supposer ),
Un jour où le brouillard épais,
Ne permettait pas  de voir les  côtes.

Bien sûr on peut se demander,
Puisqu’il n’y a pas de rivage,

Par quel hasard le bord de mer,
Se serait élevé,
Si haut, qu’on en aurait perdu le sel,
Et même jusqu’à l’idée.

Quant à moi je m’en tiens à l’énigme,
Du basculement des origines  .

Oui, on ne s’attend pas,
A trouver une  flèche incrustée,
Dans la  large épaule
De la montagne,

Une construction dont le toit
S’élance du sol, pour se tendre,

Dans sa simplicité géométrique,
Vers les hauteurs ventées.
Jusqu’     où va la foi,
Et jusqu’au coeur  du froid,

Si des hommes ont dressé
Tout contre le ciel,             une nef

– peut-être en se rappelant
Celle  de Noé ….-
En recherchant sous le ciel bas
Des fragments  de divin.

RC –  mai 2015

 

Afficher l'image d'origine

Livre des heures de Carlos V.

Biblioteca Nacional de España


Emma Lazarus – Le nouveau colosse


Image  : CanardPc

 

————–

Le Nouveau Colosse

Pas comme ce géant d’airain de la renommée grecque
Dont le talon conquérant enjambait les mers
Ici, aux portes du soleil couchant, battues par les flots se tiendra
Une femme puissante avec une torche, dont la flamme
Est l’éclair emprisonné, et son nom est
Mère des Exilés. Son flambeau
Rougeoie la bienvenue au monde entier ; son doux regard couvre
Le port relié par des ponts suspendus qui encadre les cités jumelles.

« Garde, Vieux Monde, tes fastes d’un autre âge ! » proclame-t-elle
De ses lèvres closes. « Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Tes masses innombrables aspirant à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête me les rapporte
Je dresse ma lumière au-dessus de la porte d’or !« 

 

( ces dernières lignes  rappelleront une  actualité des déshérités de la migration subie  )

le texte original:

 

Not like the brazen giant of Greek fame
With conquering limbs astride from land to land;
Here at our sea-washed, sunset gates shall stand
A mighty woman with a torch, whose flame
Is the imprisoned lightning, and her name
Mother of Exiles. From her beacon-hand
Glows world-wide welcome; her mild eyes command
The air-bridged harbor that twin cities frame,
« Keep, ancient lands, your storied pomp! » cries she
With silent lips. « Give me your tired, your poor,
Your huddled masses yearning to breathe free,
The wretched refuse of your teeming shore,
Send these, the homeless, tempest-tost to me,
I lift my lamp beside the golden door!« 

————————

 

C’est  ce poème  qui est gravé sur une plaque  fixée  dans le socle  de la Statue de la Liberté.


Le poing crispé sur les cartes – ( RC )


 

 

Tu tiens dans tes mains
Les cartes des jours,
Et disposes des atouts,
Des as et des figures.

Je ne sais encore aujourd’hui,
Ce qui compose         ton jeu.
Nous n’avons pas voyagé ensemble

Assez longtemps pour que je devine,
Quelles étaient ces cartes.
Serrées dans tes mains  closes.

On y lisait peut-être mon destin.

Tu t’es endormie des années,
Et, mon bateau abordant d’autres rivages,
Tu t’es réveillée                     sans ton image,

Oubliée quelque part,
Par inadvertance.

C’est alors que ,         desserrant ton poing,
Toujours crispé sur les cartes,
Tu t’es aperçue

Qu’elles étaient                 blanches,
Et qu’elles ne parlaient plus d’avenir.


RC  – sept  2014

 

peinture: Lukas Van Leyden


Monique Mbeka Phoba- Rivages – Yemadja


010309_0801_0378_nsls

 

 

 

Yemadja

Peut-être baisser les armes

Et nous rendre la mer…

La mer et ses gestes chauds

L’écharpe de ses vagues au cou

La mer et sa complainte débordante

Autour du ventre

La mer et son grain de sable

Et son perpétuel questionnement d’écume

La mer et sa grotte de suppositions

Dans son alambic verdâtre

La mer et son goût d’écume et de vent

Dans lequel on n’est plus rien

La mer et son tambour battant de gouttelettes

Sur le rivage qui n’en peut mais

La mer et son adieu chuchoté de coquillage

A la voix de Yemadja –

 

See more at: http://www.africultures.com/php/index.php?nav=article&no=8480#sthash.KuZgMH4a.dpuf

 

Monique Mbeka Phoba  est une auteure  congolaise.

 

collage - Sir Roland Penrose

collage – Sir Roland Penrose


Ravages ( RC )


 

 

 

photo – tempête cyclone – auteur non identifié

Les mots de maudits,
L’écho des taudis,

Les eaux qui ravagent
Les maux qui divaguent

L’éclos des rivages
L’enclos des partages

Le flot de ta page
Le seau des orages

Au grand saut de la vie
Pèle-mêle et non-dits,

Déborde et envahit,
Rivière sortie de son lit

De tes yeux, nagent,  et puis
Tes larmes  et tes cris

RC  – mai – 2013

 


Dylan Thomas – Et la mort n’aura pas d’empire


peinture: Mark Rothko

Et la mort n’aura pas d’empire.
Les morts nus feront foule
Avec l’homme dans le vent et la lune rousse ;
Quand leurs os blanchiront et leurs os blancs partiront,
Ils auront des étoiles au coude et au pied ;
Même s’ils sont fous, ils seront sains d’esprit,
Même s’ils sont perdus en mer, ils reviendront ;
Les amoureux seront égarés mais l’amour restera;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Sous les rouleaux de la mer
Ils demeureront à l’abri de la tourmente ;
Torturés pour que lâchent leurs nerfs,
Attachés à une roue, ils ne cèderont pas ;
La foi en leurs mains éclatera,
Et les diables cornus les piétineront ;
Écartelés de toute éternité, ils ne céderont pas ;
Et la mort n’aura pas d’empire.
Et la mort n’aura pas d’empire.
Plus aucun cri de mouette à leurs oreilles
Ou le déferlement des vagues sur les rivages ;
Où la fleur s’épanouit peut-être qu’aucune fleur
Ne lèvera son front aux coups de la pluie ;
Bien qu’ils soient fous et raides comme des clous,
Leurs têtes laboureront les champs de marguerites ;
Brisés par le soleil jusqu’à ce que le soleil se brise,
Et la mort n’aura pas d’empire.

Sous les yeux fertiles du temps ( RC )


photo:Pentti Sammallahti

A  tous les  rivages  et au murmure  des vagues
Les paroles croisées, le bonheur  d’une inspiration
Ainsi, le ressac régulier, et l’écume
Qui prend  et donne, reprend encore
L’appel des sirènes  s’est perdu  dans la brume
———Personne n’en propose  de traduction.

Le pays s’est usé de son voisinage,
Pour tatouer la mer de rochers,
C’est une lente métamorphose,
Qui transporte les  éléments
Sous les yeux fertiles  du temps
Au-delà du plein chant du soleil

Les falaises  parait-il  reculent
Et cèdent  au liquide des arpents de prés,
Les remparts  de la ville s’approchent du bord
Et seront un jour  emportés,
Comme le sont les siècles
Aux haleines des brises  et tempêtes.

Faute d’apprivoiser le temps
Il faut faire  avec son souffle
Et le berger pousse ses troupeaux  sur la plaine
Puis les plateaux, qui offrent
A toutes les transhumances, leurs drailles  séculaires
D’un parcours  recommencé, au cycle des saisons.

 

 

RC    – 14 octobre 2012

 


José Gorostiza – le rivage


 

photo perso:            Cap d’Erquy   –         Côtes d’ Armor

 

 

 
 

LE RIVAGE

Ni eau ni sable
n’est le rivage.

Cette eau sonore
d’écume simple,
cette eau ne peut
être rivage.

Pour reposer
en lieu moelleux,
ni eau ni sable
n’est le rivage.

Les choses aimables,
discrètes,simples,
se joignent
comme font les rivages.

Aussi les lèvres
pour le baiser.
Ni eau ni sable
n’est le rivage.

Chose de mort
je me regarde;
seul,désolé
comme au désert.

Viennent mes larmes:
je dois souffrir.
Ni eau ni sable
n’est le rivage.

José Gorostiza (traduction claude Couffon)